"Pour un réalisme linguistique", Alain Lecomte

3 juillet 2012
Par

Cela fait longtemps que REALISTA n'a pas accueilli d'invité, et nous sommes donc très heureux de publier aujourd'hui un texte d'Alain Lecomte. Spécialiste de sémantique formelle (on peut lire nombre de ses travaux en ligne), Alain Lecomte est en particulier l'auteur de Meaning, Logic and Ludics. Mais il tient également un blog au très beau nom, Rumeur d'espace, qui accueille ses réflexions, souvenirs et méditations sur des sujets variés.

***

La doxa en matière linguistique, largement influencée par l’école anglo-saxonne, voudrait que le langage soit étudié selon un découpage strict en syntaxe, sémantique et pragmatique. On cite souvent à l’appui de cette idée et afin de fonder cette tripartition, les mots du philosophe américain du courant pragmatiste Charles Morris selon qui la syntaxe aborde les signes dans leurs rapports avec eux-mêmes, la sémantique en rapport avec leur « sens » et la pragmatique dans leur rapport avec « l’usage ». Cette histoire de rapport avec le sens resterait à tout jamais mystérieuse si la postérité logicienne, plus ou moins inspirée par G. Frege, n’avait identifié celui-ci avec les conditions de vérité des énoncés. On sait que toute la sémantique formelle, issue de Carnap, Montague, Lewis et Davidson, part de cet axiome discutable : que la signification d’un énoncé est connue lorsqu’on a identifié les conditions dans lesquelles il peut être dit « vrai ».  De plus, un énoncé ne pourra être dit « vrai » que lorsqu’on aura identifié ses constituants à leur dénotation : un individu du monde pour un nom propre, un ensemble pour un nom commun, un adjectif ou un verbe intransitif, une relation pour un verbe transitif etc. La « signification » de « John » ou de « Bernard », c’est cet individu, qui se nomme « John » ou « Bernard », celle de  « pomme » ou de « train à grande vitesse », cet ensemble d’objets qui contient soit toutes les pommes, soit tous les trains à grande vitesse. Celle  de « John est un étudiant » sera alors une valeur de vérité : « vrai » si l’individu dénoté par  « John » est bien élément de l’ensemble des étudiants, « faux » sinon. Autrement dit, la signification de « John est un étudiant », c’est que John est un étudiant. Merci Monsieur de La Palice. Un raffinement que M. de la Palice aurait sûrement apprécié, toutefois, réside dans l’usage des guillemets. Voyez ce que cela donne :

« John est un étudiant » est vrai si et seulement si John est un étudiant

C’est là ce qu’on appelle la conception tarskienne de la vérité (du nom du logicien Alfred Tarski, d’origine polonaise, mort aux Etats-Unis en 1983) ou encore la conception « décitationnelle » d’icelle. On passe aux conditions de vérité, en effet, par la suppression des guillemets de citation. Cette théorie n’a en réalité jamais été conçue par les logiciens pour servir de paradigme obligatoire dans l’étude de la signification des énoncés du langage ordinaire. Elle l’a été dans un but de clarification du langage mathématique. On sait que le projet de Frege, contenu dans sa fameuse Begriffschrift (littéralement « l’écriture des concepts »), était de fournir un langage rigoureux pour l’écriture des concepts mathématiques (lesquels en éprouvaient un grand besoin). Tarski, de son côté, voyait d’un assez mauvais œil l’utilisation de sa conception de la vérité dans le cadre du langage ordinaire, qui, à ses yeux, se distinguait des langages formalisés par son absence de métalangage, absence qui autorise les énoncés auto-référentiels (d’où viennent les paradoxes connus). Mais cela n’a pas empêché leur postérité de s’engouffrer dans les facilités qu’elle permet : rien n’est plus tentant que de traiter une phrase ordinaire comme un énoncé mathématique, en la bardant de quantificateurs et de connecteurs logiques, d’autant qu’on a beau jeu de dire qu’il y a une « certaine ressemblance » entre langage ordinaire et langage mathématique, notamment dans les phénomènes de liage (« toute absence de compostage que l’usager n’aura pas signalée à l’avance auprès du contrôleur sera punie d’une amende qu’il devra acquitter sur-le-champ » : c’est « l’absence de compostage » qui, à la fois, aurait du être signalée au contrôleur et sera punie en cas de non signalement, et c’est « l’usager » qui aurait du signaler cette absence et qui devra acquitter l’amende). Cette « sémantique » a donc son usage : elle s’applique à une sorte de « langue universelle » qui, comme les mathématiques, vise principalement voire uniquement à permettre des expressions qui décrivent une réalité. Son but est, théoriquement, de juger de l’adéquation d’un énoncé et d’une réalité extérieure. Elle assume donc totalement une conception utilitariste et universaliste du langage. Elle est en particulier aveugle à la pluralité des systèmes linguistiques puisqu’elle part du principe que toute langue est un simple système de notation de la réalité. Il n’est pas exagéré de dire que pour ce genre de conception, la langue est un voile transparent jeté à la face du monde et que, si ces voiles diffèrent, c’est de manière arbitraire, de la même façon qu’en mathématiques, il importe peu de choisir une notation plutôt qu’une autre : tout n’est que convention. On obtient ici une version inattendue de la thèse saussurienne de « l’arbitrarité du signe », version toute entière tournée vers l’idée de convention arbitraire (et non de convention au sens d’une institution sociale). Tout devient comme si la langue n’avait pas de propriétés en elle-même. Les premières recherches, menées par Chomsky dans les années cinquante, sur la trace de logiciens comme Thue et Post, réduisent une langue à un système formel au sens logique du terme. On comprend qu’elles aient donné des espoirs fous aux pionniers de l’Intelligence Artificielle et de la Traduction Automatique, espoirs hélas (ou heureusement ?) démentis par les faits ultérieurs.

