Zoo-anthroponymes. Quand l’animal est le nom de l’humain

Résumé de la communication présentée au colloque international Nommer l’humain : Descriptions, catégorisations, enjeux. Une approche pluridisciplinaire, organisé par les Laboratoires LiLPa (Linguistique, Langues, Parole, EA 1339) & DRES (Droit, Religion, Entreprise & Société, UMR 7354), Université de Strasbourg, 10-12 Janvier 2018, Maison Interuniversitaire des Sciences humaines en Alsace (MISHA).

Zoo-anthroponymes. Quand l’animal est le nom de l’humain

Laura Goudet, Université de Rouen, linguistique anglaise

Marie-Anne Paveau, Université Paris 13, linguistique française, analyse du discours

Catherine Ruchon, Université Montpellier 3, linguistique française, analyse du discours

Présentation

Parmi les nombreux paradigmes utilisés pour nommer l’humain, nous avons choisi celui des animaux, que nous abordons dans la perspective des sciences du langage. Nous entendons par là un ensemble de dénominations et de comparaisons, fruits du procédé qui consiste à nommer les êtres vivants humains dans les termes des êtres vivants du règne animal. Nous pensons par exemple aux noms de volatiles désignant des femmes (poule, grue, oie, bécasse, dinde), aux diverses désignations hypocoristiques (ma puce, mon chat, ma biche, mon lapin) ou aux très nombreuses comparaisons (gai comme un pinson, malin comme un singe, doux comme un agneau). Nous appelons ces dénominations des zoo-anthroponymes, définissables comme des zoomorphismes langagiers, en l’occurrence lexico-sémantiques, terme que nous construisons en nous inspirant de zootoponyme (lieu recevant un nom d’animal), lui-même construit à partir de zoonyme (nom d’animal). Les zoonymes ont fait l’objet de quelques travaux en sciences du langage (MELLET dir. 1997, BECQ, BORDAS 2010) et de nombreuses publications grand public (dictionnaires, lexiques, glossaires, etc., essentiellement sur les « locutions animalières ») mais les zoo-anthroponymes ne sont jusqu’à présent mentionnés qu’à titre d’exemples illustrant l’analyse d’autres catégories (comme les hypocoristiques mentionnés plus bas). Dans cette exploration, nous travaillons sur des données langagières, discursives et textuelles, multimédiatiques, en français et partiellement en anglais.

Questions de recherche

La dénomination des humains par les noms d’animaux constitue un discours ou les symptômes d’un discours sur la relation humain-animal et la place que les humains font ou ne font pas aux animaux dans le monde, encore dominé par la conviction de la supériorité de l’humain, autrement dit la position spéciste. Notre objectif est d’interroger la nature de ce discours sur la relation humain-animal, d’en décrire le fonctionnement et les effets dans la construction des représentations à la fois des humains et des animaux, et de leurs relations. Ce travail nous semble d’autant plus intéressant que l’on assiste actuellement à une évolution de la question du statut des animaux, due à l’émergence de conceptions écologiques et de positions antispécistes à la fois dans le champ militant et scientifique (SINGER 2012) ; évolution qui peut s’inscrire et se construire dans les mises en discours du monde.

Les questions que nous voulons poser dans cette communication sont les suivantes :

– quelles sont les catégories linguistiques, discursives ou textuelles qui entrent dans le procédé de dénomination de l’humain par l’animal ?

– quelles sont les différentes fonctions de la zoo-anthroponymie : quel discours sur l’humain la zoo-anthroponymie tient-elle ?

– que dit le zoo-anthroponyme du statut animal de l’humain : l’animalité humaine (BRELS 2012) ?

