Vingt ans de référence évolutive...

5 mars 2012
Par


Mais que diable allaient-ils faire dans cette galère ?

Il y a vingt ans est lancé dans le Grand Est le PIR (Programme Interdisciplinaire de Recherches) Cognisciences du CNRS : « L’anaphore et son traitement ».

Dans ce cadre, surgit un phénomène ou un problème présenté ainsi dans la publication que le PIR distribue à l’automne de la même année : « Il arrive que, dans un texte, une expression désigne un individu (au sens large) qui change d’état référentiel (atteinte à son intégrité physique, changement d’univers de discours, évolution dans le temps) avec le développement du discours » (page 14 du livret publié à l'université de Nancy 2).

Le phénomène, ou le problème linguistique posé comme celui « des antécédents dont la référence varie avec le développement du discours » (ibid.), n’est pas nouveau : on le trouve chez Brown & Yule (Discourse Analysis, Cambridge University Press, 1983), ce qui inscrit bien la problématique dans le cadre d’une linguistique discursive ou textuelle ; mais il prend en France dans les années 90 une ampleur remarquable… et trouve un nom : les référents évolutifs (RÉ).

Les extraits cités laissent entendre à la fois l’ambition du projet (il portait en outre sur l’anaphore associative), et la difficulté —paradoxale— qui s’attachait à cette problématique interdisciplinaire : si le volet anaphore associative mettait l’accent sur la psycholinguistique, le volet RÉ s’orientait nettement vers la philosophie du langage, via la référence, et même vers la métaphysique via les notions mentionnées d’état référentiel, d’intégrité physique ou d’individu au sens large (par ex. celui des individuals de Strawson, Les Individus, Éditions du Seuil, 1973).

Les exemples évocateurs ne manquaient pas : poulet coupé en quatre, pommes réduites en compote, chiffres multipliés puis divisés ; ces exemples, triviaux mais parfois aussi fictionnels, étaient bien des « casse-têtes », tels que les puzzling cases des philosophes analytiques inspirés de la science-fiction (téléportation, greffe de cerveau ou de parcelle de mémoire), ou de l’Antiquité avec ce bateau de Thésée dont les planches sont renouvelées sans cesse…[1]

Pour le linguiste, le problème initial à résoudre était donc celui d’anaphores qui n’enregistrent pas l’évolution du référent : le poulet a beau être coupé en quatre, il n’en est pas moins cuit au four ; l’Ogre est changé en souris ? Le Chat le poursuit… Il en résulta diverses hypothèses de traitement : continuité mémorielle, thématique…

Rapidement, ce courant de recherches prometteur suscita des critiques, de par son positionnement et de par ses questionnements psychologiques et naturalistes, donc qui se revendiquaient d’une linguistique connectée au réel. Les reproches venaient, on s’en doute, de constructivistes qui voyaient dans les RÉ non des évolutions ontologiques « saisies » en discours, mais des transformations —somme toute banales— d’objets de discours. La recherche sur les RÉ perdit un temps de son souffle, du moment que le référentialisme qui lui était inhérent était assimilé à un « essentialisme » qui cadrait mal avec le modèle relativiste dominant alors dans les SHS.

On a un peu vite oublié que par définition ce référentialisme, dès lors qu’il porte inévitablement sur la saisie ou la représentation en discours, conduisait le linguiste à chercher et analyser ses propres marques, des traces linguistiques : micro- ou macro-syntaxiques, lexicales ou textuelles. On a également négligé le fait que loin d’être « essentialiste », ce courant de recherches s’ancrait aux sciences cognitives, dont il a repris et développé divers principes, à la fois linguistiques et psycholinguistiques, voire sociolinguistiques : univers de croyance, espaces mentaux, mémoire discursive. Il a permis parallèlement, au tournant du siècle, le développement ou la réactivation d’autres thématiques et problématiques de recherches : sur les cadres discursifs d’une part, l’inter-subjectivité ou « bon sens commun » de l’autre ; au-delà, sur le réalisme conceptuel, la cognition partagée.

Aujourd’hui, les RÉ voit s’ouvrir à eux une nouvelle perspective, géographique, extra-hexagonale : ils rencontrent un intérêt vif et régulier, de la Roumanie au Portugal ; on voit alors quelles autres perspectives, comparées, ouvrent les Ré, au croisement des sciences du langage et des cultures, en termes de cognition ancrée et partagée…

On n’en finit pas de plaider en faveur d’une linguistique qui n’ait pas peur du réel[2].


[1] Stéphane Ferret, Le Bateau de Thésée. Le problème de l'identité à travers le temps, Les Éditions de Minuit, 1996.

[2] Paul Siblot, Une linguistique qui n'a plus peur du réel, Cahiers de Praxématique 15-1990, pp. 57-76.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Non classé

Les commentaires sont fermés.

Approches théoriques

Cognition sociale
Linguistique cognitive
Philosophie de la culture
Philosophie du discours
Philosophie du texte
Rhétorique du discours scientifique
Théorie de l'interculturel


Carnets de recherche