Or, les langues ne diffèrent pas entre elles de manière « inessentielle », contrairement à ce que suggérait Montague lorsqu’il disait ne pas voir de différence fondamentale entre une langue naturelle et un langage formel, même et surtout si l’on s’en tient principalement à leur rapport à la signification. Cela est assez évident lorsqu’on examine les problèmes de lexique, mais cela apparaît aussi dans le domaine de prédilection de cette sémantique logique constitué par les déterminants (traduits par des « quantificateurs généralisés »). Une langue qui ne développe pas le même rapport que celui d’une langue indo-européenne au système des « numérosités », par exemple[1], n’aura pas le même fonctionnement de ces expressions. Elle pourra privilégier des expressions de quantités approchées et ne possèdera pas de déterminants numériques autonomes. Même d’ailleurs en en restant à des langues très étudiées (comme celles couramment pratiquées dans le monde occidental) on a le sentiment que c’est par abus de formalisation qu’on accepte de représenter un déterminant comme « tout » ou « les » par un quantificateur universel. Lorsque l’on dit que « les Anglais aiment par-dessus tout la bière brune », on ne descend évidemment pas au niveau de chaque anglais, on ne propose même aucune estimation de la proportion objective desdits anglais qui préfèrent la bière brune à la bière blonde ou au vin. L’expression de la généricité reste encore un problème mal élucidé, auquel les outils de formalisation habituelle conviennent bien mal.

Le point de vue ainsi développé en sémantique logique, dite aussi « vériconditionnelle », s’accorde parfaitement à une conception positiviste de la science et du langage qui font de la première une description de la réalité au moyen de modèles, qui sont comme des « tableaux » faits pour la représenter, et du second un simple « outil » qui n’a pas de propriété intéressante en lui-même puisqu’un outil se trouve défini essentiellement par ce à quoi il sert. Comme tel, il peut certes donner des résultats intéressants[2] (la théorie des quantificateurs généralisés peut être ainsi un cadre formel où l’on démontre des théorèmes mathématiques) mais cantonnés à une « utilisation de la langue » qui demeure très restreinte, opérant dans le cadre  de normes d’enrégimentation très spécifiques (on songera pas exemple aux langages, utilisés dans la maintenance d’appareils sophistiqués, du genre « Simplified English » ou « Français rationalisé »). Rien à voir donc, ainsi que le rappelle François Rastier[3], avec la langue comme « milieu » au sein duquel nous vivons. Il semble qu’on puisse dire à juste titre, comme le fait Louis-Jean Calvet[4], que les linguistes convertis à la sémantique formelle se sont inventés comme objet d’étude un système abstrait en lieu et place de la langue réelle. Or, c’est celle-ci qui nous intéresse dès que nous nous penchons avec sérieux sur la spécificité de ce qui fait l’humain en nous.

