[Séminaire-28 avril] Laura Goudet

Ceci est un mini compte-rendu de l’intervention de L. Goudet lors du séminaire « Analyse du discours animal : une nouvelle perspective pour les sciences du langage »

Les polyphonies internet dans le dire et le parler animal

Internet est un terrain de jeu infini, même en ce qui concerne les animaux. Depuis quelques années apparaissent des concepts comme les « catlebrities » (les chats célèbres), « Caturday » (le samedi, où on poste des photographies de chats en ligne), les « furever homes » (maison d’adoption de chats et chiens, et jeu de mot assez pipou sur « fur », la fourrure), proche de « fur babies » (nom donné aux animaux par leurs maîtres) on a des « éduchateurs » au Canada (réseau créé par D. Filion, qui propose séminaires et conseils de cohabitation avec son félin préféré)… Pour une linguiste, s’emparer de ces mots, c’est aussi s’occuper de leur sens profond, et donc de la relation entre animal et humain, dans une perspective postspéciste. Si on arrive à un feuilletage de discours animaliers et humains, plus qu’influencés par de l’anthropomorphisme d’une part, et d’imitation de l’humain de l’autre, qui prennent la parole l’un pour l’autre et l’un par l’autre, on se retrouve dans une ventriloquie où on ne sait plus qui tient la parole.

1. La science et les animaux

Les discours d' »animaux de cognition » (ceux que l’on utilise pour faire des tests sur leur cognition, comme Alex le gris du Gabon par I. Pepperberg, sa complice) sont traités avec la plus grande prudence. Gare aux scientifiques qui oseraient dire que l’animal est doué de parole ! Alex, qui savait distinguer les couleurs, les formes, les matériaux, les chiffres, ainsi que leurs représentants (« bleu » (et son signifiant en anglais) est un élément de la catégorie « couleur », par exemple) n’est pas « conscient », et n’emploie pas le « langage », comme le rappelle Harley dans un chapitre assez intéressant sur la communication animale. « Il faut faire attention à l’anthropomorphisme […] Pepperberg connaissait ce danger potentiel et a documenté précautionneusement ses recherches sur Alex » (Harley, 2017: 38). Attention. Ce que l’on teste sur Alex, c’est donc sa capacité à réagir à des stimuli non-naturels (où est-ce qu’un perroquet devrait compter des cubes verts en bois sur un plateau ?) mais pas de voir sa capacité à communiquer plus que clairement ce qu’il désirait. Dans tous les reportages, on le voit d’ailleurs demander à rentrer dans sa cage de fatigue (ou d’ennui ?), au milieu d’exercices, et ses négociations, souvent infructueuses, passent sous silence. Alex sait ce qu’on demande de lui, est tenté se soustraire à la répétition de réponses à des questions tout de même très abstraites, mais surtout, qu’on ne nous parle pas d’autre chose que de la communication1. Ah non, on est pas comme ça dans la Science, et on laisse le discours, et le Dire nobles aux humains

2. Experts ès communication animale

…A moins de vouloir passer pour des gens étranges. Certes, on a eu l’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux, (voir aussi le Dog Whisperer, l’émission du behavioriste Cesar Millan, qui s’occupe encore une fois de rectifier des comportements animaliers), mais le murmure est presque uniquement unilatéral, de l’humain qui impose vers l’animal qui se range à ce qu’on veut bien lui dire. Un cas à part, c’est celui de Patty Summers, une Américaine qui se réclame d’être « interprète animale », et qui a sorti un livre d’anecdotes sur les animaux (plutôt domestiques, mais il y a aussi des animaux de ferme) qu’elle a aidés. Chaque histoire est accompagnée d’une ou plusieurs citations de l’animal en question, comme celle-ci, d’Happy (qui était devenue agressive parce que sa mère étant morte, elle a dû prendre en charge l’éducation de son frère Tiger, euthanasié bien des années plus tard après une maladie sans que ses maîtres ne le lui en parlent avant. Oui oui, j’ai conscience de ce que je viens d’écrire.)

« Quand ma maman chat m’a dit qu’elle ne reviendrait pas, j’ai voulu mourir. Comme vous le savez, je suis devenue amère et rancunière, particulièrement envers l’Univers qui m’a donné une vie si injuste […] La mort de Tiger a été décisive. Voulais-je quitter ce monde avec cette hostilité ? Sachant que je voulais faire la paix avec moi-même, j’ai été voir celle qui m’a donné de l’amour alors que j’avais un caractère impossible à aimer. C’est là que j’ai trouvé l’aide dont j’avais besoin. Tu m’as permis de trouver la paix intérieure… » (Summers, 1998 : 151)

Là, bon. L’animal est discursif, et le discours est tellement ventriloque qu’il devient difficile à croire. Malgré les mises en garde de l’auteur qui précise que les animaux adaptent leur discours au nôtre, il me semble que nous soyons dans un cas à part. Cette experte, qui a travaillé en cliniques vétérinaires, en refuges et autres centres de réhabilitation animale, n’a absolument pas le même profil que les scientifiques, Harley et Pepperberg en tête. J’ai particulièrement aimé un des commentaires sur Amazon, qui dit « ça semble un peu bizarre que les animaux soient si sages, et parlent de façon si humaine […] C’est comme si l’auteur faisait de l’anthropomorphisme ».

L’anthropomorphisme, c’est le tabou ultime. Ah non, non, non, les animaux ne parlent pas comme nous. D’ailleurs, ils ne parlent pas. C’est quoi, cette histoire de « quitter ce monde avec cette hostilité » ?? Comme si un animal était capable de tenir ce type de discours ! Enfin, soyons sérieux. Patty Summers fait de la « Science décalée », c’est une experte, mais certainement pas une scientifique. D’ailleurs, il y a aussi des commentaires positifs sur Amazon, où les gens évoquent la perception extrasensorielle et autres méthodes de communication peu documentées et critiquées pour leur manque de sérieux méthodologique.

