Saisir ce que les gens font. Christian Brassac

L’invité de décembre de REALISTA est Christian Brassac, chercheur en psychologie sociale et cognitive. Il explique ici quelle conception de la réalité est mise en œuvre dans ses travaux.

Comme souvent, accepter une invitation à écrire engage bien plus qu’il n’y paraît. Après le plaisir ressenti lors de la sollicitation, on se retrouve ensuite face à la nécessité d’y répondre le plus adéquatement possible. En l’occurrence il s’agit ici d’apporter des éléments de réponse à la question ainsi libellée (1) « Quelle conception de la réalité mettez-vous en œuvre dans vos travaux ? ». Une vieille habitude m’enjoint non pas seulement à lire et à relire l’interrogation posée mais à la décortiquer, à la disséquer, pour bien la mettre à nu.

Puis-je avoir une ‘conception de l’amitié’, une ‘conception de l’art’ sans être en mesure de définir l’amitié, l’art ? Il me semble que oui. En tout cas, je dirais volontiers qu’on peut avoir une conception de A sans avoir les compétences du lexicographe qui est en mesure de produire un énoncé dont le contenu sémantique est censé définir A. Autrement dit, selon moi, répondre à la question (1) n’est pas répondre à celle-ci : « qu’est-ce que la réalité pour vous, chercheur ? » (1a). Je ne suis pas en mesure de dire à quelle réalité, en tant que psychologue social des processus cognitifs, je me confronte lorsque je développe mes travaux de recherche. La question (1a) est une question philosophique. Sans négliger l’épistémologie de mon champ disciplinaire, je ne suis en effet pas en position de définir ontologiquement ‘la’ réalité qui constitue mon objet de recherche. Je puis en revanche dire de quoi je m’approche, sur quoi je me penche, à quoi je m’intéresse, à quoi je me coltine, lorsque je conduis un travail d’analyse scientifique. Je puis en somme dire de quoi est constitué le matériau empirique de mes recherches.

Si l’on accorde quelque crédit à ce décorticage de (1), et si l’on accepte le fait que je ne puisse y répondre en philosophe, alors on admettra que le pragmatiste que je suis tente de répondre à la question (1b) « Quel matériau empirique mobilisez-vous dans vos travaux ? ».

*      *
*

Eh bien je dirais que ce qui fait que je m’engage dans une étude scientifique, c’est le fait de pouvoir analyser ‘ce que les gens font’ ; ce que les humains produisent, effectuent, accomplissent et non pas ce qu’ils disent faire ou qu’ils prétendent réaliser quand on les interroge sur leurs actions (passées, actuelles ou à venir). C’est le ‘en train de se faire’ (Bruner, 1990) dans un moment et un lieu singulier (Passeron et Revel, 2005), cet espace-temps dans lequel se déploie leur activité, qui constitue mon miel de chercheur. C’est donc l’agir de l’humain qui m’intéresse. Mais, premier postulat, je considère que cet agir se déploie nécessairement dans des situations habitées par d’autres entités, humaines et non-humaines (Latour, 2006).

Que l’humain agissant le fasse de façon individuelle (un écrivain seul face à sa feuille blanche, un skieur seul dans un slalom, un architecte seul sur sa maquette) ou de façon collective (toute autre situation incluant du collectif, présentiel ou non, telle deux pongistes en double, l’enseignant face à sa classe, l’ingénieur en conception collaborative, etc.), on ne peut faire l’économie d’une double ‘présence’ : celle d’autres humains (les individus que sont l’éditeur et le lecteur du roman, les adversaires, le futur habitant du bâtiment, le partenaire du double et les spectateurs, les élèves, les collègues concepteurs et les utilisateurs de l’objet conçu, entre autres) et celle des non-humains mobilisés (les artefacts que sont la machine à écrire, les portes du slalom, la maquette, la table de ping pong et la balle, le tableau et les livres de cours, les logiciels de conception et les instruments de traçage, entre autres). En tant que psychologue social des processus cognitifs, je prends en compte cet ancrage dynamique dans et sur un entour socio-technique, de façon frontale. Et ce, dans une perspective qui rend et le dispositif technique (Stiegler, 1994 ; Simondon, 1958) et le collectif (Vygotski, 1934/1997) anthropologiquement constitutifs des processus de production de formes, de négociations de sens, d’engendrements de significations, de prises de décisions et autres mécanismes cognitifs collaboratifs.

Usage collaboratif d'une plate-forme de coopération pour la gestion de risques industriels

Tous ces processus sont à l’évidence des processus interactionnels. Toute la question est de savoir comment on peut aborder cette interaction sociale qui en forme la trame. Disons le tout de go, nous n’envisageons pas l’interaction sociale comme rabattue sur sa seule dimension langagière. Autrement dit, selon nous, l’interaction sociale ne peut être analysée comme une ‘seule’ interlocution. Nous la considérons dans toute son « épaisseur phénoménale » incluant le fait qu’elle est composée bien entendu (et en premier lieu) d’énoncés, mais également de corporéité (gestes, mimiques, regards, etc.) et de mobilisation d’artefacts (objets concrets, dispositifs techniques, etc.). Dans la ligne esquissée au-dessus, le constructivisme que nous défendons nous met en position de récuser le cognitivisme dit maintenant classique (cognition comme traitement de l’information). En ce sens l’interaction sociale n’est pas le fait de cerveaux interlocutants, elle est le modelage de formes à la fois langagières, corporelles et artefactuelles réalisé par des sujets incarnés conversants (Brassac, 2004).

*      *
*

Voyons maintenant, plus concrètement, quels types de recherches nous fournissent le matériau empirique que nous analysons. Tous les observables que nous construisons, et non pas les données que nous recueillons (« Décidément, on ne devrait jamais parler de ‘données’ mais toujours d’‘obtenues’ » (Latour, 1999/2001 : 49), sont issues de mises en situation où plusieurs individus conçoivent des ‘choses’ ; ‘choses’ qui peuvent être par exemple un texte narratif (a), un cahier de bonnes pratiques (b), un exposé (c), un protocole de capitalisation de connaissances (d), une machine outil (e), une forme musicale (f), un dessin (g), un plan architectural (h), un dossier sanguin numérisé (i), etc.

Co-rédaction d'une narration pour élèves de primaire

Quatre enseignants en classe primaire ont pour tâche de rédiger conjointement une narration à destination des enfants qu’ils ont en charge dans leur pratique pédagogique (a) ; un groupe d’ingénieurs élaborent un document destiné à aider les opérateurs d’un grand groupe à résoudre des problèmes techniques (b) ; quelques étudiants interagissent via le net pour préparer collectivement un exposé (c) ; deux techniciens de maintenance d’un dispositif de production électrique mettent en œuvre un protocole permettant la capitalisation de l’expertise de celui d’entre eux qui part à la retraite (d) ; cinq ingénieurs conçoivent collaborativement une pièce de fixation de plaques de bois sur une table d’usinage (e) ; un instrumentiste répète un morceau en présence du compositeur en lisant une partition écrite de la main de ce dernier (f) ; deux enfants d’une même fratrie dessinent conjointement leur famille (g) ; deux étudiants en architecture créent collaborativement le plan d’un espace public (h) ; un groupe d’hospitaliers imaginent un moyen de numériser un dossier sanguin attaché à tout patient traité (i). Telles sont des situations typiques qui font l’objet de cette conception en train de se faire.

Dans tout ces cas, une certaine instrumentation est mobilisée. Elle peut être numérique ou non, et plus ou moins rudimentaire. Un matériel mécanique peu élaboré pour le papier-crayon-gomme de (g), les stylos et des gobelets vides de (e), les documents de (i), ou plus complexe pour le dispositif électrique de (d) ou la clarinette basse et la partition de (f). Une machinerie numérique relativement simple pour (a) et (b) (l’un des enseignants et l’un des ingénieurs saisissent le texte en temps réel sur un ordinateur dont l’écran est videoprojeté dans la salle), plus complexe dans le cas (c) du travail à distance (e-learning) des étudiants qui mobilisent une plate-forme de coopération numérisée, et plus sophistiqué pour (h) où les deux étudiants utilisent un bureau virtuel doté de fonctionnalités avancées.

