Réalité, cognition et neurosciences. Marie-Noëlle Metz-Lutz

L’invitée de novembre de REALISTA est Marie-Noëlle Metz-Lutz, chercheuse en neuropsychologie cognitive. Elle expose la conception de la réalité mise en œuvre dans son travail de chercheuse.

Selon le dictionnaire, le mot “réalité” désigne ce qui existe effectivement et donc ce qui est observable et, par conséquent, extérieur à la pensée et à l’imagination. Pour le psychologue, la réalité est ce qui est livré aux sens c’est-à-dire ce que nous percevons « naturellement » à travers nos sens. Cette conception pose aussitôt la question du rôle de l’expérience que nous avons de la réalité. En effet, une même réalité est perçue différemment par l’entendant, le voyant, le sourd et l’aveugle, ce qui renvoie à la condition de l’expérience vécue, mais aussi au sujet et à son histoire.

Pour le chercheur en neurosciences cognitives qui s’intéresse aux fonctions de l’esprit humain et particulièrement aux relations entre le fonctionnement cérébral et l’activité mentale, la notion de réalité renvoie dans le même temps à la représentation mentale construite à partir de l’expérience perceptive et à l’état du système nerveux qui lui est associé. L’association dans le temps (time-locked) entre un processus mental, attesté par la réponse comportementale (adéquation du choix et vitesse de la réponse) d’un sujet effectuant une tâche expérimentale (par exemple, appuyer sur un bouton quand il existe une relation X entre un stimulus visuel et un stimulus auditif) et un changement concomitant de l’activité cérébrale est une donnée, certes expérimentale, mais observable. L’observabilité de cette donnée expérimentale pourrait satisfaire, dans une certaine mesure, la définition de “réalité”, mais son lien au contexte expérimental, fruit de l’imagination de l’expérimentateur annihile son authentification en tant que réalité. Il s’agit là d’un des obstacles de l’univers mental du scientifique que la « psychanalyse de la connaissance objective » de Gaston Bachelard (1938) considérait comme un frein à la connaissance des phénomènes.

Vers une neuro-phénoménologie

Je ne m’étendrai pas sur la nature même des données expérimentales qui en neurosciences cognitives reflètent l’activité cérébrale sous forme de variation de signaux électriques ou d’images statistiques représentées en séduisantes courbes ou images colorées, qui frappent l’imagination des étrangers au domaine. Malgré la prolifération durant ces vingt dernières années des études disséquant, au moyen de techniques d’imagerie cérébrale sophistiquées et de paradigmes expérimentaux contraignants, les mécanismes physiologiques qui sous-tendent les activités humaines, le substrat neurophysiologique de l’expérience perceptive consciente et immédiate et des variations de la conscience du sujet dans son appréhension de la réalité reste à explorer.

L’étude de bases neuronales de l’expérience subjective exige d’une part, de sortir des cadres expérimentaux de la psychologie cognitive classique pour créer les conditions les plus proches possible du monde réel dans toute sa complexité, d’autre part d’adopter une méthodologie dite à la Première-Personne reposant sur l’examen que fait le sujet lui-même des phénomènes psychologiques qui se passent en lui (l’introspection). Cette approche conceptualisée par Varela (1996a) sous le terme de neuro-phénoménologie propose une analyse de l’activité cérébrale guidée par l’expérience immédiate (first-hand experience) rapportée par le sujet.

L’émergence de cette nouvelle démarche dans le champ des neurosciences cognitives permet au chercheur d’explorer les bases physiologiques de la perception de la réalité en tenant compte du point de vue du sujet. Elle rend possible l’étude quasi directe des variations subjectives de la perception de la réalité immédiate et de la signification que le sujet lui donne en fonction du contexte (intérieur et/ou extérieur) dans lequel elle est perçue. En somme, elle permet d’étudier les corrélats physiologiques de la signification que le sujet donne à la réalité immédiatement livrée à ses sens.

Plusieurs domaines des sciences humaines, par exemple l’étude du jugement esthétique, l’analyse des états de conscience et phénomènes inconscients à l’œuvre dans la création et la réception de l’œuvre d’art et de la fiction ou de la construction du sens en contexte (celui du discours ou de l’environnement dans son sens le plus large) sont susceptibles d’être approfondis par l’approche phénoménologique du fonctionnement cérébral.

Le point de vue du sujet ?

Le théâtre entre réalité et fiction

Pour qui s’intéresse à la magie du théâtre, faire croire à une autre réalité que celle que livrent les sens, ce que l’on appellera l’adhésion à la fiction (croire que ce qui est représenté est vrai) est une énigme. Le théâtre vivant constitue, en effet, une situation unique conçue dans l’intention de faire croire au spectateur que les actions et les objets perçus représentent autre chose que ce que lui rapportent ses sens. Les deux réalités, perçue et représentée, sont présentes dans le même temps et le même lieu. Le comédien, trois planches et un siège sont en même temps Hamlet et la cour d’Elseneur. Face à l’écran imaginaire, le « quatrième mur » de la scène, le spectateur est confronté simultanément à l’une et l’autre réalité. Il peut à tout instant passer de l’une à l’autre en fonction de son « état d’esprit » (state of mind), plus ou moins manipulé par la force du texte, de la mise en scène ou du jeu des comédiens. Rappelons que la notion de quatrième mur, inspirée du mur virtuel de Diderot (1758) a été reprise au XIXe siècle dans la perspective d’un théâtre naturaliste qui se voulait fondé sur la vraisemblance. D’un côté, les comédiens oubliant le public se déplacent naturellement et de l’autre le spectateur voit une action qui se joue en dehors de lui.

Dans la Poétique, Aristote insiste sur la distinction fondamentale entre la narration et le théâtre qui est une imitation de l’action et sur la fonction clé de la mise en scène qui nous fait accepter ce qui est faux comme vrai. Pour les romantiques, l’adhésion à la réalité fictionnelle n’est possible qu’à la condition que le spectateur accepte de suspendre son jugement le temps de la réception d’une œuvre de fiction, ce que Coleridge (1817) a appelé la « suspension consentie de l’incrédulité ». Pour Antonin Artaud (1938) la réalité au théâtre est affaire de consensus. En venant au théâtre, le spectateur accepte le temps de la représentation d’imaginer que ce qu’il voit est vrai. La question de l’existence des personnages et des évènements ne se pose pas puisqu’il sait que la pièce est une situation fabriquée intentionnellement. Pour ne pas être en contradiction avec la croyance à la réalité fictionnelle, le spectateur doit suspendre ses croyances en rapport avec ce savoir.

Quels processus cognitifs sont à l’œuvre lorsque le spectateur croit à ce qui est représenté jusqu’à en être troublé, voire à en pleurer et ce en dépit de sa connaissance que cette réalité qui le trouble est fausse ? Contrairement à la fiction de l’œuvre romanesque que le lecteur ou l’auditeur construit en référence à sa propre connaissance du monde et aux représentations mentales qu’il a élaborées au fil de ses propres expériences, la fiction théâtrale est donnée à voir sans implication du spectateur. La pièce est interprétée et le spectateur, qui sait, est supposé croire à ce qu’elle représente et non à l’ensemble des informations sensorielles qui l’informent de ce qu’elle est : au milieu d’un ensemble d’objets une ou des personnes en action sur des planches.

La réalité fictionnelle ; une création du cerveau du spectateur ?

L’« approche énactive » de l’expérience en sciences cognitives, proposée par Varela, Thompson et Rosch (1991), substitue la notion de perspective auto-située à celle de représentation mentale. Dans cette perspective la perception ne conduit pas une représentation du monde, mais à « une interprétation continue qui ne peut être encapsulée puisqu’elle dépend de l’action et de l’histoire » (1996b). Dans la mesure où les liens du sujet avec l’environnement dépendent de la situation, de l’histoire sociale et politique et de celle du sujet en particulier, c’est le cerveau qui crée et donne le sens de ce qui est perçu.

Dans une tentative de caractérisation des mécanismes physiologiques de l’adhésion à la réalité fictionnelle au théâtre, nous avons adopté la position phénoménologique fondée sur la « circulation entre une première personne et un récit externe de l’expérience » proposée par Varela (1996b). L’expérience a consisté à étudier en imagerie de résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) des étudiants habitués du théâtre assistant à une pièce de théâtre. Les activités physiologiques cérébrales et cardiaques de chacun ont été enregistrées pendant qu’il était spectateur d’une représentation du poème épique « Onysos le furieux » de Laurent Gaudé (2000), réalisée et jouée dans le laboratoire par des professionnels du théâtre. Le récit externe de l’expérience comportait un ensemble d’évènements déterminés a priori dans le canevas de la pièce par le metteur en scène (effets scénographiques ou textuels supposés indiquer les temps forts du drame et/ou les intentions du metteur en scène) et qualifiés d’évènements théâtraux. La première personne, le spectateur, rendait compte de l’expérience qu’il venait de vivre immédiatement après l’expérience IRMf lors d’une lecture de la vidéo de la pièce telle qu’elle lui avait été jouée.