Il y a déjà une trentaine d’années, Oswald Ducrot remarquait que bien peu de nos énoncés dans la langue de tous les jours sont évaluables en termes de valeur de vérité. Ouvrons le premier quotidien venu : il y est question principalement de « jugements » et très peu d’énoncés constatifs. Les contenus de ces jugements sont, certes, susceptibles d’être pris pour vrais ou faux, mais pas les énoncés qui les expriment. « L’histoire de M. M. ressemble à la revanche de l’éternel second »[5] est-il écrit dans tel article de tel journal : on peut évidemment évaluer la pertinence d’un tel jugement, convoquer les aspects de la réalité qui autorisent à le prononcer, mais la simple occurrence du verbe « ressembler » nous fait douter de l’existence d’un critère  externe au discours qui nous permettrait de statuer. Il y a de nombreuses années, j’avais étudié, avec C. Péquegnat[6], un corpus de textes d’historiens autour du thème de « l’allaitement mercenaire au XVIIIème siècle ». Parmi ces textes, deux étaient particulièrement mis en valeur, l’un d’Emmanuel Leroy-Ladurie[7], l’autre de Catherine Fouquet et Yvonne Knibiehler (extrait de leur « Histoire des mères »[8]). Qu’apparaissait-il à la lecture de ces deux textes ? que l’un, le premier, concluait que l’allaitement mercenaire, en France, au XVIIIème siècle était objectivement un infanticide, et l’autre que l’allaitement mercenaire au XVIIIème siècle marquait au contraire un recul de l’infanticide. Deux jugements antinomiques en quelque sorte, qui ne pouvaient se comprendre qu’en remontant l’argumentation suivie par leurs auteurs. Si, pour Leroy-Ladurie, la conclusion de l’infanticide se justifiait de « faits objectifs » tels que le nombre d’enfants morts en nourrice au cours de cette période (« tombés sous les roues des charrettes » voire « dévorés par les cochons »), les historiennes Knibiehler et Fouquet pour leur part, justifiaient l’orientation contraire de leur conclusion par un changement de pratique important de la part des familles de l’époque qui étaient attachées à leur progéniture mais où les mères se trouvaient néanmoins sous la contrainte d’exercer une activité (souvent marchande) afin de subvenir aux besoins familiaux. Les deux énoncés, que nous résumerons simplement par « l’allaitement mercenaire, c’est de l’infanticide » et « l’allaitement mercenaire, c’est le contraire de l’infanticide », n’avaient donc une valeur de vérité (tous les deux le « vrai ») que pour autant qu’on les ramenât à des lignes d’argumentation qui se révélaient différentes. Il apparaissait de plus qu’au style impersonnel et objectif de l’un (« ce sont les faits qui parlent ») répondait un style plus subjectif de l’autre, marqué par l’emploi récurrent du style indirect libre, grâce auquel les auteurs se mettaient « à la place » des sujets féminins dont elles portaient la parole. Ici, une approche positiviste du langage nous contraindrait à choisir : si l’un des deux énoncés est vrai, l’autre est faux, en vertu du fait que chacun d’eux devrait se traduire par une proposition, c’est-à-dire une description d’un certain état du monde. Mais le monde peut-il être décrit de telle sorte qu’il n’y ait que des situations ne dépendant jamais des jugements proférés par des locuteurs ?

On voit ici l’importance du discours en tant qu’instance qui organise les usages de la langue dans des énonciations liées à des contextes particuliers. Comme le disait dans les années soixante-dix le philosophe Paul Henry[9], « l’inconscient et l’histoire nous assurent qu’on ne dit jamais n’importe quoi ». La détermination des significations se fait alors nécessairement en fonction de ce qu’un système (peut-être de l’ordre de ce que Foucault nommait une épistémè) nous autorise – ou nous engage - à dire. A l’opposé du positivisme linguistique qui se satisfait d’une fiction de langage pour laquelle il existe de tout temps un « sens littéral » qui ne se modifie que rarement et qui nous autorise, de ce fait, à évaluer une signification hors contexte, le réalisme linguistique serait l’attitude qui consiste à prendre acte de l’irréductibilité des phénomènes langagiers et discursifs. La doxa dont il était question en commençant arrête la signification à des entités que l’on répartit en « types » qui définissent en quelque sorte pour toujours l’inamovible mobilier de la langue : des entités individuelles, des propriétés du premier ou du second ordre, des relations et des mondes possibles[10]. Elle donne de ce fait de la langue une image fixiste et lui impose de refléter une métaphysique des essences. Les faits de langue font au contraire état de perpétuels changements, notamment en syntaxe lorsqu’un mot glisse de la catégorie d’adjectif à celle d’adverbe par exemple, comme c’est le cas en Français avec  le mot « grave », et qui se traduisent au plan sémantique par des fluctuations entre les catégories d’état et de processus (le mot pouvant aléatoirement qualifier un état ou un processus).

L’obstacle le plus souvent évoqué à cette attitude réaliste serait l’objection que la linguistique y perdrait de cette rigueur qu’elle a acquise de haute lutte en s’incorporant les outils traditionnels de la logique classique (formules, tables de vérité, modèles de Kripke pour les mondes possibles…). L’argument le plus souvent employé par les linguistes est en effet que le formalisme logique fournit le seul métalangage possible pour exprimer la part de signification accessible des énoncés. Sans lui, l’effort sémantique s’épuiserait dans des reformulations à l’infini dans des langages tous aussi imprécis les uns que les autres[11]. Moyennant quoi, bien entendu, les linguistes se contentent de ce qui leur semble le plus facile à l’emploi dans les mathématiques : en gros, le vocabulaire de la théorie des ensembles. C’est se cantonner dans une vision singulièrement simpliste et utilitariste des mathématiques. A qui souhaite ne pas perdre de vue que la mathématisation d’un domaine est le plus sûr moyen de l’ériger en objet de preuves et de démonstration donc de science[12], on indiquera que d’autres voies ont été ouvertes à l’étude de la signification que la voie ensembliste et vériconditionnelle : nous en citerons particulièrement deux, la voie en termes de « théorie des preuves » et celle en termes de « théorie des jeux », deux voies qui se conjoignent aujourd’hui dans la ludique de Jean-Yves Girard[13]. La première, initiée par le courant intuitionniste en logique (Brouwer, Heyting…) et poursuivie par des auteurs comme P. Martin-Löf, G. Sundholm ou A. Ranta[14], met au premier plan de la signification le concept de preuve. On connaît l’adage intuitionniste : « le sens d’une formule, c’est l’ensemble de ses preuves », qui trouve à s’exporter du côté de la linguistique en faisant l’hypothèse que le sens d’un énoncé réside dans l’ensemble des mécanismes, tous de l’ordre de processus, qui assurent son caractère « assertable ». Si nous reprenons ici l’exemple de l’allaitement mercenaire, l’un comme l’autre des deux énoncés mentionnés voit ainsi résider son sens dans le processus proprement interne au langage et au discours qui rend compte de sa formation (à quelle interprétation des mots « infanticide » ou « mercenaire » il renvoie, quels supports d’énonciation sont convoqués, quelles citations extraites de mémoires du temps etc.). Ranta suggère des règles de formation des jugements qui, enchaînées entre elles, conduisent à des preuves de bonne formation. De telles preuves, une fois construites, peuvent à leur tour être employées comme objets : on pourra, par des opérateurs convenables, extraire telle ou telle preuve partielle associée à un constituant et traiter de cette manière de phénomènes de liage complexe (comme il s’en révèle dans les fameuses « donkey- sentences[15] », rétives à la formalisation en premier ordre). Le sens lexical, par exemple celui d’un verbe, sera traduit par un jugement hypothétique (les présuppositions à l’emploi d’un verbe donné étant traduites par des hypothèses qu’il faut instancier). On obtient certes encore une vision du langage proche de la notion de sens littéral. On ne s’éloigne de celle-ci que lorsqu’on envisage la dimension de l’interaction entre les locuteurs. O. Ducrot, dans les années quatre-vingt, cherchait, selon ses dires[16] « à développer une représentation [du langage] qui considère l’action réciproque des interlocuteurs comme le fait linguistique fondamental » (p. 180). C’est elle en effet qui est le moteur principal des processus signifiants. Or cela ne se perçoit bien que si on tente de formaliser cette « action réciproque ». Quel autre concept s’y prête mieux que celui de « jeu » ? Le jeu dialogique opposera ainsi deux locuteurs dont l’un construit une argumentation en prenant appui sur celle de l’autre, soit en ce qu’il en reprend une partie (acte de langage de concession) soit en ce qu’il lui fait des objections à prendre en compte. Cette dimension de « jeu » peut se retrouver évidemment à tous les niveaux du langage : phonologique (ce qui permet d’étudier l’évolution des formes phonétiques), syntaxique ou sémantique. Si les premières théories basées sur les jeux (notamment la « sémantique – théorie des jeux » de Hintikka) ont conservé le caractère fixiste de la théorie classique des modèles (les jeux étant bâtis sur des règles qui expliquent comment défendre ou attaquer l’emploi de particules logiques pré-définies), la ludique propose une théorie beaucoup plus générale, non centrée sur une logique pré-existante, mais qui autorise la construction après coup des notions courantes de formule, de preuve et de vérité. Elle est basée sur une définition mathématique de l’interaction qui n’a rien à envier sur le plan de la rigueur formelle aux théories vériconditionnelles. Il reste seulement à ceux et celles qui la développent d’avoir le temps pour fournir, par son utilisation, suffisamment d’analyses convaincantes.

La portée d’une théorie basée sur l’interaction des locuteurs s’illustre notamment dans la question du sens lexical. L’essentialisme sémantique résout facilement la question de l’interlocution en admettant que les sujets en dialogue s’en remettent à un lexique pré-établi, et que celui-ci, donc, fournit une sorte de garant de la réussite de la communication. « Chacun est supposé connaître la Loi », entendez : le sens des mots. Or dans la pratique langagière courante, ce sens est, au moins pour une grande part, co-construit dans le dialogue[17]. Ainsi par exemple, « l’allaitement mercenaire » dont il était question plus haut, ne saurait être identifié à une dénotation qui consisterait en une action de nourrir à laquelle on aurait accolé la propriété d’être « mercenaire ». Il s’agit d’un syntagme forgé dans le cours des discussions scientifiques entre historiens, qui condense un certain nombre de formulations. Il en va de même d’ailleurs dans les sciences en général où des chercheurs s’entendent pour donner à des phénomènes des dénominations qui ne sont pas nécessairement décomposables en leurs éléments simples. Les biologistes[18] découvrent ainsi une « hormone juvénile », responsable, chez les insectes, du maintien de certains organes à des tailles réduites. Les astrophysiciens créent les « pulsars » par analogie avec de grands « phares » de l’espace[19]. Ces dénominations deviennent des lieux (loci[20]) où l’interaction se produit parce que les locuteurs qui les emploient s’entendent tacitement sur leur signification. L’emploi de ces dénominations conditionne de la part des interlocuteurs, un ensemble d’attentes qui, si elles n’étaient pas satisfaites, entraîneraient la « divergence » du dialogue. L’interaction entérine des lieux existants mais aussi elle en crée d’autres : dans certaines conjonctures « de crise » où certaines expressions manquent pour désigner ce dont il est question, des lieux nouveaux sont formés, avec leurs attentes particulières. C’est aussi cela que l’on essaie de décrire avec la ludique.

Ces tentatives pour sortir du schéma positiviste conventionnel afin d’aller vers une vision plus « réaliste » du langage se heurtent, en linguistique, aux réticences des courants dominants d’origine principalement anglo-saxonne. On notera toutefois qu’en philosophie, des auteurs issus du pragmatisme comme Robert Brandom proposent une conception dite « inférentialiste » de la sémantique qui se trouve beaucoup plus en accord avec l’attitude réaliste que nous revendiquons. Le point de vue défendu par Brandom[21] repose sur l’idée que l’on saisit la signification d’un concept quand on est capable, non pas de dire simplement s’il s’applique ou s’il ne s’applique pas dans une situation donnée, mais de maîtriser les inférences qui découlent de lui (en aval) ainsi que celles d’où il peut provenir (en amont). Une comparaison souvent faite par R. Brandom (mais qu’il emprunte semble-t-il à son maître W. Sellars) est celle du comportement humain avec celui d’un perroquet ou d’un thermostat. Il est toujours possible de dresser une machine ou un perroquet à réagir à quelque chose de rouge en disant que « c’est rouge ». Le perroquet (ou la machine) sera en ce cas doté d’un pouvoir de reconnaissance d’une situation où le prédicat « rouge » peut être appliqué. Mais la maîtrise du concept est autre : elle implique que l’on soit capable de déduire qu’en conséquence, l’objet n’est pas vert, qu’il est coloré, qu’il peut éventuellement être écarlate etc. Autrement dit, toute assertion implique un engagement (commitment) mais aussi une autorisation de dire (entitlement). Ces deux mouvements n’ont alors de sens défini que par rapport à une situation dialogique ou un interlocuteur (ou bien un gardien de score – scorekeeper -) intervient pour pousser le locuteur à justifier son assertion tant du point de vue de l’aval que de celui de l’amont. Sellars avait introduit l’expression de « jeu de l’offre et de la demande de raisons » afin de caractériser l’activité langagière. Il existe donc bien d’autres horizons que celui de la sémantique formelle standard lorsqu’on étudie les questions liées à la signification.


[1] Comme c’est le cas de nombreuses langues amazoniennes, telles le mundurucu ou le piraha, cf. P. Pica et A. Lecomte « Theoretical Implications of the Study of Numbers and Numerals in Mundurucu », in Philosophical Psychology, vol. 21, N°4, pp. 507-522, 2008.

[2] Voir A. Lecomte, « A propos de la mathématisation du langage : linguistique, informatique théorique et biologie » in H. Chabot et S. Roux (eds) « la mathématisation comme problème », éditions des archives contemporaines, 2011.

[3] Dans « Pour un remembrement de la linguistique : enquête sur la sémantique et la pragmatique » (Texto !, vol.XV, n°2 (2010)), F. Rastier écrit : « les langues ne sont pas des instruments, mais un milieu et elles constituent une part éminente du monde où nous vivons – de même pourrait-on dire, l’air n’est pas l’instrument des oiseaux ».

[4] In « Essais de linguistique : la langue est-elle une invention des linguistes ? » ed. Plon, 2004

[5] « Libération » du 25/06/2012, p. 3, à propos de l’élection du nouveau président égyptien.

[6] A. Lecomte, « Espaces des séquences . Approche topologique et informatique », Langages, vol. 21, n°81, pp. 91-109, 1986

[7] E. Leroy-Ladurie, « L’allaitement mercenaire en France au XVIIIème siècle », Communications n°31, Le Seuil, 1979

[8] Y. Knibiehler et C. Fouquet, « L’histoire des mères du Moyen-Age à nos jours », Hachette Pluriel, 1982

[9] In Paul Henry, « Le mauvais outil, Langue, Sujet et Discours », ed. Klincksieck, 1977

[10] Voir à ce propos l’instructif chapitre « Metaphysics of Natural Language(s) » d’E. Bach et W. Chao, du récent volume « Philosophy of Linguistics » (eds. R. Kempson, T. Fernando et N. Asher) du Handbook of the Philosophy of Science édité par D. Gabbay, P. Thagard et J. Woods, North-Holland, 2012. On notera au passage que dans ce volume, censé faire le point sur la philosophie de la linguistique, aucune mention n’est faite d’auteurs comme Emile Benveniste ou Oswald Ducrot.

[11] C’est l’argument défendu par Francis Corblin dans « Représentation du discours et sémantique formelle », Linguistique nouvelle, PUF, 2002 : « [sans le formalisme issu de Frege et Montague] la sémantique ne pourrait être qu’un discours en langue naturelle présupposant la mise en œuvre des mécanismes d’interprétation qu’il aurait pour objet d’élucider » (p. 2).

[12] On rappellera ici la maxime édictée par le philosophe Jean Cavaillès dans sa « Logique et Théorie de la Science » : « il n’est de science que de démonstration ».

[13] Voir Girard, « Le Point Aveugle, Cours de Logique », vol. I (« Vers la perfection ») et vol. II (« Vers l’imperfection »), ed. Hermann, 2006, particulièrement les chapitres 13 et 14. Pour des applications au langage, voir : A. Lecomte et M. Quatrini, « Pour une étude du langage via l’interaction : dialogues et sémantique en ludique », Mathématiques et Sciences Humaines, n°189, pp 37-69, 2010, et C. Fouqueré et M. Quatrini, « Un cadre formel issu de la théorie de la démonstration pour la théorie de l’argumentation », Mathématiques et Sciences Humaines, n°198, 2012.

[14] Voir en particulier A. Ranta, « Type-Theoretical Grammar », Oxford University Press, 1994

[15] Il s’agit des phrases étudiées par Geach, comme « tout fermier qui a un âne le bat », où la traduction en premier ordre ne peut apparemment se faire de manière compositionnelle puisque le « un » de « un âne » se transforme en contexte en un « quelque soit ». H. Kamp fut le premier à proposer un traitement de ce type de phrases dans le cadre de la DRT (« Discourse Representation Theory »).

[16] Dans la postface au livre de Paul Henry cité plus haut.

[17] Il n’est bien sûr pas question de nier l’existence de traits ou sèmes qui dirigent la créativité lexicale, traits de classification qui probablement pré-existent à l’actualisation du langage, à l’interface de l’organisation neuronale et du monde culturel, mais on trouvera sans doute plus d’informations sur cette structure dans une sémantique « différentielle » à la Rastier que dans la sémantique formelle (sauf à regarder, dans les marges de cette dernière, les travaux dans la lignée de Pustejovsky – « The Generative Lexicon », MIT Press, 1998).

[18] Wigglesworth, VB. « The Principles of Insect Physiology ». Cambridge Univ. Press.  Cambridge, 1939.

[19]Cf.  H. Garfinkel, M. Lynch et E. Livingstone, « The work of a discovering science construed with materials from the optically discovered pulsar », Philosophy of the Social Sciences, 11, pp. 131-158, 1981.

[20] Au sens de la ludique, les loci sont des adresses arbitraires qui s’ordonnent en structures arborescentes, cela ne recouvre donc pas le sens habituel donné à ce terme, par exemple par Aristote dans les Topiques. On peut néanmoins sortir de cette caractérisation technique en proposant qu’un locus, c’est non seulement une adresse, mais l’ensemble constitué d’une adresse et des différentes directions vers lesquelles on peut aller en partant d’elle (ce qui, en termes techniques, est alors appelé une « ramification »). Rien n’empêche alors d’associer une unité lexicale à un tel locus (et à ses variétés obtenues par délocalisation).

[21] R. Brandom, « Making It Explicit, Reasoning, Representing & Discursive Commitment », Harvard University Press, 1994, trad. Française : « Rendre explicite » tomes 1 et 2, Editions du cerf, 2010, R. Brandom, « Articulating reasons, an Introduction to Inferentialism », Harvard University Press, 2000, trad. française : « l’articulation des raisons », ed. du cerf 2009,  R. Brandom, « Between Saying and Doing, Towards an Analytic Pragmatism », Oxford University Press, 2008.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , ,

Posté dans : Débats critiques, Invité du mois

2 commentaires pour “ "Pour un réalisme linguistique", Alain Lecomte ”