Co-conception de représentations de l'espace (agronomes - informaticiens)

On l’aura compris, la nature et l’usage de cette instrumentation est pour nous tout à fait cruciale. Particulièrement l’appareillage instrumental qui porte l’activité de traçage tel le crayon (et la gomme), le stylo-feutre, la craie, le clavier, le stylet, tant nous traquons dans nos corpus les modalités d’inscription que les acteurs-concepteurs développent. Les travaux issus des propositions de Goody (1979) soulignent le rôle fondamental de la pratique scripturale dans l’expression-construction du processus cognitif humain. Ils participent de cette vision selon laquelle l’homme cognitif, ici concepteur de formes, n’est pas le transcripteur de pensées préexistant à leur ‘précipitation’ sur le papier, sur le tableau ou sur l’écran. Et ce, que cela soit dans une situation monologique ou dialogique de création de textes et de formes graphiques. En ce sens, les analyses que nous proposons s’attachent à aller au fond de l’intrication des dires (les énoncés) et des faires (les gestes et les mobilisations d’artefacts). Autant dire qu’elles comportent une dimension où une approche linguistique n’est évidemment pas absente.

*      *
*

En interactionniste convaincu qui n’oublie pas que l’écriture apparemment monologique est toujours inscrite dans un rapport intersubjectif configurant de son contenu (cf. plus haut) et donc adressée (Bakhtine, 1929/1977), je veux terminer en m’adressant aux potentiels lecteurs de ce qu’il est convenu d’appeler ce blog scientifique. En adoptant une posture constructiviste et interactionniste, je récuse le mentalisme et l’individualisme qui imprègnent bien des études de la production discursive humaine. En termes clairs, cela signifie que pour moi l’énoncé produit en interaction (i) n’est pas le produit d’une extériorisation d’une délibération intracrânienne et que (ii) sa signification acquise est le fait du rapport intersubjectif (et non l’inverse).

(i) Cette dialectique dynamique de la relation pensée-mot est depuis bien longtemps soulignée et défendue en psychologie par Lev Vygotski : «  La relation de la pensée au mot n’est pas une chose statique, mais un processus, un mouvement perpétuel allant et venant de la pensée au mot et du mot à la pensée » (1934-1985, p. 71). « Les mots ne se contentent pas d’exprimer la pensée, ils lui donnent naissance » (ibid., p. 71). « La pensée ne trouve pas simplement dans le langage une expression, elle y trouve sa forme et sa réalité » (ibid., p. 73)…

(ii) … rejoint par Bakhtine qui explicite cette dialectique en y ajoutant ici le caractère intersubjectif : « L’idée (…) n’est pas une formation subjective individuelle et psychologique, avec une “résidence fixe” dans la tête de l’homme ; elle est interindividuelle et intersubjective (…). Prise ainsi elle est semblable au mot, avec lequel elle forme une unité dialectique » (1929/1970, p. 137).

Mais au delà de cette position que l’on peut qualifier de non égocéphalocentrée (le mot est de Kaufmann (2001) ; voir aussi (Brassac, 2005)), le refus de rabattre l’interaction sociale sur sa dimension proprement langagière engage non pas à sous-estimer son rôle, mais à donner une place significative à la matérialité qui habite nécessairement l’arène d’intercompréhension où se déploie l’interaction. Nous l’avons rappelé, la technique est anthropologiquement constitutive du processus cognitif humain, comme le disait il y a bien longtemps un psychologue bien oublié : « Il n’y a pas de pensée sans quelque support matériel. (…) Le fait de l’incarnation, c’est-à-dire le déploiement de la matière phénoménale, est la condition nécessaire de l’activité de l’esprit. (…) Le poids, la résistance de la matière est un constant stimulant de l’esprit » (Meyerson, 1987, p. 107). Selon ce psychologue, c’est à travers la réalisation concrète que l’homme se forme (« l’esprit est d’autant plus esprit qu’il est réalisé » (1987, p. 76)), comme on dit qu’une idée prend forme quand elle acquiert une consistance.

En faisant appel le plus précisément possible à ce dépassement du seul langagier et à cette intégration de versants matériels (Grégori et Brassac, 2001), nous tentons de décrire finement les processus interactionnels en les envisageant comme des dynamiques de production discursive (et, à cet endroit, le rapprochement avec la linguistique interactionniste est évident (Mondada, 2005 ; Brassac et al., 2007)) profondément inscrites dans un flux d’agirs incorporés et ancrés dans la technique qui constitue les lieux de déploiement de ces processus. Sur un plan plus global, notre travail trouve sa place dans le sillage du pragmatisme social de G.H. Mead (pour un développement de cette idée, voir Brassac 2005, 2007).

Références bibliographiques
Bakhtine, Mikhaïl (1929/1970). La Poétique de Dostoïevski. Paris : Éditions du Seuil.
Bakhtine, Mikhaïl (1929/1977) [V.N. Volochinov]. Le marxisme et la philosophie du langage. Essai d’application de la méthode sociologique en linguistique. Paris : Éditions de Minuit.
Brassac, Christian (2007). Qu’est ce qu’un acte ? La réponse de George Herbert Mead. @ctivités, Vol. 4, N°2, 165-17
Brassac, Christian (2005). La réception de George Herbert Mead en psychologie sociale francophone : réflexions sur un paradoxe, Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 66, 3-14.
Brassac, Christian (2004). Action située et distribuée et analyse du discours : quelques interrogations, Cahiers de Linguistique Française, 26, 251-268.
Brassac, Christian, Fixmer, Pierre, Mondada, Lorenza, Vinck, Dominique (2007). Interweaving objects, gestures, and talk in context. Mind, Culture and Activity: An International Journal. Vol. 15, n°3, 208-233
Bruner, Jerome S. (1990). Acts of meaning. Harvard : Harvard University Press. Traduction française : ... Car la culture donne forme à l’esprit. De la révolution cognitive à la psychologie culturelle. Y. Bonin. Paris : Eshel (1991).
Goody, Jack (1979). La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage. Paris : Éditions de Minuit.
Grégori, Nicolas et Brassac, Christian (2001). La conception collaborative d’artefacts : activités cognitives en situation dialogique. ÉPIQUE, Journées d’étude en psychologie ergonomique, Nantes, 29‑30 octobre 2001, 21-31.
Kaufmann, Jean-Claude (2001). Ego. Pour une sociologie de l’individu. Paris : Nathan.
Latour, Bruno (2006). Changer la société – Refaire de la sociologie. Paris : Éditions de la Découverte.
Latour, Bruno (1999). Pandora’s Hope. Essays on the Reality of Science Studies, Cambridge : Havard University Press. Traduction française : L’espoir de Pandore. Pour une version réaliste de l’activité scientifique. Paris : Éditions de la Découverte (2001).
Meyerson, Ignace (1987). Écrits 1920‑1983. Pour une psychologie historique. Paris : Presses Universitaires de France.
Mondada, Lorenza (2005). La constitution de l’origo déictique comme travail interactionnel des participants : une approche praxéologique de la spatialité, Intellectica 41-42, 75-100.
Passeron, Jean-Claude, Revel, Jacques (2005). Penser par cas. Paris : Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.
Simondon, Georges (1958). Du mode d’existence des objets techniques. Paris : Aubier (réédité 1989).
Stiegler, Bernard (1994). La technique et le temps (tome1). Paris : éditions Galilée.
Vygotski, Lev Sémionovitch (1934). Myslenie i rec’. Traduction française : Pensée et langage. F. Sève. Paris : La dispute (1997).

Crédits photographiques : les photos ont été fournies par l’auteur


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse