Séminaire 28 avril 2017 – Catherine Ruchon

Le 28 avril 2017 a eu lieu à Paris-Descartes un séminaire intitulé « Analyse du discours animal : une nouvelle perspective pour les sciences du langage ». Laura Goudet, Marie-Anne Paveau et moi-même y avons présenté l’état actuel de nos réflexions sur notre projet d’Analyse du discours Animal. Voici le compte-rendu de ce que j’ai présenté lors de ce séminaire.

1. Un contexte socio-politique qui donne voix à l’animal

Dans leur discours, les médias et les associations engagées dans la cause animale utilisent l’animal comme porte-parole de leur propre cause. J’en donnerai un exemple pris dans l’actualité récente, les élections présidentielles.

L’exemple ci-dessus présente un sondage sur les intentions de vote dont l’animal est ici le porte-voix : à la question « Qui serait le meilleur Président en faveur des animaux ?« , les sondés ont répondu à plus de 61% « Jean-Luc Mélenchon ». Ces intentions sont ensuite attribuées aux animaux : « 41 % des chiens voteraient Jean-Luc Mélenchon et 30 % des chats ne se prononcent pas ». C’est là une forme de discours rapporté d’une parole empruntée, les animaux ne parlant pas et ne pouvant donc exprimer leurs affiliations politiques. Pas plus que le mort, l’animal n’a la possibilité de parler. Dans l’énoncé prosopopique ci-dessus, le phénomène est complexifié par le fait que le discours passe par un dispositif d’énonciation ventriloque (Paveau 2016) s’appuyant sur un discours rapporté par les instituts de sondage, qui sont les porte-parole d’un discours autre, celui des sondés. L’énonciateur, holidog, est une société de gardiennage d’animal domestique. Sur sa page FaceBook, il est mentionné que holidog fait du « petsitting », vend des « happybox » (« une merveilleuse box avec des friandises et jouets surprises pour votre chien ») et propose aussi une application « pour trouver des amis pour votre toutou ». Plusieurs termes marquent ici l’anthropomorphisme ambiant : happybox, terme qui réfère usuellement à des produits destinés aux humains, petsitting, adaptation de babysitting, et amis, qui réfère aussi à des humains.

2. Analyse du discours animal et interdisciplinarité

Notre réflexion linguistique et éthique sur la place de l’animal dans le discours s’inscrit dans son temps. De nombreuses recherches ont lieu dans ce sens à ce sujet, dans différentes disciplines.

2.1. Aux frontières de l’homme

Je me suis intéressée en particulier aux différentes recherches qui viennent renverser les préjugés sur la morale des animaux parce qu’elles apportent un contrepoint sur l’axiologie dans les discours, sur la place souvent dévalorisée que les discours laissent transparaître de l’animal.

L’empathie, qui repose sur la valeur du bien et de l’altruisme dans nos préconçus, ne serait pas spécifique à l’humain : le spécialiste en neurosciences Philipp Kanske a analysé les neurones miroir sur plusieurs espèces et démontré que les chiens par exemple éprouvent de l’empathie. En neurobiologie, on a démontré le sens de l’altruisme chez les rats (Peggy Mason). On a aussi montré qu’une zone du cortex du chien était dévolue à la perception de la voix humaine (Attila Andics), découverte qui aura probablement des répercussions dans les études interactionnistes interspécifiques. En anthropologie, Judith Burkart a montré que la tolérance est chez les ouistitis la condition préalable à la coopération et au soutien mutuel. Autant de découvertes confirmées et développées par primatologues et éthologues qui affirment que les chimpanzés peuvent ressentir une forme de compassion (Roman Wittig) et que les capucins ont une aversion pour l’injustice (Franz de Waal).

Ainsi, en neurobiologie, en anthropologie, en primatologie et en éthologie, les travaux convergent vers des résultats semblables : en particulier, certaines émotions jusqu’alors considérées comme relevant exclusivement de l’humain concernent aussi l’animal. Un jour peut-être le proverbe « l’homme est un loup pour l’homme » ne fera-t-il plus sens ? Ces recherches peuvent nous aider à déjouer les pièges de l’anthropocentrisme dans notre recherche, et à traquer les marques de cet anthropocentrisme. Elles fournissent de nombreuses pistes de recherche pour l’ADA (Analyse du Discours Animal) en ce qu’elles aident à délimiter les frontières entre homme et animal, et donc les re-présentations de ces frontières dans le discours. Elles guident le linguiste vers différentes pistes de recherche sur l’anthropocentrisme dans les discours. De même que les chercheurs en neurosciences ou en primatologie ont longtemps été guidés par la conviction que le cerveau des animaux était fondamentalement différent de celui de l’humain, les linguistes se sont surtout intéressés jusqu’à présent au point de vue humain.

2.2. Un point de vue animal ?

La question animale se pose aussi dans les sciences humaines, notamment en termes juridico-éthiques du côté de la philosophie et du droit. En 2016, le philosophe allemand Richard David Precht s’interroge sur les droits des animaux dans son livre Tiere denken (littéralement « les animaux pensent »). Dès 2012, on trouve chez Sabine Brels (spécialiste du droit) les mêmes préoccupations ainsi qu’une annexe comportant les principales lois nationales de protection du bien-être animal dans le monde (Brels 2012). Répercussions pragmatiques de ces réflexions : Steven Wise, « l’avocat des chimpanzés », (enseignant chercheur américain spécialisé dans le droit et la primatologie) défend les droits des animaux (The Non human Rights Project), en particulier des chimpanzés, pour lesquels il souhaite imposer de nouvelles lois, les faisant passer du statut d’objet à celui de personne.

En histoire aussi, les chercheurs traquent  les manifestations du spécisme, à commencer par Eric Baratay qui propose une « autre version de l’histoire » vue du point de vue animal. Ses travaux sont proches de notre démarche. Il préconise d’élargir la recherche aux non-humains et considère les animaux comme des actants à part entière, plus encore, comme des sujets : “Pour les animaux “sujets”, pourvus d’une “culture” et d’une “subjectivité”, cette éthologie devrait être revisitée, nourrie, enrichie des concepts des sciences humaines, telles la psychologie, l’ethnologie, la sociologie […] » (Baratay 2016 : 389).

Les inscriptions dans le discours de cette posture surplombante, reflets du complexe de l’exception humaine, sont nombreuses. En témoignent les stéréotypes et le lexique animaliers véhiculés dans le discours, certains comme argument de vente (notamment par une métonymie surqualifiante, la force du lion par exemple), mais le plus souvent comme soutien d’un jugement axiologique ou moral (bête comme un âne, sale comme un cochon, singer, etc.). Dans tous les cas, il y a un va-et-vient des extensions des valeurs morales humaines à l’animal (l’avocat Steven Wise soulève la question du mot meurtre appliqué à un animal responsable de la mort d’un humain), ou d’extensions à l’humain de termes réservés à l’animal.

Non seulement nous nous plaçons dans les perspectives d’Eric Baratay, où l’animal est considéré comme activement contributif à la production des discours, ce qui s’inscrit dans la conception environnementaliste initiée en sciences du langage par Marie-Anne Paveau et qui rejoint les travaux de différents chercheurs depuis les années 2000 (par ex. Lestel 2001, Piette 2002, Despret 2007 ), suivant la voie ouverte par Bruno Latour, mais de plus, nous souhaitons élargir ce  point de vue, sans se focaliser exclusivement sur l’animal. Il s’agit d’inscrire l’animal dans la perspective environnementaliste du discours, en modifiant notre regard de linguiste et en cherchant dans ce but de nouveaux outils. Il reste à retravailler la notion de point de vue, déjà largement explorée par Alain Rabatel, mais en sortant d’une position anthropocentrée ou zoocentrée : « le discours zoo-éthologique déplace disciplinairement l’analyse vers l’animal comme s’il étant indépendant des hommes » tandis que « le discours socio-anthropologique déplace l’analyse vers les relations sociales des  humains entre eux à propos des animaux » (Piette 2002). Il reste à « résoudre l’impossibilité méthodologique à penser ensemble les hommes et les animaux » (Piette 2002) et donc à multiplier les points de vue, plus encore à adopter un méta point de vue qui permettrait de penser ensemble l’homme et l’animal, l’humain et le non humain.

