Qu’est-ce que la réalité pour un biologiste ? La réponse de Georges Chapouthier

Pour un biologiste, la réalité, c’est l’environnement physique et social, auquel les animaux répondent par des processus nerveux. L’être humain y répond comme un animal particulier, très intelligent et juvénile. Ces considérations débouchent sur un « naturalisme ouvert », qui sait prolonger les racines biologiques de l’homme par les horizons des sciences humaines.

L’être vivant et la réalité

Le but de tout être vivant, c’est de vivre.

Pour ce faire, tous les êtres vivants luttent pour leur survie dans le cadre de la sélection darwinienne. Parmi ceux-ci, la plupart des animaux ont été dotés d’un organe, le système nerveux, qui leur rend, dans cette tâche, de grands services. L’une des fonctions essentielles du système nerveux, c’est en effet de simuler le fonctionnement du monde environnant [1] et de conserver en mémoire [2] les traces de cette simulation pour améliorer les réponses à l’environnement, pour permettre à l’animal de s’orienter vers les endroits plaisants et d’éviter les endroits dangereux pour lui. La réalité pour les animaux, c’est donc d’abord l’ensemble des objets et des contraintes du monde dans lequel ils vivent et qu’ils doivent affronter pour survivre. Bien entendu, plus complexe est le système nerveux, mieux il simule l’environnement et mieux il mémorise les traces de cette simulation. Bref, plus le système nerveux est complexe, mieux l’animal peut s’adapter aux contraintes de son environnement physique ou social, mieux il gère ses rapports avec la réalité.

Parmi les animaux, un groupe a particulièrement développé son système nerveux. C’est le groupe des vertébrés, chez qui la part la plus important du système nerveux est condensée dans un organe massif situé dans le crâne, l’« encéphale », appelé vulgairement le « cerveau ». A l’exception des pieuvres qui, à beaucoup d’égards, se rapprochent considérablement des vertébrés, la plupart les invertébrés disposent d’un système nerveux moins performant et d’une mémoire beaucoup plus fruste. Parmi les vertébrés, les mammifères et les oiseaux, et particulièrement certains groupes, possèdent des cerveaux extraordinairement performants, qui les rendent encore plus aptes à  agir sur la réalité du monde où ils vivent. Citons par exemple les corvidés, les perroquets, les grands carnivores, les dauphins, les éléphants et les grands singes, dont un représentant, largement dépourvu de poils [3], parfois appelé le « troisième chimpanzé » [4], surclasse tous les autres singes en intelligence : l’être humain.

Georges Chapouthier et les chimpanzés

Il reste que tous les animaux utilisent les capacités de leur système nerveux pour répondre aux contraintes de leur environnement. Ils apprennent ainsi à éviter les sources de chaleur qui brûleraient leur corps carboné. Ils apprennent à tenir compte de la pesanteur pour se déplacer. Cette réponse aux contraintes de la réalité du monde est l’ancêtre de ce qu’on appellera ensuite, chez les cerveaux plus performants, la « rationalité » [5]. En ce sens, les contraintes subies par les animaux primitifs portent déjà en germe la réponse rationnelle que leur donnera l’être humain muni des catégories de sa science. Face à « sa » réalité, le ver de terre est déjà l’ébauche du savant.

L’être humain, son puissant cerveau et sa pensée dichotomique
Penchons-nous donc, un peu plus précisément, sur la manière dont le cerveau humain simule le monde et gère ses rapports avec la réalité.

Le cerveau humain possède deux hémisphères, qui, comme c’est le cas chez un certain nombre d’animaux, se sont spécialisés dans des fonctions particulières. Très schématiquement, chez le sujet standard droitier, l’hémisphère gauche est responsable du traitement analytique des unités discrètes, et par suite du langage, des mathématiques ou, plus généralement, de la pensée abstraite ou conceptuelle. Toujours chez le sujet standard droitier, et toujours aussi schématiquement, l’hémisphère droit est responsable du traitement global des images et des processus plus synthétiques. D’une certaine manière, l’hémisphère gauche est ainsi celui qui traite d’abord de la rationalité du monde, qui par le langage ou par les êtres mathématiques, simule rigoureusement et analytiquement les objets du monde réel. Plus globaliste, plus synthétique, l’hémisphère droit appréhenderait davantage des schémas imagés mais plus flous. Toujours aussi schématiquement, on a dit que l’hémisphère gauche était « le  penseur », alors que l’hémisphère droit était « l’artiste ».