3. Anthropomorphisme autorisé

Et pourtant, il existe un endroit où le dire animal (c’est-à-dire ce que l’animal essaie vraiment de communiquer, en interaction animale-humaine) est interprété sans qu’on jette l’opprobre sur le porte-parole humain. Je veux parler d’internet, et des discours d’anonymes multiples qui donnent leur commentaire, leur page personnelle et autres à l’animal. J’ai été regarder une page de chats célèbres, Shorty and Kodi, qui ne sont célèbres qu’à cause de petites vidéos et de photographies postées sur leur page par leurs maîtres. Pas de particularités physiques, comme Tartar Sauce (plus connue sous son surnom, Grumpy Cat), ou Lil Bub (tellement connue qu’elle a fait une vidéo avec Michele Obama, sur son show YouTube) ; juste deux chats, un talent pour les mises en scène et quelques petites histoires, tantôt anthropomorphiques, tantôt documentaires (d’ailleurs, visez le titre de cette vidéo, avec encore un jeu de mots animalier). Pour entretenir une telle page, il faut régulièrement publier des images ou des vidéos, et les réponses ne sont pas toujours ce à quoi on s’attend.

Publication sur la page de Shorty and Kodi (15 avril 2017).

 

Cette mise en scène de la parole animale, où le langage corporel est interprété en bulles discursives (et l’animal discursif n’est pas nouveau), est une excuse pour pouvoir parler de son propre animal, par les internautes.

Collages de commentaires en réaction à la publication sur la page Shorty and Kodi

Dans ce collage de réactions (disponibles ici dans leur environnement original), plusieurs discours s’opposent : ceux qui sont résolument du côté humain (cf le commentaire sans photographie), « mon chat me fait ça à 3h du matin… », où les attitudes de l’animal sont jugées et décrites… En même temps, si cette internaute décrit ce que son chat lui fait à 3h du matin, et sa réaction, c’est qu’elle se met à la place de Shorty, le chat noir réveillé par son compagnon dans la publication originale. Bon. Il existe aussi des commentaires neutres, mais accompagnés de photographies, où les internautes réagissent en mettant en scène leur animal, « c’est aussi un chamedi difficile, ou nonchalant ici en France » ; « c’est aussi journée de paresse tous les jours », où on ne sait pas si le commentaire est une légende qui juge la photographie, ou s’y intègre tout à fait, comme si c’était ce que l’animal disait. Je soulève cette hypothèse parce que c’est ce qui se produit dans l’illustration du milieu, à la légende encadrée « laisse-moi dormir encore un peu, maman ». Ici, c’est le dire animal qui est tout à fait pris en charge par le commentaire. Mais est-ce vraiment le dire animal que ce chat a voulu exprimer ici…?

Nous sommes donc sur une page animalière tenue par des humains, dont le titre est le nom des deux chats, où les curateurs partagent des photographies des animaux en leur attribuant du discours humain (proche de leur discours corporel), vues par des humains qui partagent en réponse des photographies de leurs propres animaux, en insérant des commentaires rédigés à la manière de leur animal/à mi-chemin entre animal et humains/complètement humains, où ils décrivent ce que leur animal fait, quand ils ne sont pas occupés à se prendre pour des animaux. Cette polyphonie discursive postspéciste n’est ni moquée ici (au contraire, elle est plutôt sanctionnée positivement par des « j’aime »), ni inattendue au vu du mode de communication sur ces pages animalières. Sommes-nous dans de la ventriloquie dans de la ventriloquie, ou dans un paradigme de porte-parole où chacun devient un peu l’autre ? Il me semble que la présence de photographies en commentaire est indispensable pour insérer un peu de la communication animale sur une plateforme tout à fait humaine…

Bref, un grand chantier attend encore. Quid des parlers animaux qui ne correspondent pas du tout aux mises en scènes et aux dires qui leur sont imposés par les humains ? Où est le droit de réponse des animaux cités par Summers ? Et surtout, ces partages parallèles de témoignages animaliers ressemblent-ils aux « discussions de balades » que les maîtres de chien connaissent, et où ils parlent avec un parfait inconnu de la seule chose qui les rapproche, leur chien ?

Références citées :

šHarley, T. A. (2017). Talking the talk: Language, psychology and science. London: Routledge.

Pepperberg, I. M. (2006) « Cognitive and communicative abilities of Grey parrots », Applied Animal Behaviour Science , Volume 100 , Issue 1 , 77 – 86

šSummers, P. (1998). Talking with the animals. Charlottesville, VA: Hampton Roads Pub. Co.

  1. J’ai volontairement évité de travailler sur Koko la gorille, qui présente d’autres caractéristiques discursives soi-disant uniques dans le monde animal. []

Laura Gabrielle Goudet

J'écris ma thèse (que je finalise, j'espère...?). Je fais de l'analyse de discours de dialectes de l'anglais sur des réseaux sociaux et de la dialectologie, et mon Graal, c'est de comprendre comment les gens ajoutent dialecte + idiolecte + lecte internet + lecte de la communauté à laquelle ils appartiennent. L'article de mon premier blog de linguistique que les gens ont visité le plus souvent concernait l'introduction aux contours intonatifs, déguisée en intonation des chats. Les non-linguistes m'ont prise pour une timbrée des chats, des gens m'ont demandé comment parler chat. Ca m'a motivée très moyennement, mais j'ai continué le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *