Des textes hybrides et des chats cambrioleurs (parution)

(Billet initialement publié le 22.12.2012)

Guy ACHARD-BAYLE, 2012, Si quelque chat faisait du bruit… Des textes (aux discours) hybrides. Essais de linguistique textuelle et cognitive, Recherches linguistiques 33, Études publiées par le CELTED-CREM, Metz, Université de Lorraine

***

Introduction [extrait] : Où il est question d’un chat hybride & virtuel

Le vers de La Fontaine qui sert de titre à l’ouvrage présenté ici en sera aussi le fil conducteur. C’est un vers devenu célèbre, du moins avec le suivant ou grâce à lui : Le chat prenait l’argent ; les milieux savants, linguistes ou littéraires, à la fin du XIXe siècle y virent le « premier exemple » de style indirect libre : ainsi, ce style fut « découvert »…

Ce chat n’a eu de cesse, depuis, d’être repris et commenté, même si les exemples de ce type de discours rapporté se sont multi­pliés et ont « ressurgi » de textes bien plus anciens.

Tel que je le fais figurer en titre, il n’a pourtant rien d’un propos cité : c’est bien là ce qui fait toute la difficulté d’un discours rapporté qui ne se montre pas, voire qui se cache comme tel. On s’accorde à voir néanmoins dans cette forme de citation un sommet de l’art de la représentation littéraire : celle de paroles et de pensées « hétérogènes » qui s’infiltrent incognito dans le tissu du discours narratif… Notre chat cambrioleur est donc un être hybride : un être hybride de papier ! D’où, maintenant, mon sous-titre : je m’occuperai de textes aux discours hybrides – et parfois même de textes hybrides sans qu’il soit nécessaire de faire état de discours.

***

Ceci dit, le vers tel que je le fais figurer en titre semble plutôt introduire une hypothèse ; mais là encore, privé de son contexte – de son cotexte – on est bien en peine de dire s’il s’agit, sur l’échelle du potentiel qui va du possible au probable, d’une supposition ou d’une éventualité : imagine-t-on qu’un chat puisse faire du bruit, ou signale-t-on, voire rappelle-t-on du fond de nos mémoires, de nos savoirs partagés, qu’il est fréquent que les chats sortent la nuit (pouvant ainsi causer du bruit) ?

Dans ce cas, on constate qu’on ne s’écarte pas aussi loin qu’il n’y paraît de la question précédente : de l’hétérogénéité. C’est tout l’enjeu de cet ouvrage : de rassembler deux modes d’expression de l’hétéro­gène, ou de l’hybride.

 ***

Guy Achard-Bayle, agrégé de lettres modernes, est professeur en sciences du langage (linguistique textuelle) à Metz depuis 2004 (Université de Lorraine). Ses ouvrages précédents, de sémantique textuelle et cognitive, ont été publiés, en 2001 (Grammaire des métamorphoses. Référence, Identité, Changement, Fiction, Bruxelles, De Boeck-Duculot, Recherches Linguistiques) et 2008 (Les Réalités conceptuelles. Identité et/en Fiction, Metz, Celted, Recherches textuelles).

SOMMAIRE

Présentation : Où il est question d’un chat hybride et virtuel  7

Partie 1 : Le chat prenait l’argent… Réflexions sur le DIL (Ch. 1-3)

Chapitre 1 : Entre langue, discours, texte et narration :

Sur le choix du déterminant anaphorique dans un exemple de discours indirect libre  17

Chapitre 2 : La polyphonie au regard des opérations conceptuelles : Bornes, portées, mélange, intégration  35

Chapitre 3 : Synthèse de la partie 1 sur le DIL Fait ou effet ? De la langue au texte  51

Partie 2 : Et la nuit, Si… Si polysémique & Si polyphonique (Ch. 2-18)

Partie 2.1 (Chap. 4-7) : Présentation de la problématique et des contextes de la recherche

Chapitre 4 : De Si quelque chat… à Si j’étais mauvais charpentier…  63

Chapitre 5 : Considérations sur les contextes de la présente étude (I) Recherches sur la polyphonie : 71

Chapitre 6 : Considérations sur les contextes de la présente étude (II) Recherches en sémantique textuelle 79

Chapitre 7 : Et la nuit, Si… Reconsidération du vers de La Fontaine 91

Partie 2.2 (Ch. 8-9) : « Centre » et « marges » de la conditionnalité ?

Chapitre 8 : Du centre aux marges de la condition 101

Chapitre 9 : Des marges au cœur de la condition. Réflexions sur la relation centre-périphérie 107

Partie 2.3 (Ch. 10-12) : Topique & Portée(s) : les cotextes de Si

Chapitre 10 : Topique, Écho, Contraste 119

Chapitre 11 : Portée(s) de Si (I) 129

Chapitre 12 : Portées de Si (II) 137

Partie 2.4 (Ch. 13-15) : (Morpho- Micro- Macro-) Syntaxe de Si P

Chapitre 13 : (Morpho-) Syntaxe de Si P : de Si à l’imparfait ; de l’imparfait en Si P 151

Chapitre 14 : (Micro-) Syntaxe de Si P : circonstancielle vs ( ?) complétive 163

Chapitre 15 : (Macro-) Syntaxe de Si P :

De l’intra- à l’extra-prédicatif : de la polysémie à la polyvalence de Si 171

Chapitre 16 : Synthèse de la Partie 2 (Ch. 4-15) : Polysémie, Polyphonie, Polyvalence de Si 189

Partie 3 : Condition, comparaison, fiction (Ch. 17-20)

Chapitre 17 : Comme si… Métaphore & Condition : L’intégration d’espaces à la puissance deux 197

Chapitre 18 : Faire comme si… faire-comme-si 213

Chapitre 19 Conclusions sur comme si 225

Partie 4 : Pour finir… (Notes de) Synthèse & Conclusion générale

Chapitre 20 Appendice en forme de notes de synthèse :

Polyphonie, Si et comme si… à la lumière de la fiction 237

Conclusion générale en forme de (re-) positionnement épistémologique :

Plaidoyer en faveur d’une linguistique textuelle et cognitive – ou cognitive et textuelle 245

Bibliographie 249

Annexes 273

Index 285

Table des matières 289

***

Quatrième de couverture

Si quelque chat faisait du bruit… Le vers de La Fontaine qui sert de titre à cet ouvrage est devenu célèbre – avec le suivant : Le chat prenait l’argent – à la fin du XIXe siècle ; linguistes et littéraires y virent le « premier exemple » de style indirect libre : dès lors, ce style était « découvert ».

Mais d’une part, ces vers n’ont rien en apparence, ou en surface, d’un propos cité ; c’est bien là toute la difficulté d’un discours qui ne se montre pas… Il n’empêche, pensées et paroles « hétérogènes » s’infiltrent incognito dans le tissu narratif ; il en résulte cette étrangeté : un être hybride, un chat cambrioleur !

D’autre part, le vers tel qu’il figure en titre introduit, semble-t-il, une hypothèse : c’est que, privé du contexte – du cotexte – on est en peine de dire s’il s’agit, sur l’échelle du potentiel qui va du possible au probable, d’une supposition ou d’une éventualité : imagine-t-on qu’un chat puisse faire du bruit ? Ou signale-t-on, voire rappelle-t-on du fond de nos mémoires, qu’il est fréquent que les chats sortent la nuit et causent ainsi du bruit ? Dans ce cas, on ne s’éloigne pas tant des questions précédentes : le mélange, la superposition, de là, l’hétérogénéité.

C’est tout l’enjeu de cet ouvrage : rassembler deux modes d’expression de l’hétérogène, ou de l’hybride ; nous les parcourons, dans les deux premières parties, du discours rapporté à la formulation de l’hypothèse, ou de la condition. Dans ce parcours, auquel les vers de La Fontaine servent, en alternance ou ensemble, de fil conducteur, l’auteur se tient, épistémologiquement parlant, dans le champ de la linguistique textuelle et de la sémantique référentielle : en ce qu’il cherche à justifier ses analyses, logicosémantiques et discursives, non plus seulement par la vériconditionnalité, mais par la véridictionnalité ; autrement dit, il (ré-) examine l’hypothèse ou la condition comme la représentation d’une pensée autre ; ou comme une autre conceptualisation et une autre formulation du réel et du vrai.

Une troisième partie, plus courte, est dédiée à un connecteur autrement hybride : comme si, qui combine analogie et hypothèse, comparaison et condition (comparaison sous condition). L’analyse macrosyntaxique et textuelle est alors accompagnée d’une approche cognitive, suivant le modèle californien, qui se définit notamment par les opérations de blending (on retrouve le mélange), de projection (d’où l’analogie) et d’émergence de sens nouveau (qui permet d’accéder en toute vraisemblance aux mondes contrefactuels, autrement dit fictifs).

Dans la quatrième partie, de synthèse et bilans, l’auteur se penche sur la continuité qu’il lui semble possible ou utile d’établir entre les deux champs épistémologiques investis : linguistique du texte, sémantique cognitive ; l’opération d’intégration (argumentale – conceptuelle) qu’il emprunte à chacun des modèles lui permet d’interroger la pertinence de la démarche.

Pour clore, il propose l’analyse textuelle d’un extrait de La Métamorphose de Kafka : cet ultime terrain d’observation, et d’expérimentation, lui permet de renouer avec ses ouvrages précédents.

Crédit : « Chat mur », M.-A. Paveau, 2010, galerie Flickr, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...