Brain. Dierk Schaefer

On mesure, bien sûr, ce que cette dichotomie, certes réelle, a ici de schématique. Un poète, par exemple, qui cède aux rêveries les plus floues et les plus irrationnelles du surréalisme, qui affirme, comme Eluard, que « la terre est bleue comme une orange », a cependant besoin des mots pour le dire et donc, même si le langage garde sa part d’ambiguïté,  doit faire appel à la rigueur relative et langagière de l’hémisphère gauche. Il reste que, même si elle ne se traduit pas aussi schématiquement en termes d’hémisphères cérébraux, la simulation effectuée par le cerveau humain comporte deux éléments complémentaires voire contradictoires : l’activité rationnelle et l’activité imaginaire.

La neurophysiologie repose sur des bases matérialistes et considère que l’activité intellectuelle est le résultat de l’activité du cerveau. Nous limiterons ici notre discussion à cette conception scientifique actuelle, sans oublier pour autant que d’autres conceptions métaphysiques (spiritualistes, voire idéalistes) imaginent que la pensée peut être dissociée de l’activité cérébrale. Par l’activité rationnelle ainsi définie, dans le cadre matérialiste de la science d’aujourd’hui,  une activité qui comprend notamment aussi la recherche scientifique, l’être humain simule la réalité. Il fait correspondre aux lois du monde (réel) des règles élaborées par son esprit. Sur le plan philosophique, cette simulation n’est sans doute possible que parce que le corps et le cerveau sont constitués sur les mêmes bases matérielles que le reste du monde. Comme le formule superbement Luminet : « Nous sommes donc faits de poussières d’étoiles, puisque tous les éléments qui nous composent (à l’exception de l’hydrogène) ont été formés dans des étoiles… » [6]. Constitués avec des éléments physico-chimiques qui proviennent du monde matériel environnant, le cerveau est ainsi apte à mimer les lois de ce monde.

Mais, par son extrême complexité, le cerveau humain peut simuler au-delà du rationnel. Il peut, en quelque sorte, « sur-simuler » ou « ultra-simuler ». Il peut imaginer des processus ou des êtres qui n’appartiennent plus du tout à l’univers rationnel, c’est-à-dire à la réalité telle que les êtres vivants l’ont perçue depuis leur origine. C’est là le propre de l’activité imaginaire, qui peut envisager tous les possibles et même aller jusqu’à rêver l’absurde. « La terre est bleue comme une orange » en est un merveilleux exemple : les poètes, les artistes, les visionnaires simulent des mondes qui n’ont parfois que de lointains rapports avec la réalité vécue.

La réalité sociale

L’être humain, comme beaucoup d’autres animaux, mais d’une manière qui lui est propre [7], est un animal social. Il s’ensuit que, dans les rapports qu’il entretient avec la réalité environnante, à côté de la réalité physique, la réalité de la société où il vit occupe une place non négligeable.

Une des réponses à cette réalité, une des manières importantes avec laquelle l’homme cherche à s’y adapter, c’est le jeu. On a pu faire remarquer que l’être humain, qui s’est intitulé lui-même « homme savant », était aussi, et au moins autant,  un « homme joueur » [3]. Cette aptitude sociale essentielle dérive sans doute du caractère juvénile (on dit, en science, « néoténique ») de notre espèce. Non seulement nous avons un « look » de foetus de singes (une grosse tête, de grands yeux, une déficience de pilosité…), mais notre cerveau sur-puissant lui-même est d’une extrême plasticité « juvénile ». Adapté à rien, il peut s’adapter à tout, socialement au « bien » comme au « mal » [8]. On a même pu montrer que nos animaux domestiques les plus proches étaient aussi, à leur manière, des juvéniles : le chien est un loup particulièrement joueur [9] et le ronronnement du chat est un trait de félin bébé [10].

