La Maison des vautours, les mal aimés

Je me souviens d’un lâcher d’aigles à Rocamadour qui m’avait laissée triste et songeuse… La visite de la Maison des vautours à Le Truel en Lozère, dans les Gorges de la Jonte, me donne au contraire un sentiment de liberté et d’espace. « Ici, nous ne faisons pas travailler les oiseaux ». La Maison des vautours, c’est un musée, qui conte l’épopée de ces oiseaux mal aimés, mais c’est surtout un lieu de vie. De la terrasse panoramique équipée de longues-vues, nous pouvons suivre leur vol planant le long des falaises du site classé. En décembre et en janvier, on peut observer les vols nuptiaux de ces rapaces à l’envergure monumentale (près de trois mètres pour le vautour moine). Cinq mois après la naissance, les petits doivent prendre leur envol. Un étudiant en ornithologie guide mon regard vers un jeune vautour immobile. Soudain l’oiseau s’élance, puis tombe à pic, se rattrape et disparaît de notre vue. Mon guide s’émeut : 20% des oiseaux meurent en tombant, malgré leurs remarquables qualités de planeur et leurs différents dispositifs de vol (altimètre, variomètre, compas, anémomètre, indicateurs de dérapage). 

Les vautours avaient totalement disparu dans les années 1940 des Causses (et d’autres régions comme le Vercors, comme le montre Maja Dielhenn dans son documentaire, Les vautours sont de retour). Objets de convoitise des chasseurs qui ajoutaient à leurs trophées des vautours naturalisés, victimes indirectes des poisons donnés aux loups ou aux renards, affamés par les réglementations qui imposent d’enterrer les animaux morts (loi du 31 décembre 1975, article 264 du Code rural) et par la mécanisation qui substitue les machines agricoles aux animaux de trait, ils commencent à se raréfier dans les années 1930. Quelques naturalistes précurseurs s’en inquiètent, dont l’ingénieur agronome Michel Brosselin, et leur protection s’organise dans les années 1960. De façon maladroite d’abord avec un premier lâcher en juillet 1971 de quatre jeunes vautours venus d’Espagne, qui tous disparaissent. L’un est tué, le second électrocuté sur une ligne EDF et des deux autres on ne retrouvera aucune trace. Les défenseurs des vautours finissent par comprendre que l’entreprise nécessite un travail de longue haleine sur le terrain. Il faut tout d’abord informer les populations locales afin d’éviter que celles-ci ne déciment les animaux réimplantés. Il faut aussi attacher les oiseaux à leur environnement. Cela prendra dix ans pour réacclimater les quatre espèces principales (vautour fauve, vautour moine, percnoptère et gypaète barbu) dans la région.

Pourtant, le vautour joue un rôle important dans l’écosystème. Strictement nécrophage, il ne chasse pas d’animal vivant. Ce régime alimentaire est cause de la déplorable image dont pâtissent les vautours, considérés dans la civilisation occidentale comme des profiteurs qui guettent la mort d’animaux moribonds pour se repaître de leur chair et la déchiqueter dans une curée sans merci. Si l’on consulte les synonymes de charogne sur le site synonymo, on ne trouvera que les termes « ordure, pourriture, raclure, saleté, saloperie ». Sur dictionnaire-synonyme, on trouvera encore salaud, crapule, méchant ou même mégère (sites consultés le 1er septembre 2020). 

Dans son ouvrage sur les Gorges du Tarn, l’abbé Solanet se fait l’écho de l’image négative du vautour :

La poésie antique a fait du vautour le bourreau du génie ; les Latins l’appelaient obscène (Obscoenoe volucres, chez tous les peuples il est le symbole de la rapine et de la froide cruauté. (Abbé Solanet, 1894, Les Gorges du Tarn illustrées)

La généralisation (chez tous les peuples) est excessive, car le rôle nécessaire du vautour est reconnu dans diverses contrées (en Afrique par exemple, ainsi que le rappelle André Gide dans Voyage au Congo). Au Tibet, ils sont associés à des rites funéraires qu’a saisis Stéphane Batut dans son fascinant documentaire, Le Rappel des Oiseaux). Lors du jhator, la cérémonie de la mort, le cadavre dénudé est exposé sur la montagne aux vautours, qui le dévorent entièrement. Le moine les assiste, en découpant les corps à l’aide d’une hache pour faciliter leur travail. Ces scènes sont impensables dans les cultures chrétiennes. Les préconçus négatifs sur le vautour et les autres charognards remontent à la Genèse où ils sont considérés comme des oiseaux « impurs » :