3. Propositions

3.1. De l’interdisciplinarité vers une théorie de la convergence

Ethologues, primatologues, anthropologues, neurobiologistes… tous travaillent dans une direction qui se rejoint à un moment ou un autre. Les axes de recherche actuels engagent une réflexion sur  les valeurs propres à l’homme, telles que l’empathie, la morale, le sens de la justice. Par ailleurs, ces travaux de chercheurs trouvent un écho important dans le discours médiatique (presse écrite et audiovisuelle). Cette convergence est – peut-être – le reflet d’une inquiétude dépassant le statut de l’animal et qui porterait sur l’ordre du vivant. Par exemple, l’inquiétude pour les abeilles, et les nombreux discours qui en ressortent (ouvrages scientifiques, discours de vulgarisation) reflète notre inquiétude sur notre propre survie : sans abeille, plus de pollénisation. Cette inquiétude rejoint les mises en garde des économistes de la décroissance qui alertent sur les dangers de la production (les ressources n’étant pas inépuisables) et appellent au recyclage (par exemple par la bactérie deonella sakaiensis qui permet de recycler le plastique). Cela incite à développer une théorie de la convergence qui intègrerait l’ensemble des discours contextuels en relation avec les relations homme-animal (discours scientifiques de cercles disciplinaires diversifiés et discours profanes) et fournirait le socle d’une analyse linguistique éveillée. L’ADA est indissociable des dynamiques à l’œuvre dans les autres champs de savoir : une théorie de la convergence intégrerait toutes les recherches concernées, de la biologie jusqu’à l’éthologie et à l’économie, ainsi que les discours de vulgarisation attenants. S’adosser à ces discours permettrait de dépasser les difficultés théoriques et pragmatiques inhérentes à la question du point de vue dans l’ADA. Au-delà d’une inter-pluri-disciplinarité traditionnelle, il s’agit de voir où convergent les travaux des différentes sciences et les discours profanes afin de prendre ce point de convergence comme point de mire de la réflexion linguistique. Donnant l’assurance d’une certaine pertinence sociolinguistique, cette théorie de la convergence constituerait un nouveau cadre d’analyse intégrant les questions d’énonciation et de point de vue propres au discours animal, et permettant d’élaborer de nouveaux outils plus adaptés. En s’inscrivant dans l’écosystème même, elle permettrait de résoudre l’impossibilité méthodologique de la question du point de vue.

3.2. Gender studies + Animal studies = Alter ego studies ?

A propos de la femme, de l’enfant et des Occidentaux dans l’Antiquité grecque, Eric Baratay évoque ces « autres de l’homme » (Baratay 2012 : 45). Il n’est pas le seul à faire le parallèle entre la condition de la femme et celle de l’animal, associant la question du féminisme à celle du spécisme. Au côté du champ de recherche pour le genre (gender studies), un autre se dessine pour l’animal (animal studies). Et peut-être que ces studies sont à associer dans un champ plus large, qui pourrait s’appeler « Alter ego studies », un champ de recherche qui va au-delà du spécisme et du féminisme pour  inclure toutes les postures de domination qui prennent forme dans les discours.

3.3. L’anthropodéni, un point de départ pour l’ADA

En dépit des nombeuses études, on refuse bien souvent d’attribuer ces capacités et ces valeurs aux animaux. Cette volonté de marquer des frontières entre humain et animal entretient une guerre des mots. On refuse que soient employés pour les animaux certains termes qui seraient propres à l’homme. En particulier dans le domaine de la recherche, comme le remarque Frans de Waal dans son ouvrage Sommes-nous trop « bêtes » pour comprendre les animaux ? Le chercheur parle à ce propos d’anthropodéni, concept qu’il définit comme « le rejet a priori de traits proches des humains chez d’autres animaux ou proches des animaux chez nous » (Waal 2016 : 40). On peut donner comme  exemples typiques de manifestation linguistique de cet anthropodéni le refus d’employer le mot rire pour l’animal (le rire étant « le propre de l’homme ») et le refus d’employer le terme embrasser qui peut sembler inadapté pour des poissons mais est parfaitement adéquat pour des bonobos et ts les grands singes (Waal 2016 : 39). La terminologie tolérée par les chercheurs reflète les barrières linguistiques que l’homme cherche à maintenir entre l’animal et lui-même. Elle montre aussi à quel point l’homme crée du monde une vision unifiée en se prenant comme unique repère, sans intégrer dans sa conception l’Umwelt de l’animal. Pour un chercheur tel que Frans de Waal, la terminologie devrait au contraire « reconnaître les connexions évolutives évidentes » (de Waal 2016 : 41). J’emprunte à l’éthologue ce concept d’anthropodéni afin de délimiter un champ linguistique qui interroge les frontières entre humain et animal.

3.4. Ethique de la nomination : de l’anthropodéni à l’anthropomorphème

On observe cependant que l’anthropodéni recule dans certaines situations, ce que j’ai analysé dans un précédent billet au travers d’un corpus d’épitaphes animalières et humaines. Les tombes d’animal présentent de grandes similitudes avec celles des tombes d’enfant. Dans ces situations de grande douleur, le deuil, les barrières entre humain et animal tombent. A contrario de l’anthropodéni, on peut employer pour un animal dit « domestique » des désignatifs tels que mon bébé ou ma fille. J’appelle ces expressions des « anthropomorphèmes ». Il s’agit de mots usuellement réservés aux humains.

Cette  question ontologique s’exprime en particulier dans la question de la nomination où règne l’anthropodéni. Peut-on donner à un animal un prénom de la classe des anthroponymes ? Quelles st les frontières de cette classe d’anthroponymes ? Quelles st les autres désignations  tolérées ? Autant de questions pour une AD post-humaniste.

3.5. Interactions interspécifiques

L’analyse des interactions interspécifiques (quasi inexistante à l’heure actuelle) peut être particulièrement  pertinente pour résoudre la question du point de vue. L’un des objectifs de l’ADA sera donc d’analyser les « sociabilités complexes » (Baratay 2012) de ces « communautés hybrides » (Lestel 2008). On trouve sur Youtube de nombreuses vidéos d’internautes se filmant dans leurs interactions avec leurs animal. On retrouve dans ces interactions interspécifiques toutes les marques d’interaction humaines d’un discours adressé (tutoiement, format épistolaire…). Ces mêmes marques d’interaction sont présentes dans d’autres contextes, comme celui des vidéos de chercheurs avec les animaux, ou encore dans des corpus scripturaux (épitaphes animalières par exemple).

 

Références bibliographiques

  • Baratay Éric, 2012, Le point de vue animal. Une autre version de l’histoire, Paris, Le Seuil.
  • Brels Sabine, 2012, « L’animalité humaine : du constat scientifique aux conséquences éthico-juridiques », Lex Electronica, vol. 17.2.
  • David Precht Richard, 2016, On Animals. Animal rights and human limitation [titre original : Tiere denken], Goldmann.
  • Despret Vinciane, 2007, Bêtes et hommes, Paris, Gallimard.
  • Legrain Laure, 2013, « Théorie de l’esprit et communication chez les primates non-humains », Revue de primatologie
  • Haber Stéphane, 2001, « Les apories de la libération animale : Peter Singer et ses critiques », Philosophique [En ligne], 4, consulté le 26 avril 2017, http://philosophique.revues.org/203
  • Lestel Dominique, 2001, Les origines animales de la culture, Paris, Flammarion.
  • Lestel Dominique, 2008, « Les communautés hybrides », Sciences humaines, N°194 : 8-8.
  • Paveau Marie-Anne, 2016, « Parler du burkini sans les concernées. De l’énonciation ventriloque », La pensée du discours [carnet de recherche], Consulté le 10 septembre 2016, https://penseedudiscours.hypotheses.org/4734
  • Piette Albert, 2002, « Entre l’homme et le chien. Pour une ethnographie du fait socio-animal », Socio-anthropologie, n°11, p. 87-104.
  • Premack David, Woodruff Guy, 1978, « Does the chimpanzee have a theory of mind? », Behav Brain Sci 1, 515–526.
  • Rabatel Alain, 2006-2003, « Le point de vue, entre langue et discours, description et interprétation : état de l’art et perspectives, Les cahiers de praxématique : 7-23.
  • Waal Frans de, 2016, Sommes-Nous Trop « Bêtes » Pour Comprendre L’intelligence Des Animaux ?, trad. Chemla Lise et Paul, Lonrai, Les liens qui libèrent.

 


Vous aimerez aussi...