"La société n'est possible que par la langue", Benveniste, 1963

14 mai 2012
Par

Au moment où des inédits de Benveniste son publiés, il est intéressant de revenir à certains de ses textes qui ne sont pas parmi les plus lus et les plus connus. Si la lecture est un phénomène contextuel, ce que je crois profondément, alors les propositions de l'inventeur de la linguistique énonciative en 1963 prennent de nouvelles colorations en 2012, cinquante ans après, dans un monde où les formes, les matières et les manières du langage ont beaucoup changé.

"Le langage re-produit la réalité. Cela est à entendre de la manière la plus littérale : la réalité est produite à nouveau par le truchement du langage. Celui qui parle fait renaître par son discours l'événement et son expérience de l'événement. Celui qui l'entend saisit d'abord le discours et, à travers ce discours, l'événement reproduit. Ainsi la situation inhérente à l'exercice du langage, qui est celle de l'échange et du dialogue, confère à l'acte de discours une fonction double : pour le locuteur, il représente la réalité ; pour l'auditeur, il recrée cette réalité. Cela fait du langage l'instrument même de la communication intersubjective.

Ici surgissent aussitôt de graves problèmes que nous laisserons aux philosophes, notamment celui de l'adéquation de l'esprit à la « réalité ». Le linguiste pour sa part estime qu'il ne pourrait exister de pensée sans langage, et que par suite la connaissance du monde se trouve déterminée par l'expression qu'elle reçoit. Le langage reproduit le monde, mais en le soumettant à son organisation propre. Il est logos, discours et raison ensemble, comme l'ont vu les Grecs. Il est cela du fait même qu'il est langage articulé, consistant en un arrangement organique de parties, en une classification formelle des objets et des procès. Le contenu à transmettre (ou, si l'on veut, la « pensée ») est ainsi décomposé selon un schéma linguistique. La « forme » de la pensée est configurée par la structure de la langue. Et la langue à son tour révèle dans le système de ses catégories sa fonction médiatrice. Chaque locuteur ne peut se poser comme sujet qu'en impliquant l'autre, le partenaire qui, doté de la même langue, a en partage le même répertoire de formes, la même syntaxe d'énonciation et la même manière d'organiser le contenu. À partir de la fonction linguistique, et en vertu de la polarité je : tu, individu et société ne sont plus termes contradictoires, mais termes complémentaires.

C'est en effet dans et par la langue qu'individu et société se déterminent mutuellement. L'homme a toujours senti - et les poètes ont souvent chanté - le pouvoir fondateur du langage, qui instaure une réalité imaginaire, anime les choses inertes, fait voir ce qui n'est pas encore, ramène ici ce qui a disparu. C'est pourquoi tant de mythologies, ayant à expliquer qu'à l'aube des temps quelque chose ait pu naître de rien, ont posé comme principe créateur du monde cette essence immatérielle et souveraine, la Parole. Il n'est pas en effet de pouvoir plus haut, et tous les pouvoirs de l'homme, sans exception, qu'on veuille bien y songer, découlent de celui-là. La société n'est possible que par la langue ; et par la langue aussi l'individu. L'éveil de la conscience chez l'enfant coïncide toujours avec l'apprentissage du langage, qui l'introduit peu à peu comme individu dans la société. […]

Car l'homme n'a pas été créé deux fois, une fois sans langage, et une fois avec le langage. L'émergence de Homo dans la série animale peut avoir été favorisée par sa structure corporelle ou son organisation nerveuse ; elle est due avant tout à sa faculté de représentation symbolique, source commune de la pensée, du langage et de la société.

Cette capacité symbolique est à la base des fonctions conceptuelles. La pensée n'est rien autre que ce pouvoir de construire des représentations de choses et d'opérer sur ces représentations. Elle est par essence symbolique. La transformation symbolique des éléments de la réalité ou de l'expérience en concepts est le processus par lequel s'accomplit le pouvoir rationalisant de l'esprit. La pensée n'est pas un simple reflet du monde ; elle catégorise la réalité, et en cette fonction organisatrice elle est si étroitement associée au langage qu'on peut être tenté d'identifier pensée et langage à ce point de vue."

Références

Benveniste E., 1966 [1963], "Coup d'œil sur le développement de la linguistique", Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, p. 18-31 (passages cités p. 25-26 et 27-28).

Benveniste E., 2012, Dernières Leçons. Collège de France, 1968 et 1969, édition établie par J.-CL. Coquet et Irène Fenoglio, Paris, Gallimard-Seuil.

Crédit : "Alphabet collage", 2010, mickmarineau+ barbjensengalerie des auteurs sur Flickr, CC


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , ,

Posté dans : Inspirations, Lectures

2 commentaires pour “ "La société n'est possible que par la langue", Benveniste, 1963 ”

  1. André Cauty le 18/05/2012 à 16:39

    Il est dit, et j'adhère à 100 % à ces propos : "Celui qui parle fait renaître par son discours l’événement et son expérience de l’événement. Celui qui l’entend saisit d’abord le discours et, à travers ce discours, l’événement reproduit" et j'ajouterai que le 'contenu de sens du message -en sa matérialité- échangé' (si cela a un sens!) n'existe qu'en tant que tension entre deux pôles qui doivent être suffisamment proches pour que l'inter-locution fonctionne et suffisamment éloignés pour que locuteur et interprétant trouvent chacun un intérêt à poursuivre leur échange. Le pôle du/des 'vouloir dire' du JE et le pôle du/des 'faire dire' du TU. La question à laquelle j'aimerais trouver des réponses, quid du message à la fois écrit et radicalement étranger pour être par exemple une colonne de quatre chiffres peints sur les murs d'une pièce où un scribe maya les a déposés voila quelques centaines d'années ? La description, l'analyse, l'interprétation et le jugement de ce genre de faits de langue (écrite), lorsqu'il est repris aujourd'hui (et donc nécessairement hors du contexte et de la situation initiale d'énonciation) ne constitueraient-ils pas un laboratoire où refaire, comme/par des expériences de pensée, au ralenti et sous le microscope des progrès de la linguistique (et de l'épigraphie et de l'histoire et d'un tas d'autres sciences) de la complexité de la création des contenus échangés ?

    • Marie-Anne Paveau le 18/05/2012 à 18:16

      le propos de benveniste porte sur une parole articulée, otale ou écrite, en tout cas dans une situation de communication - l'exemple que vous donnez est un peu éloigné des modalités directes de ce type d'échange, d'autant plus qu'il s'agit de chiffres, mais la traduction, le travail archéologique, et la reconstruction spéculative des contextes, permet de reconstruire un sens probable en effet - dans une communication non immédiate mais médiate

Approches théoriques

Cognition sociale
Linguistique cognitive
Philosophie de la culture
Philosophie du discours
Philosophie du texte
Rhétorique du discours scientifique
Théorie de l'interculturel