  1. Catégories de la zoo-anthroponymie en français

Dans un premier temps nous dessinerons une typologie des formes langagières, textuelles et discursives de la dénomination de l’humain par l’animal :

– le zoo-anthroponyme proprement dit, qui constitue un ensemble de dénominations lexicalisées prenant la forme d’unités lexicales simples (blaireau, fouine, buse) ou de figements plus complexes (faire l’autruche, malin comme un singe)

– des constructions discursives ou textuelles relevant plus ou moins de la thérianthropie (transformation d’un être humain en animal) : par exemple la métamorphose comme genre de discours, d’Apulée (Les métamorphoses ou L’Âne d’or) à Ionesco (Rhinocéros) en passant par Kafka (La métamorphose)

– des dispositifs multimédiatiques associant au moins deux systèmes sémiotiques, sur le modèle de la campagne de la RATP « Restons civils sur toute la ligne », menée entre 2011 et 2015 (cinq éditions) à partir d’une incarnation systématique des incivilités par des animaux : se sont ainsi succédé sur les murs du métro parisien pendant cinq ans des corps humains surmontés de têtes de buffles, paresseux, grenouilles, poules, éléphants, etc., censés illustrer et expliciter des défauts humains (ci-dessous l’exemple de la poule).

2. Le zoo-anthroponyme en discours

Dans un second temps, nous envisagerons le fonctionnement du zoo-anthroponyme en discours, et ses aspects énonciatif, pragmatique, sémantique, politique.

– aspect énonciatif

Il faut distinguer les auto-zoo-anthroponymes, c’est-à-dire les noms d’animaux choisi par les humains, dans le cadre de la nomination propre, par exemple (les Black Panthers par exemple) ou du totémisme, des exo-zoo-anthroponymes, qui sont des dénominations attribuées à l’autre hors de son point de vue énonciatif (éléphant en politique par exemple). Quel discours sur soi et les autres est construit dans ces dénominations ? Pour quelle raison la dénomination passe-t-elle par le règne animal ?

– aspect sémantique

L’usage du lexique animal dans la culture enfantine et les exo-zoo-anthroponymes désignant l’enfant sont fréquents. Mais qu’est-ce qui régit les sélections opérées ? Pour mieux comprendre les visées de ces dénominations, nous élargirons le corpus aux représentations animalières figurant l’humain, comme celle du petit lapin de la RATP, dénommé Serge, censé avertir le jeune public des dangers des portes automatiques. L’association animal-enfant est une piste de recherche que nous suivrons au travers de l’étude des hypocoristiques. Pourquoi  l’image du lapin par exemple est-elle à la fois employée comme substitut iconique de l’enfant et comme soutien d’expressions hypocoristiques le désignant (mon petit lapin), serait-ce en raison du sème /douceur/, l’un des stéréotypes et du lapin et de l’enfance ?

La comparaison des zoo-anthroponymes en français et en anglais vient enrichir cette réflexion sur les hypocoristiques. Les sèmes associés aux animaux en français et en anglais diffèrent : le chat représente à la fois la douceur dans les expressions hypocoristiques « ma chatte »/ »mon chat », « kitty », mais symbolise aussi la mesquinerie féminine en anglais (adjectif catty). Les recatégorisations grammaticales étant faciles en anglais, certains noms d’animaux, comme « badger » (blaireau) sont devenus des noms (en l’occurrence, un synonyme d’harceler), bien loin de la dimension péjorative du français. D’autres noms d’animaux sont utilisés pour décrire des attitudes corporelles, comme « to horse around/about » (chahuter), « to swan around » (errer) voire « to swan off » (disparaître). En revanche, les termes affectifs animaliers de la langue anglaise sont bien plus rares, bien que les sobriquets affectifs soient appelés pet names. Certains animaux qui n’entrent pas dans le vocabulaire français sont surreprésentés en anglais, comme bear (« my pooh bear », « snuggly bear », « sugar bear »…) ou bunny (« honey bunny », « chunky bunny »). La plupart de ces termes affectifs s’accompagnent souvent d’un adjectif qui en reprécise le sens.

Dans l’étude des hypocoristiques amoureux, la question de la sélection croise celle du genre. On trouve ainsi en français ma chatte, mon chat, ma poule, ma poulette, ma biche, ma bichette, mon lapin (mais pas ma lapine), ma puce. Pourquoi chienne ne peut-il rentrer dans le paradigme ? Pourquoi puce et insecte échappent-ils à la dévalorisation générale des insectes, serait-ce en raison du sème /petit/ ?