Présentation Power Point de cette expérience : Le théâtre dans un tube à essai

Précisons que pour recréer dans l’espace du laboratoire d’IRM le sentiment de double réalité illustré notamment par le doublet acteur/personnage, la représentation débutait avant que le spectateur pénètre dans le scanner dont l’aspect de tube éclairé matérialisait le lieu de la fiction, un quai de métro. Le spectateur suivait ensuite en temps réel le développement de la pièce qui prenait place progressivement dans une pièce adjacente du laboratoire et qui était filmé et immédiatement projeté dans l’IRM. L’activité physiologique a été enregistrée et synchronisée à l’enregistrement vidéo de la pièce afin de permettre au chercheur d’analyser les liens entre les variations de l’activité cérébrale et cardiaque et les évènements théâtraux. Le compte-rendu du spectateur synchronisé à la vidéo a permis de dater pour chacun les propos dénotant sa croyance à la réalité fictionnelle, qualifiés d’évènements subjectifs. L’appariement temporel des évènements subjectifs avec les évènements théâtraux, variable d’un spectateur à l’autre, traduisant pour l’expérimentateur les instants d’adhésion du spectateur à la réalité fictionnelle, complétait le récit externe de l’expérience.

Si la coïncidence entre les évènements objectifs et les évènements subjectifs identifiés chez chaque spectateur est bien une manifestation de sa propre croyance à la réalité fictionnelle, les variations physiologiques concomitantes devraient nous aider à comprendre les mécanismes biologiques du basculement du spectateur de la réalité à la fiction.

Fiction ou réalité ?

Savoir, conscience et perception de la réalité

Les variations physiologiques associées à l’adhésion à la fiction touchaient simultanément l’activité cardiaque et cérébrale. L’activité cérébrale était augmentée dans deux régions de l’hémisphère gauche, alors que l’on observait une réduction transitoire de la dynamique de l’activité cardiaque. À cela s’ajoutait l’absence d’activité significative dans la région médiane postérieure du cerveau impliquée dans la référence à soi et typiquement très active dans l’état de repos conscient, à l’écoute d’un récit et dans les activités de remémoration autobiographique. La désactivation de cette région est caractéristique des états de conscience modifiés comme le sommeil ou l’hypnose dont le marqueur physiologique est la réduction transitoire de l’activité cardiaque telle qu’elle était observée dans l’adhésion à la fiction.

Cette analogie physiologique suggère que l’acceptation de la fiction comme la réalité pourrait procéder d’une modification subtile de la conscience du spectateur. Dans l’hypnose, la modification de la conscience est induite par l’absorption mentale du sujet dans l’expérience hypnotique suggérée par le contexte extérieur (l’hypnothérapie) ou intérieur (la concentration sur l’expérience subjective).

La suspension consentie de l’incrédulité pourrait être, au théâtre, l’inducteur de cet état de conscience subtilement modifié qui permet au spectateur de croire à la fiction. Dans l’étude que nous rapportons (disponible en ligne), l’implication dans la compréhension de la métaphore et le jugement esthétique, et dans l’interprétation de l’intention de l’action d’autrui des deux régions cérébrales plus activées lors de l’adhésion à la fiction, suggère que l’acquis culturel et social amorcent la perception de la fiction comme la « réalité sans engagement existentiel ».

Références

Artaud, A. (1938). Le théâtre et son double (pp. 189). Paris: Gallimard.
Bachelard, G. (1938). La Formation de l’esprit scientifique: Vrin.
Coleridge, S., Taylor (1817). Biographia Literaria. In http://www.gutenberg.org/ (Ed.): Project Gutenberg EBook.
Diderot, D. (1758) Discours sur la poésie dramatique In http://gallica.bnf.fr/
Gaudé, L. (2000). Onysos le furieux. Arles: Editions Actes-Sud.
Varela, F. J. (1996a). Neurophenomenology: A methodological remedy for the hard problem. Journal of Consciousness Studies, 3(4), 330-349.
Varela, F. J. (1996b). Invitation aux sciences cognitives (Second Edition ed.). Paris: Éditions du Seuil.
Varela, F. J., Thompson, E., & Rosch, E. (1991). The Embodied Mind: Cognitive Science and Human Experience. Cambridge, MA: The MIT Press.

Crédits photographiques
1. « The prey and the shadow share », 2009, Joël-Evelyn-François Dézafit-Keltz, galerie de photos sur Flickr (sous licence Creative Commons Paternité)
2. « Ma tête est à l’envers mais mon appareil photo est à l’endroit », 2009, Hervé Kerneïs, galerie de photos sur
Flickr (sous licence Creative Commons Paternité)

L’invité de décembre sera Christian Brassac, spécialiste de psychologie sociale et cognitive


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/11/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Le Phare Psychologie, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Réalité, cognition et neurosciences. Marie-Noëlle Metz-Lutz http://bit.ly/f5gjqR […]