Alors, une large part de notre réalité sociale, c’est le jeu. Les jeux sportifs drainent des audiences et des fonds considérables. Les jeux de hasard aussi. Nos banquiers jouent avec nos économies et, il n’y a pas si longtemps, les rois et les empereurs jouaient à la guerre. Enfin des activités sociales aussi fondamentales que l’activité sexuelle ou la recherche scientifique comportent une part ludique non négligeable.

On retrouve donc ici, sous une autre forme, une part de l’irrationnel des conduites humaines. Si, par sa science, l’être humain vise à  une vision relativement objective de la « réalité » qui l’entoure, dans son appréhension des relations sociales, il se comporte souvent comme le joueur qu’il est et adopte des comportements largement irrationnels.

De la réalité au réalisme

L’être humain est pluriel. Les approches de la réalité décrites ici sous l’angle de la biologie ne doivent évidemment pas laisser croire que l’être humain est un être purement biologique, comme le voudrait un réductionnisme sommaire et erroné, ni que la réalité qu’il affronte n’est que du ressort du biologiste. Au contraire, l’homme s’inscrit aussi dans des approches sociologiques, psychologiques, ethnologiques, linguistiques ou philosophiques variées. Mais les réflexions ci-dessus montrent qu’il n’est pas possible pour autant d’oublier ses racines biologiques. Pour reprendre ici une métaphore [8],  l’être humain prend ses racines dans le terreau de la nature pour s’épanouir ensuite dans la (dans sa) culture. Une conception réaliste de l’être humain ne peut donc se concevoir, à notre avis, que dans un naturalisme ouvert. Un naturalisme « dialectique », qui sait ne pas se refermer aveuglément sur son champ et peut, en dehors de son champ, dialoguer avec les autres champs de l’anthropologie.

"L'Homme qui marche". Patrick Mimran

Finalement, et sans épuiser un sujet aussi vaste et aussi complexe, pour le biologiste la réalité c’est un ensemble de contraintes environnementales auquel l’être vivant doit s’adapter. Les animaux le font notamment par un développement progressif de leur système nerveux et des capacités de mémoire qui y sont associées. L’être humain, au cerveau sur-puissant, pousse ces aptitudes à l’extrême, en simulant rationnellement et objectivement, tous les rouages de la nature, mais en sur-simulant même des mondes imaginaires, voire irrationnels. Quant à son environnement social, l’être humain s’y adapte largement comme un joueur, pas toujours avec la rigueur objective que lui permettrait son puissant cerveau. L’ensemble de ces réflexions amène à la formulation philosophique d’un « naturalisme ouvert » sur les autres disciplines de l’anthropologie.

Notes

[1] Chapouthier G. Le cerveau, simulateur dans tous ses états. Revue philosophique 2008 ; 133 (3) : 347-54.
[2] Chapouthier G. Biologie de la mémoire. Paris : Odile Jacob, 2006.
[3] Morris D. Le singe nu. Paris : Grasset, 1967.
[4] Diamond J. Le troisième chimpanzé. Essai sur l’évolution et l’avenir de l’animal humain. Paris : Gallimard, 2000.
[5] Chapouthier G. L’homme, ce singe en mosaïque. Paris : Odile Jacob, 2001.
[6] Luminet J. La mort des étoiles. Etudes sur la mort 2003 ; 124 : 9-20.
[7] Chapouthier G. (sous la direction de) L’animal humain – Traits et spécificités. Paris : Editions L’Harmattan, 2004.
[8] Chapouthier G. Kant et le chimpanzé – Essai sur l’être humain, la morale et l’art. Paris : Belin – Pour la Science, 2009.
[9] Guillo D. Des chiens et des humains. Paris : Le Pommier, 2009.
[10] Moutou F. Pourquoi le chat ronronne-t-il ? Paris: Le Pommier, 2004.

Crédits photographiques

1. « Georges Chapouthier et les chimpanzés ». Archives personnelles de Georges Chapouthier.
2. « Brain », photographie de Dierk Schaefer, galerie de photos sur Flickr (sous licence Creative Commons Paternité
Flickr)
3. « L’Homme qui marche » au Palais Royal. First Baby, 2000, de Patrick Mimran, résine stratifiée peinte. Collection de l’artiste. Exposition dans les jardins du Palais royal en 2000 « L’Homme qui Marche – De Rodin à Mimran » (sous licence Creative Commons Paternité sur
Flickr).


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...