– aspect pragmatique (pratique et utilitaire)

Les représentations comme celle du lapin de la RATP ou celle de la marmotte des magasins La Halle au sommeil ont aussi une visée pragmatique évidente : en incarnant des traits stéréotypés (la lenteur de la tortue, la ruse du renard), l’animal offre une médiation facilement exploitable dans les discours promotionnels ou les discours de mise en garde. De plus, nombreuses sont les utilisations de noms d’animaux dans les contextes sportifs américains (Chicago Bulls, Baltimore Ravens, Denver Broncos…). Ces animaux hautement stylisés et stéréotypiques sont aussi les mascottes de ces équipes. Pourquoi un tel choix animalier ? Bien que les chevaux, les fauves et les animaux puissants soient privilégiés, quid du choix du cardinal (Arizona, NFL) ou du pélican (Nouvelle-Orléans, NBA) ? Ces représentations sont aussi utilisées dans la médiation culturelle, lors des parcours de musée ou pour signifier des interdits (comme dans le musée national de Corée où la signalétique repose sur l’image de petits chats, voir l’image ci-contre). Pourquoi l’animal est-il utilisé comme médiateur de l’interaction musée-visiteur ? Serait-ce une façon d’euphémiser l’interdit, d’infantiliser le visiteur à qui l’on impose un parcours de visite ?

3. Le zoo-anthroponyme, signe de l’animalité humaine ?

Les noms d’animaux appliqués aux humain.e.s ont souvent une fonction dévalorisante voire stigmatisante, comme le montrent la catégorie profane « noms d’oiseaux » désignant les insultes et certains des exemples cités plus haut, ainsi que la richesse du paradigme animal dans le lexique de l’insulte : chien, chienne, porc, morue, thon. À quoi attribuer cette dévalorisation fréquente voire majoritaire du nom d’animal attribué à l’humain.e ? Une de nos réponses sera la posture spéciste de notre civilisation, inscrite dans l’ancillarité lexicale des noms d’animaux : alors qu’ils sont utilisés pour désigner les humains (mais également les objets, voir AVENAS, WALTER 2013), l’inverse n’est pas vraie, et l’on ne rencontre pas en effet de noms d’humains qui seraient attribués à des animaux.

En même temps, cette mobilisation du zoonyme pour désigner l’anthropos signe la reconnaissance de l’animalité humaine, qui fait toujours l’objet d’un évitement ou d’une contestation (LESTEL 2001). Elle inscrit peut-être, surtout dans les évolutions contemporaines de la pensée dite occidentale, « la fin de l’exception humaine » (SCHAEFFER 2007) et questionne le spécisme qui en est jusqu’à présent fondateur.

RÉFÉRENCES

AVENAS Pierre, WALTER Henriette, 2013, « Des noms d’animaux dans le vocabulaire des métiers… et d’un nouveau type de « dictionnaire » », Études de linguistique appliquée 171, 287-296.

BECQ Florian, BORDAS Éric, 2010, « Noms d’animaux et comparaisons animalières, une dialectique de la motivation comme épreuve de vérité », école thématique L’animal au croisement de la philosophie, de la littérature, des arts et des sciences à l’âge classique, ecole-thema.ens-lyon.fr/IMG/pdf/Article_Becq-Bordas.pdf

BRELS Sabine, 2012, « L’animalité humaine : du constat scientifique aux conséquences éthico-juridiques », Lex Electronica, vol. 17.2.

LESTEL Dominique, 2001, Les origines animales de la culture, Paris, Flammarion.

MELLET S. (dir.), 1997, Les zoonymes, Nice, Publications de la Faculté des Lettres.

SCHAEFFER Jean-Marie, 2007, La fin de l’exception humaine, Paris, Gallimard.
 
SINGER Peter, 2012, La Libération animale, Paris, Payot.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...