« Comment parle-t-on aux animaux ? », Chloé Mondémé, 2018

Dans le dernier numéro de Langage et société (163-1), Chloé Mondémé, chargée de recherche au CNRS (UMR Triangle, ENS Lyon), analyse les interactions entre l’humain et l’animal. Elle développe une perspective encore inédite en sciences du langage qui contribue à ouvrir la discipline aux animal studies encore bien absentes des préoccupations des linguistes, en France en particulier. Voici les références de l’article, le résumé et trois extraits correspondant à trois points clés du travail. Bonne lecture !

Mondémé, C. (2018). Comment parle-t-on aux animaux ? Formes et effets pragmatiques de l’adresse aux animaux de compagnie. Langage et société, 163,(1), 77-99. doi : 10.3917/ls.163.0077.

Résumé

Cet article examine les apports possibles d’une approche linguistique interactionniste pour l’analyse de la communication homme/animal. Les phénomènes communicatifs entre hommes et animaux sont fréquents, ordinaires, et quotidiens (dans les foyers ou au travail), et ont pourtant jusque-là fort peu fait l’objet d’investigations poussées, puisqu’ils échappent en partie à l’analyse éthologique (généralement intéressée au comportement communicatif d’une espèce propre) autant qu’à l’analyse linguistique (centrée sur le langage verbal articulé – par définition humain). Sur la base de données audio et vidéo recueillies dans divers contextes et en situations « naturelles » (versus expérimentales) donnant accès à des formes d’adresse jusque-là peu documentées dans la littérature, la présente contribution identifie trois modalités récurrentes dans l’adresse à l’animal domestique, et en examine les effets pragmatiques.
Cela ouvre la brèche pour réenvisager, sur la base de contributions empiriques précises, certaines questions plus générales qui sont ordinairement soulevées quand on aborde les relations homme/animal, celle de l’agentivité des animaux, celle de l’attribution d’intentions, et celles des modalités de l’ajustement mutuel.

Quelques points forts de l’article

La nouveauté de l’idée d’une communication interspécifique

Quant aux pratiques communicatives entre hommes et animaux, justement parce qu’elles se situent en-deçà ou au-delà des codes propres à une espèce (fussent-ils des codes langagiers, ou simplement des codes de signaux), elles semblent avoir jusque-là grandement échappé à la description scientifique. Nous identifions deux raisons essentielles à cela. L’une tient au fait que l’éthologie scientifique, qui est pourtant intuitivement convoquée sur ce thème, s’est montrée jusqu’à récemment fort démunie avec le paradigme interspécifique (les éthogrammes sont en effet construits pour répondre aux besoins descriptifs propres à une espèce). Une autre raison réside dans le fait que ces données sont assez délicates à obtenir, précisément parce qu’elles apparaissent spontanément dans les interactions domestiques, privées et ordinaires – et qu’elles sont de ce fait souvent soustraites à l’analyse scientifique, en particulier à la démarche expérimentale (p. 79).

La permanence de la dimension anthropocentrée, même dans les travaux sur la communication interspécifique

Notons toutefois qu’il y a depuis une vingtaine d’années de plus en plus de travaux, dans ce champ, qui s’intéressent spécifiquement aux interactions homme/chien (Miklosi 2007; Hare &Tomasello 2005; Schwab & Huber 2006; Kaminski & Marshall-Pescini 2014; inter alia). L’ensemble de ces programmes de recherche est toutefois toujours marqué par une
forte dimension comparatiste, annexant les capacités socio-cognitives du chien à celles de l’humain. Cela a pour conséquence que la question de la communication interspécifique est en fait recouverte par une autre question, selon nous très différente, et qui est «quelles sont les compétences communicatives du chien? Dans quelle mesure sont-elles human-like? » (Hare &Tomasello 2005). Autrement dit, on cherche à isoler des compétences, capacités ou habilités qui seraient propres à une espèce (en l’occurrence, le canis familiaris), mais ces compétences sont identifiées et rendues comptables sur la base de celles qui ont été mises au jour dans la cognition et le comportement humains.

Sans rentrer dans les détails, il semble que cela révèle une sorte de problème logique dans la manière de poser les questions : on ne s’intéresse qu’aux capacités «human-like» dans la communication, donc on part de l’idée que l’efficace et l’intelligibilité d’une situation doit émerger depuis la compétence développée par l’animal vers les capacités propres à l’homme (p. 81).

Le travail de Cholé Mondémé sur ses terrains empiriques, à partir de données « naturelles »

Dans chacun de ces terrains d’enquête, très différents, et menés en contextes domestiques autant qu’institutionnels, les données enregistrées ont immédiatement rendu visible un phénomène assez saillant : les moments d’adresse directe à l’animal, ou à travers la voix fictive de l’animal.

Nous avons isolé trois modalités principales : l’une, déjà documentée dans la littérature, fait une analogie entre l’adresse à l’animal et l’adresse au jeune enfant, ou «baby talk» (2. 2.), la seconde montre des phénomènes de ventriloquie : on parle à la place de l’animal (2. 3.), la dernière, qui relève de phénomènes que nous avons qualifié de «morphismes» consiste à s’adresser à l’animal sous des modalités d’expressions supposées être pertinentes pour son écologie (2. 4.) – (p. 84).

Crédit : Anonymous Account, « Face to Face », 2009, compte de l’auteur.e sur Flickr, CC.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...