Vous mangerez tout oiseau pur. Mais voici ceux dont vous ne mangerez pas : l’aigle, l’orfraie et l’aigle de mer ; le milan, l’autour, le vautour et ce qui est de son espèce ; le corbeau et toutes ses espèces ; l’autruche, le hibou, la mouette, l’épervier et ce qui est de son espèce ; le chat-huant, la chouette et le cygne ; le pélican, le cormoran et le plongeon ; la cigogne, le héron et ce qui est de son espèce, la huppe et la chauve-souris. (La Genèse, Deutéronome 14)

C’est peut-être Buffon (1707-1788) qui reflète le mieux la cause de ces dévalorisations spécistes. Au XVIIIe siècle, il écrit dans son Histoire naturelle :

Les vautours au contraire se réunissent en troupes comme de lâches assassins, et sont plutôt des voleurs que des guerriers, des oiseaux de carnage que des oiseaux de proie ; car dans ce genre, il n’y a qu’eux qui se mettent en nombre ; il n’y a qu’eux qui s’acharnent sur les cadavres, au point de les déchiqueter jusqu’aux os : la corruption, l’infection les attire au lieu de les repousser. (Buffon, 1749-1804, Histoire naturelle)

La chose est claire : ce qui est reproché au vautour, c’est sa nature même de nécrophile, sa capacité à consommer des chairs mortes et des os. Et au-delà, bien sûr, ce qui effraie les humain·e·s, c’est le spectre terrifiant de la mort. Cette peur viscérale aveugle le jugement et empêche de s’émerveiller devant le rôle bio-écologique des charognards qui éliminent les substances toxiques grâce à un système digestif extrêmement sophistiqué défiant les lois de l’empoisonnement et de la matière.  Cette capacité est répartie sur plusieurs espèces :

  • les vautours « tireurs-fouilleurs » (essentiellement représenté par le vautour fauve) se nourrissent des viscères et des muscles.
  • les vautours « déchireurs », dont le vautour moine, aiment les parties les plus résistantes (peau, tendons, cartilages). 
  • les vautours « picoreurs », catégorie illustrée par le vautour percnoptère, terminent les derniers morceaux de la carcasse.
  • enfin, dernier maillon de la chaîne des nécrophages, le gypaète barbu se nourrit des os, après les avoir fait tomber sur les roches pour les briser et ainsi les avaler plus facilement. 

Ainsi, plus rien ne subsiste des carcasses. Les vautours évitent ainsi les phénomènes de putréfaction et toutes les maladies qui en découlent. Au lieu d’étudier le phénomène à la manière d’un naturaliste, Buffon pose de nombreux jugements subjectifs négatifs au travers de qualificatifs tels que lâches, assassins, voleurs, oiseaux de carnage. La Maison des vautours fait découvrir tout au contraire à ses visiteurs un oiseau attachant et émouvant, loin du stéréotype du profiteur sans morale. Les partenaires d’un couple se choisissent de façon durable et veillent l’un et l’autre sur la couvaison puis sur le poussin, le protégeant du soleil et des prédateurs, le nourrissant à tour de rôle et accourant au cri de famine de l’oisillon (piyi piyi piyi…). Les vautours vivent en communauté, sans règle de hiérarchie. Les départs en migration s’organisent selon les affinités. Parfois le vol majestueux se conclut sur un atterrissage manqué, et l’on voit le vautour humilié regarder tout autour de lui puis repartir tout ragaillardi que personne n’ait été témoin de son dérapage. L’hôte des Gorges a sa fierté.

Références

  • Batut Stéphane, 2015, Le Rappel des Oiseaux, JHR Films, <https://www.youtube.com/watch?v=BeZLF_SE3II>.
  • Dielhenn Maja (réal.) 2017, Les vautours sont de retour, documentaire, Arte/Géo, <https://www.youtube.com/watch?v=tAUryd1AQAA>.
  • La Maison des vautours, 48150 Meyrueis, <www.vautours-lozere.com>.
  • Ligue de Protection des Oiseaux Grands Causses.

[Pour citer ce billet : Ruchon Catherine, « La Maison des vautours, les mal-aimés », Carnet de recherche Animalingua, <https://realista.hypotheses.org/1831>, publié le 04 septembre 2020]


Catherine Ruchon

Docteure en sciences du langage Spécialité Analyse du discours Membre associée Pléiade

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search