  1. Alain L. le 18/07/2012 à 12:27

    Chère Marie-Anne,
    J’avoue que votre réponse me surprend , mais elle m’intéresse beaucoup. Elle montre qu’en effet il existe un fossé entre plusieurs approches du langage… pour ne pas dire une incompréhension réciproque assez grande… Il serait très fructueux (si cela est possible) de contribuer à un rapprochement. Pour cela peut-être faudrait-il repartir de la source ? Mon itinéraire peut sembler étrange puisqu’en apparence, je suis passé du structuralisme que défendait Pêcheux (un « structuralisme » particulier, il est vrai, puisque dans la mouvance des idées d’Althusser, et dans une moindre mesure de Lacan) à la sémantique logique qui, déjà, à l’époque s’était développée via les travaux de Montague. De fait, j’ai éprouvé le passage par la sémantique formelle (et le courant générativiste) comme une obligation : il fallait se coltiner avec la rigueur formelle pour avancer dans la conceptualisation. Les grandes notions défendues dans les années soixante-dix et quatre-vingt, celles de « formation discursive », de « formation idéologique », « d’interdiscours » (opposé à l’intradiscours) etc. ne me satisfaisaient pas complètement car on n’était pas capable de les formaliser. Je m’étais bien essayer à le faire pour la notion d’interdiscours (dans un article confidentiel écrit avec Courtine à l’occasion d’un colloque de sociolinguistique qui avait eu lieu, je crois me souvenir, à Rouen vers l’année 78…) mais cela restait très balbutiant.
    Pêcheux prenait très au sérieux la question de la formalisation. Il m’avait intégré dans son groupe car il attendait de moi que je travaille sur une refondation de la logique, autrement dit que je travaille à sa refondation sur une base « matérialiste » (quel projet ambitieux, quasi déraisonnable, et qu’en tout cas j’étais bien incapable d’accomplir). Cela nécessitait de très bien connaître ce qui se faisait à la fois en logique et en formalisation de la linguistique. Si on reprend aujourd’hui les travaux de Pêcheux, on sera probablement surpris de voir la place qu’il accordait à un auteur comme Frege, aujourd’hui considéré comme le type même du penseur platonicien. Il y a au moins une trentaine de pages des « Vérités de la Palice » consacrées à la discussion des thèses de Frege, qualifié à un certain moment de « matérialiste spontané ». L’idée de Pêcheux (et d’autres, bien sûr) était que le travail de formalisation logique avait ses propres déterminations, qui échappent à l’individu-sujet qui réfléchit au langage, et que, de ce fait, il conduit à des conclusions non prévues par la démarche intuitive spontanée qui, toujours, en dernier ressort, reproduit l’idéologie. Ceci dit, Pêcheux était bien entendu conscient des dégâts qu’une formalisation à outrance (ou sans principes) pouvait provoquer lorsque, surtout, elle est conçue d’une manière purement positiviste, autrement dit quand l’essentiel devient de simuler par le calcul des phénomènes réels sans se préoccuper un seul instant de savoir si ces calculs expriment la réalité ou bien ne sont que des artefacts. (De ce point de vue, j’insiste sur le fait que, dans mon texte ci-dessus, je m’attaque au positivisme des premiers travaux de Chomsky et pas à Chomsky lui-même, dont la position a beaucoup changé sur cette question puisqu’il en est arrivé à dire lui-même que sa formalisation initiale de la grammaire était purement artefactuelle). Il y a positivisme également lorsqu’on ne s’interroge pas sur les fondements du système que l’on emploie : en ce cas, on accepte les « règles » comme des données non questionnables, « tombées du ciel » en quelque sorte. C’est ce que l’on peut reprocher à beaucoup de penseurs anglo-saxons tenants de la philosophie analytique pour qui les notions de « vérité », de « mondes possibles » etc. sont des acquis non questionnables.
    Si je ne crois pas avoir accompli la mission que m’assignait Pêcheux au sein de son groupe, je crois cependant pouvoir dire que j’ai tenu le fil jusqu’à aujourd’hui où j’ai entrepris de me coltiner avec la pensée de Jean-Yves Girard, qui est un grand logicien de ce siècle, et dont les travaux en logique révolutionnent pas mal cette discipline (si du moins, on accepte de les entendre, ce qui est loin d’être le cas de toute la communauté logicienne…). A mon avis, cette pensée se trouve connectée avec le projet de Pêcheux en ce que, justement, elle refuse les évidences essentialistes de la logique classique et tente de fonder son propre projet sur des bases que l’on peut qualifier de « matérialistes » (comme la réalité de l’interaction par exemple). (Un jour j’écrirai un billet pour faire le point sur tout cela, car je suis bien probablement le seul à pouvoir dire quelque chose sur ce qui lie Pêcheux à Girard !).
    Pour en revenir à la teneur de votre réponse et à votre propre « étonnement », je crois qu’on ne saurait nier aujourd’hui qu’il existe un fort courant dominant en linguistique inspiré des travaux anglo-saxons… pour le meilleur et pour le pire ! Et il est fort dommage que les travaux que vous citez (Rastier, mais aussi Ducrot, et même… Benveniste !) aient tant de mal à dépasser nos frontières. A mon avis, cela tient en partie au fait qu’ils n’ont pas été assez formalisés. Les concepts fondamentaux qu’ils ont introduits (la polyphonie chez Ducrot par exemple, et l’énonciation chez Benveniste, mais aussi les sèmes, sémèmes etc. chez Rastier) ont pu sembler rétifs à la formalisation, donc, pour beaucoup de chercheurs, non scientifiques. De fait, la majorité des penseurs anglo-saxons les ont rejetés (en les remplaçant souvent par des succédannés). Il se trouve, selon mon avis, qu’il existe aujourd’hui des outils logico-mathématiques pour reprendre ces concepts, les développer et les préciser. C’est ce que je voudrais faire, mais peut-être est-ce trop tard. En tout cas, je vous garantis que les penseurs anglo-saxons auxquels je fais référence freinent des deux pieds. Je me suis fait récemment refuser un papier sous prétexte que je me référais au concept de polyphonie chez Ducrot, dont le rapporteur disait qu’il s’agissait là « d’un thème de réflexion propre au milieu intellectuel français, mais dont on n’avait jamais montré qu’il apportait quelque chose… » (sic !). Mais à la réflexion… n’est-ce pas la même chose dans la direction inverse ? Je ne suis pas sûr que si je me présentais à un des colloques que vous mentionnez, je ne me ferais pas rejeter impitoyablement pour cause de « formalisme »…

  2. Marie-Anne Paveau le 11/07/2012 à 15:14

    Merci Alain de nous avoir proposé ce texte qui soulève des questions importantes et passionnantes à mon avis !
    La doxa que vous mentionnez au début m’étonne un peu car c’est celle d’une certaine conception de la linguistique, formelle pour aller vite, celle qui est parfois d’ailleurs la seule reconnue par certains de nos collègues – mais dans les domaines où je travaille, celui des linguistiques que j’appelle TDI (texte, discours, interaction, qui englobent aussi la sociolinguistique et qu’on peut, pour aller vite, rassembler sour le trait « étude des énoncés empiriques »), ce n’est pas du tout cette image qui prédomine et pour tout dire il n’y a pas vraiment de « découpage » chez nous, il n’y a plutôt que des associations et des articulations - à la fin de votre texte vous précisez que la conception réaliste se heurte aux résistances des courants dominants d’origine anglo-saxonne, mais ils sont dominants pour qui ? pas pour moi en tout cas, ni pour tous les chercheurs qui travaillent en linguistique du texte et du discours depuis les années soixante, à la suite de la discourse analysis introduite par Harris, de l’analyse du discours dite « française » autour de Pêcheux (que vous connaissez bien), de la sociolinguistique nourrie par Bakhtine, du courant énonciativiste à partir de Benveniste, etc.

    C’est une question que je rencontre régulièrement, et ça fait longtemps que je prévois un travail là-desus, mais je n’ai pas trouvé le temps – j’avais entamé une discussion intérieure avec ce que Claudine Tiercelin appelle « linguistique » elle aussi, à partir de la bibliographie du Ciment des choses – et dans les travaux de Recanati, le terme "linguistique" est strictement équivalent à "sémantique formelle" - du coup il y a un phénomène de parallèle épistémique qui me semble risquer de fermer la discussion : sur le contexte, par exemple, alors qu’il est naturel aux disciplines TDI depuis Humboldt, c’est une nouveauté en philosophie du langage, je pense à l’introduction du « contextualisme » par Recanati justement

    Je suis évidemment en plein accord avec la critique que vous faites de la conception universaliste formelle, mais j’ai l’impression que vous décrivez le paysage familier de mon travail depuis… toujours – vous citez d’ailleurs Rastier et Calvet, et puis Henry, qui sont bien sûr des références classiques pour nous – mais il y a bien d’autres linguistes qui ont travaillé pour une linguistique réaliste, en particulier Kleiber bien sûr, qui a toujours tenu des positions référentialistes (il y a d’ailleurs un colloque d’hommages à son travail prochainement, nous l’avons annoncé sur REALISTA : http://realista.hypotheses.org/1164) et Siblot, qui a écrit un texte intitulé « Une linguistique qui n’a plus peur du réel » (Cahiers de praxématique 1990) et tout le courant de la praxématique - mais Guy Achard-Bayle qui co-anime ce carnet de recherche a beaucoup contribué également à une sémantique réaliste – tous les deux ans le colloque Res per Nomen cité plus haut rassemble des chercheurs sur cette question

    Pour conclure j’ai eu beaucoup de plaisir à lire votre texte mais aussi une petite amertume de voir à quel point les courants sont étanches les uns aux autres, menant leur route en suivant des parallèles qui ne se rencontrent jamais… ou si tard !

Approches théoriques

Cognition sociale
Linguistique cognitive
Philosophie de la culture
Philosophie du discours
Philosophie du texte
Rhétorique du discours scientifique
Théorie de l'interculturel


Carnets de recherche