Les proverbes, le réel et le métaphorique... (Aliento suite)

3 juin 2012
Par

Que faire des proverbes non métaphoriques-métamorphiques ?

La question que je pose ici fait suite à une autre : « Quelle sémantique pour les proverbes ? », qui servait de titre à la journée que j’ai organisée le 30 mars 2012 à la MSH Lorraine dans le cadre du projet de recherches Aliento[1].

Le projet Aliento (Analyse Linguistique & Interculturelle des Énoncés sapientiels et Transmission Orient/occident)[2] vise — comme l’acronyme le laisse entendre — la constitution et l’exploitation, entre autres informatiques, d’une base de données parémiologique ; il vise ensuite l’analyse de ces données en termes de circulation des savoirs — au sens le plus large du terme, ce qui permet de comprendre ici les « savoirs non savants » ou « populaires » ; dans tous les cas, la circulation de tels savoirs est une question de sens.

Le projet conduit ainsi à poser, « en amont » même du traitement des données parémiques, des questions relevant notamment de la sémantique lexicale et référentielle ; notre propos était de rassembler les tenants emblématiques de chacun de ces domaines de la sémantique : Pierre Cadiot, avec Yves-Marie Visetti, représentait le premier, Georges Kleiber, le second — tous trois ayant par ailleurs largement contribué à asseoir la sémantique parémique, en français et du français, durant la ou les décennies précédentes.

Mais les domaines sémantiques retenus sont aussi des orientations, dont la cohabitation peut créer des frictions épistémologiques : la sémantique lexicale, néo-saussurienne, est en effet souvent présentée comme anti-référentialiste — aujourd’hui encore : je veux dire alors même que le constructivisme a perdu de son influence.

Or, il n’est pas certain que l’anti-référentialisme soit une revendication de Pierre Cadiot (et ici Franck Lebas) :

Selon quels critères une théorie linguistique peut-elle être qualifiée de « référentialiste » ? Si l’on quitte les usages exclusivement polémiques de ce qualificatif — alternativement l’étendard et la pique — il reste le simple principe d’intégrer l’acte de référence au monde dans l’explication du fonctionnement du langage. (Cadiot & Lebas 2003 : 3 ; ce sont les premières lignes du numéro de Langages qu’ils dirigent)

Notre propos lors de cette journée était donc, au delà de la confrontation des approches ou des modèles, de chercher à voir ce qui pouvait les rapprocher ; je renvoie à la présentation de la journée citée en note 1.

*

En termes de sémantique générale, aussi bien que parémique, il est vrai que Georges Kleiber (2000, 2001, 2005) cherche un rapport stable entre mots ou unités signifiantes et monde de référence ; alors que pour Pierre Cadiot et Yves-Marie Visetti, les unités signifiantes sont avant tout des formes ajustables ou métamorphiques : ce « métamorphisme » (Visetti & Cadiot, 2006 : 6), de leur utilisation comme de leur interprétation, est comme on peut s’y attendre fonction des intentions de communication, des situations d’interlocution, qui sont autant de « degrés d’individuation et de localisation variables » (op. cit. : 34).

Mais cela n’épuise pas l’ampleur ou l’ambition du modèle, et, à propos de localisation, une précision s’impose : nos auteurs expliquent — et revendiquent — ledit métamorphisme des formes sémantiques par le rôle qu’y joue la perception ; mais ils veulent dépasser le cognitivisme (de Lakoff & Johnson, ou de Langacker) qui réduit l’intervention phénoménologique au cadre spatial de l’expérience, par « un approfondissement et un élargissement de la couche perceptuelle » (ibid.) ; ce qui les conduit à défendre une phénoménologie linguistique qui ne se réduise donc pas à la spatialisation, mais où « le primat de la perception ne peut signifier que le primat d’un sens perceptif, avec ses dimensions intrinsèquement praxéologiques, modales et évaluatives » (ils soulignent, ibid.).

*

J’ai extrait la plupart des citations précédentes du chapitre 2 « Formes sémantiques et figuralité » de l’ouvrage cité (Visetti & Cadiot, 2006). Ce chapitre expose et prolonge donc la sémantique des formes qui avait fait l’objet de leur ouvrage précédent (Cadiot & Visetti, 2001) ; il est également un préalable à l’exposé de leur conception de la sémantique parémique.

Or si, en matière de parémiologie, rien n’est abandonné des revendications antérieures, que j’ai essayé de rappeler brièvement dans les paragraphes précédents, c’est pourtant bien sur la caractérisation des proverbes que les conférenciers invités à la journée Aliento en mars 2012 à Nancy se rejoignent.

Les deux caractéristiques que nous avions retenues po la « confrontation et le rapprochement des modèles étaient la généricité et la métaphoricité.

Chez Pierre Cadiot et Yves-Marie Visetti, la métaphoricité se décline en « figuralité » ; les énoncés parémiques ne peuvent donc que prendre place dans la théorie sémantique générale qu’ils défendent, où le sens « dit » figuré (je leur emprunte les guillemets) est au cœur de la constitution du sens, et non une annexe ou un dérivé d’un sens « propre », d’un sens « propre » supposé premier.

La figuralité est même, pour eux, la première de la demi-douzaine de caractéristiques définitoires qu’ils attribuent au proverbe (op. cit. : 3)[3] ; il nous faut donc développer un peu ce point.

*

La théorie générale des formes sémantiques récuse tout « présupposé immanentiste qui ferait postuler une couche de signification contrôlant entièrement de l’intérieur son identité » (op. cit. 40) : c’est la constitution extrinsèque du sens et, partant, du référent, ou vice versa. La construction des formes sémantiques passe ainsi par des phases, comprend des strates ou des « régimes » (op. cit. : 40) divers : le motif, qui est le plus instable, correspond le mieux à cette plasticité, ou déformabilité, qui permet à un même mot de paraître dans un grand nombre d’unités polylexicales, comme clé dans clé des champs, clé du mystère, clé de voûte : les motifs « par essence » sont « inépuisables (puisqu’instables, i.e. toujours dynamiquement ouverts sur un surcroît ou une relance d’investissement sémantique) » (op. cit. : 43). C’est pourquoi, ce modèle se définit, contre la notion même de types, par une « variabilité constitutive » (op. cit. : 40).

Ceci dit, cette dynamique comprend d’autres phases, qui vont elles vers la « stabilisation » : ainsi, les « structurations en Gestalts » permettent des « profilages » — qui donnent donc aux unités lexicales des profils ; l’ultime forme de stabilisation, autrement dit « d’unification », concerne les thèmes, qui se constituent en tant qu’« émergence et continuité identitaire par enveloppement et intégration de profils » (ibid.).

Ces formes d’unification ont pour vocation, on s’en doute, la mémorisation et le partage (intercompréhension et interaction), tant il est vrai que les unités signifiantes se constituent dans et par « l’activité de langage », qui est, aux sens divers du terme, « située » : du contexte immédiat, « primat de la perception », aux cadres sémiotiques et aux arrière-plans culturels, qui sont autant de « communautés d’organisation »[4] (op. cit. : 28).

Bref, l’originalité profonde de ce modèle, profondément paradoxal, est de donner une forme ou une identité à des unités dont le contenu est par définition variable, instable, fluctuant. Autrement dit, c’est la diversité même, la « variabilité de principe » (op cit. : 2), en l’occurrence la polysémie, qui garantit un « continuum » (op. cit. : 29) : ce sera, par ex. dans le cas de « ‘Mur’ (mur de Berlin, de haine, d’indifférence) […] barrer, s’élever, défendre, se heurter, construire/détruire » (op. cit. : 43).

*

Le modèle des formes sémantiques, instables par essence, stabilisées par convention, a donc tout pour convenir aux proverbes dont on s’accorde[5] à reconnaître l’extrême souplesse du sens : « les métamorphismes qui sont au cœur de leur interprétation, qui permettent leur transposition d’une ré-énonciation à l’autre » (op. cit. : 6)[6].

Une autre raison donne au proverbe une place de choix dans un tel modèle sémantique « variabiliste » : « son universalité [qui] est inséparable de ses variations anthropologiques et historiques » (op. cit. : 2) ; on peut trouver dans cette déclaration la justification parfaite du projet d’Aliento, qui est de suivre la circulation des énoncés de sagesse autour du Bassin méditerranéen, dans le temps[7].

*

Pour autant — je m’achemine vers l’énoncé du « problème » — c’est le proverbe métaphorique qui a la faveur des auteurs, en tout cas celle des trois auteurs que nous avons invités à répondre à notre question : « Quelle sémantique pour les proverbes ? »

Il semble même que, par défaut, sinon par définition, ce soit le proverbe métaphorique qui serve de modèle ; ou le dicton, dès lors qu’il peut se réutiliser ou réinterpréter métaphoriquement : Une hirondelle

Pour Pierre Cadiot et Yves-Marie Visetti, on a déjà vu que la figuralité et la narrativité sont deux caractéristiques fondamentales du genre parémique proverbial ; on peut, il faut même les combiner, pour en tirer une autre caractérisation fondamentale du proverbe, et particulièrement du proverbe métaphorique : celle d’être une « fable condensée » (op. cit. : 3)[8], et, ainsi, un apologue[9].

Pour Georges Kleiber, on le sait, la proverbialité ne s’effectue que par, grâce à, la montée en généricité ; or si les proverbes non métaphoriques sont dès l’abord génériques, il n’est plus utile de parler à leur propos de « montée »[10] ; c’est d’une certaine manière plus simple, méthodologiquement parlant, mais le raccourci prive la démonstration de toute sa complexité, donc de toute sa richesse.

Là est tout l’intérêt, si j’ose dire, de travailler avec de tels chercheurs : ils « rajoutent une couche » de complexité à la difficulté à traiter ! On vient de le voir avec Georges Kleiber…

Pierre Cadiot et Yves-Marie Visetti, quant à eux, et quelle que soit leur revendication d’une métaphorisation fondatrice du sens lexical, ne contestent pas, pour le proverbe métaphorique, l’existence d’une double strate de sens proverbial : sens phrastique ou littéral vs formulaire ou métaphorique[11], puisqu’ils parlent eux-mêmes de proverbes métaphoriques — et d’énoncés ou de formes parémiques non métaphoriques comme la maxime par ex. (op. cit. : 14). Mais partant de cette réalité, difficilement contestable, d’une littéralité du sens de la maxime, ou de certains dictons non métaphorisables : À la Sainte Catherine…[12], ils prennent volontiers une voie plus étroite ; ceci dit, on comprend vite tout l’intérêt de cette restriction quantitative du corpus qui ouvre à la complexité de son analyse qualitative : « Nous nous attacherons particulièrement aux aspects figuraux (ou métaphoriques) » (op. cit. : 3).

*

Je reviens donc à ma question initiale : « Que faire des proverbes non métaphoriques-métamorphiques ? »

Je l’avais d’ailleurs posée à nos conférenciers lors de la discussion générale qui a clos la journée de Nancy. Je leur ai proposé d’y revenir, dans une publication ultérieure ; c’est donc une affaire à suivre...

En attendant, j’invite le lecteur de ces quelques lignes à écouter les conférenciers (http://www.msh-lorraine.fr/actualites/details/article/journee-detudes-aliento-copie-1.html).

*

Conçue ou revue sous cet angle, au carrefour « des sciences humaines et cognitives », de la « folkloristique » et des « études thématiques » (op. cit. : 2 et 5), il semble que la linguistique a de quoi reprendre du galon.

*

Références et orientations bibliographiques

Achard-Bayle Guy, 2012, Démon du classement et parémiologie, communication au 2ème colloque international ALIENTO, MSH Lorraine & Inalco, Metz-Paris, 15-17 nov. 2010, parue dans la revue Aliento 2, 259-280.

Anscombre Jean-Claude, 2005, Les proverbes : un figement du deuxième type, intervention à Paris X (Publié en 2006 dans Linx 53 , 17-33).

Cadiot Pierre & Lebas Franck, 2003, Introduction à La constitution extrinsèque du référent, Langages 150, 3-8.

Cadiot Pierre & Visetti Yves-Marie, 2001, Pour une théorie des formes sémantiques : motifs, profils, thèmes. Paris, PUF.

Conenna Mirella & Kleiber Georges, 2002, De la métaphore dans les proverbes, Langue Française 134, 58-77.

Kleiber Georges, 2000, Sur le sens des proverbes, Langages 139, 39-58.

Kleiber Georges, 2001, Sur le sens du sens : objectivisme et constructivisme, in Dominique Keller & al. éds, Percevoir : monde et langage. Invariance et variabilité du sens vécu, Sprimont, Mardaga, 335-370.

Kleiber Georges, 2005, Petite sémantique des proverbes avec une vue spéciale sur leur statut de dénomination, in Almela, R., Ramon Trives, E. & Wotjak, G. (eds), Fraseologia contrastiva con ejemplos tomados del Aleman, Espanol, Francés e Italiano, Murcia, Universidad de Murcia Servicio de Publicaciones, 19-38.

Lakoff George, 1987, Women, Fire and Dangerous Things, Chicago, The University of Chicago Press.

Lakoff George & Johnson Mark, 1985, Les métaphores dans la vie quotidienne (Traduit de l'anglais par Michel de Fornel, en collaboration avec Jean-Jacques Lecercle), Paris, Les Éditions de Minuit.

Lakoff George & Turner Mark, 1989, More than Cool Reason. A Field Guide to Poetic Metaphor, Chicago, The University of Chicago Press.

Langacker Ronald, 1987-1991, Foundations of Cognitive Grammar, vol. 1-2, Stanford, UP.

Pastoureau Michel, 2008, Les Animaux célèbres, Paris, Arléa.

Pastoureau Michel, 2011, Bestiaires du Moyen-Âge, Paris, Éditions du Seuil.

Perrin Laurent, à par., L’énonciation des proverbes.

Tamba Irène, 2000, Formule et dire proverbial, Langages 139, 110-118.

Turner Mark, 1996, The Literary Mind, Oxford, OUP.

Visetti Yves-Marie & Cadiot Pierre, 2006, Motifs et proverbes. Essai de sémantique proverbiale, Paris, PUF.

 *

Crédits : Totally Severe “Proverbs from around the world” http://www.flickr.com/photos/29364131@N07/3891050788/

Belle Mellor “Book of proverbs from around the world” http://www.flickr.com/photos/centralasian/5652459523/


[1] On peut trouver encore la présentation de la journée et les enregistrements des trois interventions sur le site de la MSHL : http://www.msh-lorraine.fr/actualites/details/article/journee-detudes-aliento-1.html http://www.msh-lorraine.fr/actualites/details/article/journee-detudes-aliento-copie-1.html

[3] Personnellement j’ai attaché (pour le colloque Aliento 2, cf. Achard-Bayle, 2011) la plus grande importance à la troisième caractéristique, la « narrativité » : le proverbe étant souvent « une fable condensée » (ibid.), il en résulte la nécessité de le traiter par l’analyse textuelle (vs « les analyses qui voudraient se situer dans le seul cadre d’une linguistique de l’énoncé », Visetti & Cadiot, op. cit. : 3).

[4] Ce qui, entre parenthèses, permet de « passer d’une vision étroitement “spatialiste” ou “topologiste” à une vision plus globale de l’expérience, où les anticipations praxéologiques, qualitatives, expressives et empathiques de la perception jouent un rôle éminent » (op. cit. : 30-31).

[5] Voir aussi Perrin (à par.).

[6] Ainsi l’« imprévisibilité des contextes énonciatifs » des proverbes (op. cit. : 3) est une idée partagée par Laurent Perrin (art. cité note précédente).

[7] Voir le projet présenté en ligne (URL note 2) : « comprendre quels ont été les sources et les cheminements des corpus sapientiels » entre Orient et Occident (la péninsule ibérique des IXe-XVe siècles).

[8] On pourra le vérifier dans l’enregistrement de la conférence de Pierre Cadiot : http://www.msh-lorraine.fr/actualites/details/article/journee-detudes-aliento-copie-1.html. On y entendra en effet comment il décline, dans le cadre théorique de la variabilité du sens et du continuum polysémique, quelques profils ou thèmes animaliers. Si le proverbe est volontiers une fable, Pierre Cadiot se fait là fabuliste. Mais il se livre à bien plus qu’une démonstration de phénoménologie linguistique ou de sens perceptif : il croise les apports de la sémantique perceptive ou expérientielle, qu’il a fondée ou contribué à fonder, et de vastes connaissances encyclopédiques qui lui — et nous — permettent de revoir toute une emblématique animale (cf. Pastoureau, 2008, 2011).

[9] On constate avec intérêt que pour Mark Turner (1996), l’apologue est à la source, la source même, de notre cognition caractérisée comme Literary Mind.

[10] Georges Kleiber, qui use volontiers de la métaphore métalinguistique, parle même d’« ascenseur » !

[11] En référence à Tamba (2000) pour formulaire, sinon à Conenna & Kleiber (2002).

[12] Pour autant, le dicton est lui-même transformable : À la Sainte Catherine (tout + arbre + bois + végétation + replant) prend racine (op. cit. : 15, sur la base d’Anscombre 2005).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , ,

Posté dans : Cognition sociale, Langage et cognition, naturalisme, Non classé, Philosophie du texte

Les commentaires sont fermés.

Approches théoriques

Cognition sociale
Linguistique cognitive
Philosophie de la culture
Philosophie du discours
Philosophie du texte
Rhétorique du discours scientifique
Théorie de l'interculturel