Sur les "compromis pourris" (rotten compromises), Avishai Margalit

29 mai 2012
Par

Pour M., qui ne souhaite pas prendre goût au pourri

Avishai Margalit est un philosophe israélien dont tous les livres sont des événements intellectuels importants : La société décente en 1999, L'éthique du souvenir en 2002 (pour les traductions françaises). Spécialiste de philosophie morale, il a fourni des concepts importants pour penser la morale, ou son absence, dans le monde contemporain, dans une perspective pratique qui en fait un réaliste, à sa manière. Il nourrit profondément les réflexions actuelles sur la morale, en particulier grâce au concept de "société décente", et à sa définition de l'humiliation.

Du compromis et des compromis pourris (On compromise and Rotten Compromise) pourris vient d'être traduit en français. Extraits d'un livre qui fait du bien, du juste, du robuste. Et qui aide à vivre et à choisir.

1. La définition de l'inhumain

Je vois un compromis politique pourri comme un accord consistant à instaurer ou maintenir en place un régime inhumain, un régime de cruauté et d'humiliation, enfin un régime qui ne traite pas les êtres humains comme des êtres humains. Tout au long du livre, j'ai recours au terme "inhumain" pour définir les manifestations extrêmes de cette façon de ne pas traiter les humains comme des humains. Entendre par ce terme un comportement cruel, sauvage et barbare ne met en évidence qu'un élément du mot "inhumain" tel que je l'utilise : l'humiliation en constitue un autre élément. L'humiliation, telle que je la vois, consiste déjà à ne pas traiter des humains comme des humains, mais l'humiliation aggravée par la cruauté équivaut à l'"inhumain". Il est alors permis de dire qu'une fusion de la cruauté et de l'humiliation est ce en quoi consiste un régime inhumain (p. 12).

2. La moralité

Les régimes inhumains érodent le fondement de la moralité. La moralité se fonde sur le fait de traiter les humains comme des humains ; ne pas traiter les humains comme des humains, c'est fragiliser le principe de base de la moralité (p. 13)

3. Les ténèbres

Les compromis pourris se situent généralement au cœur des ténèbres. […] En effet un exemple sinistre d'accord putride répond aux caractéristiques présentées dans le chef-d'œuvre de Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres. Bien que cet exemple constitue un cas très clair de compromis pourri, il vient brouiller la ligne de démarcation séparant une transaction personnelle pourrie d'une transaction collective pourrie. […] L'État indépendant du Congo de Léopold était une offense directe à la notion même d'humanité partagée (p. 15)

4. Nos compromis

Nous faisons des compromis. Nous devrions, je crois, être jugés sur nos compromis, plus que sur nos idéaux et nos normes. Les idéaux pourraient nous dire quelque chose d'important sur ce que nous aimerions être. Mais les compromis nous disent qui nous sommes (p. 16)

5. Les accords de Munich

Ce fut Isaiah Berlin qui m'initia à la question du compromis et du compromis pourri en faisant naître en moi une forte conscience de l'importance de l'esprit de compromis en politique, mais également en me faisant comprendre quelle avait été l'expérience formatrice de sa génération : les accords de Munich en tant que compromis absolument pourri (p. 23).

6. La définition du compromis pourri

Un compromis pourri est un compromis. Il s'agit d'un accord qui instaure ou maintient en place un ordre politique inhumain dont les caractéristiques permanentes sont qu'il est fondé sur la cruauté et l'humiliation systématiques ; habituellement, la partie qui souffre de la cruauté et de l'humiliation n'est pas une partie de l'accord. […] Un compromis pourri qui instaure ou maintient en place un régime inhumain de cruauté et d'humiliation est une offense à la moralité elle-même, et c'est ce qui le rend radicalement mauvais (p. 77).

7. La blatte et la mouche

J'établis un peu plus tard, dans le présent ouvrage, une distinction entre deux cas : une blatte dans la soupe, et une mouche dans la pommade. Une blatte disqualifie la soupe entière. Une mouche dans la pommade ne disqualifie qu'une partie de la pommade. Au regard de cette distinction, la question est la suivante : la Constitution (1) était-elle une soupe avec blatte, ou une pommade avec mouche ? Ma réponse courte est qu'elle était une soupe, et que l'esclavage était une énorme blatte (p. 85).

(1) Margalit parle de la Constitution américaine qui reconnaît l'esclavage jusqu'au 13e amendement de 1865

Références

  • Margalit A., 1999 [1996], La société décente, Paris, Climats.
  • Margalit A., 2006 [2002], L’Éthique du souvenir, Paris, Climats.
  • Margalit A., 2012 [2010], Du compromis et des compromis pourris, Paris, Denoël.

Crédit photographique : "Rotten", 2009, numbphoto - Landscapes from the inner mind, Galerie de l'auteur sur Flickr, CC


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , ,

Posté dans : Lectures

Les commentaires sont fermés.

Approches théoriques

Cognition sociale
Linguistique cognitive
Philosophie de la culture
Philosophie du discours
Philosophie du texte
Rhétorique du discours scientifique
Théorie de l'interculturel