Altérités technologiques. Tekhnè et réalité

Depuis une vingtaine d’années, l’équipe de recherche EA Costech (Cognition Organisation et Systèmes Techniques) ainsi que le mineur de formation PhiTeCo (Philosophie, Technologie, Cognition) de l’Université technologique de Compiègne (UTC) organisent un séminaire interdisciplinaire d’une semaine. Il s’agit d’un moment et d’un lieu de rencontre et de discussion entre chercheurs (pas nécessairement au sens académique) en provenance d’horizons divers (en l’occurrence : philosophique, ingénierique, linguistique, psychologique, neurologique, médical, et artistique), qui est également ouvert  aux étudiants de l’Université. Il est consacré cette année au thème Altérités technologiques et aura lieu du lundi 17 au vendredi 21 janvier 2011. L’une des rédactrices de REALISTA participe à cette semaine de réflexion : Marie-Anne Paveau développera ses hypothèses sur la nature des relations entre langage et réalité dans le cadre de la linguistique symétrique.

Argumentaire du séminaire

Les technologies modifient nos rapports à l’altérité : nouvelles technologies de l’information et de la communication (en particulier les nouveaux réseaux sociaux), nouveaux dispositifs technologiques d’accès à la présence d’autrui (environnements virtuels ; perception à distance, en particulier tactile), technologies d’investigation du corps humain (notamment la cartographie génétique ou l’imagerie cérébrale).
Mais, en même temps que les médiations techniques semblent affecter notre rapport à autrui, peut-être permettent-elles aussi d’en dévoiler les conditions de possibilité et d’en mieux comprendre la nature.
Les technologies modifient les altérités, voire en produisent. Ainsi si le visage est par excellence autrui en sa présentation, faut-il méditer que nous pouvons maintenant intervenir techniquement de manière radicale sur cette présentation grâce en particulier à la greffe de visage. On notera aussi que le « Cyborg »est l’emblème contemporain pour tous les mixtes d’organique et de machine qui peuplent notre monde, troublent la frontière entre vivant et non-vivant et tout aussi bien la frontière entre humain et non-humain. De manière générale, de plus en plus, la question de l’altérité ne se pose plus seulement en terme d’intensité (autrui tranchant sur tous les autres ordres de réalité et ne se réduisant à aucun), mais aussi en terme de diversité : quels êtres valent comme « autrui » ? Les autres êtres humains (mais où « commence l’humain? » et « où finit-il? ») ? Les animaux ? Le « cyborg » ? Les drones et autres machines en un sens « autonomes » ? Inquiétude contemporaine : on ne sait où clore la liste, et s’il le faut.
Il y a toujours eu une altérité de la technologie, miroir du biologique. Mais pourquoi ces autres que sont les machines ne sont toujours pas considérées comme « autrui » ? Il y a plus que jamais une technologie de l’altérité, puisqu’autrui se présente technologiquement. Mais où est autrui s’il est interrogé depuis son dévoilement technique ?
Ce séminaire, fidèle à son exigence trans-disciplinaire, voudrait interroger ce que les technologies font aujourd’hui à l’altérité, mais aussi dans quelle mesure l’altérité aura toujours été inscrite au cœur de la problématique de la technique.

Programme

Lundi 17 janvier
10h30-12h. Accueil étudiants (SC01).
14h00-17h30.
Médiation technique et rapport à autrui.
14h00. Présentation.
14h30. Fabrice Métais
(philosophie. UTC). Altérité radicale d’Autrui et inscription, (avec Lévinas).
15h30. Annie Abrahams (cyberart). Le travail collaboratif ne démarre pas au quart de tour…
16h30. Bernard Stiegler (philosophie. IRI, UTC). Pharmacologie de l’autre et du même à l’époque de la transindividuation numérique.

Mardi 18 janvier
10h-12h. Pathologie et psychothérapie de l’autre.
10h00. Alain Gillis (psychiatrie). Autisme et motricité. La technique du packing.
11h00. Benoit Virole (psychologie, psychanalyse), Construction de soi et altérité. Données de la psychopathologie humaine.
14h-17h00. Couplage Homme-machine.
14h00. Jérôme Goffette (philosophie. Université Claude Bernard Lyon), Hybridité, prothèse, cyborg et anthropotechnie.
15h00. Victor Petit (philosophie. UTC). L’Homme-machine.
16h00. Ken Prépin (sciences cognitives. Telecom Paris-Tech). « Embeddedness » : du couplage physique au couplage social.

Mercredi 19 janvier
9h30-12h30. Altérités neurologiques.
9h30. Jean-Luc Petit (épistémologie des neurosciences. Collège de France). L’effet miroir: une distorsion neuro-mimétique de la communication intersubjective.
10h30. Jean-Claude Dupont (épistémologie des neurosciences. Université de Picardie). L’imagerie cérébrale : une “néophrénologie” ? Questions épistémologiques sur l’ICF
11h30. Guillaume Dumas (psychologie cognitive. Université Paris VI). Vers une neuroscience à deux corps.
14h-16h. Altérités biotechnologiques.
14h00. Pr. Devauchelle (chirurgie. CHU d’Amiens). La greffe de visage : altérités biologiques, altérités technologiques ?
15h00. François Delaporte (philosophie. Université de Picardie). Artifice et nature : une approche philosophique.

Jeudi 20 janvier
9h00-13h00. Epistémologies et éthiques des machines.
9h00. Sacha Loeve (épistémologie. Université Paris X). Ceci n’est pas une brouette : l’altérité technologique des nanomachines.
10h00. Anne-Françoise Schmid (épistémologie. Institut national des sciences appliquées de Lyon). Epistémologies et éthiques technologiques.
11h00. Jean-Michel Besnier (épistémologie. Université Paris IV).
12h00.
Discussion. François Sebbah, Victor Petit, (coord.).
14h30-18h. Séance de travail avec les étudiants (SC01).

Vendredi 21 janvier. Journée commune (SC01-GE90). Technologies numériques.
9h30. Yann Moulier Boutang (économie. UTC). Les modalités de valorisation des immatériels de type 2.
10h30. Frédéric Bourget, Bamboo & Bees (droit, économie), L’exemple des chaires d’entreprises.
11h30. Franck Ghitalla (info-com, INIST). L’experience WebAltas.
14h00. Marie-Anne Paveau (linguistique. Université Paris XIII). Les technologies discursives. Altérisation, cognition, narcissisme.
15h00. Christian Fauré (ingénierie. Ars Industrialis), Technologies relationnelles
16h00. Fabien Pfaender (ingénierie. UTC). Ecologie des métadonnées.
16h30. Pascal Jolivet, Julia Taddei, Michaël Vicente (sociologie, économie. UTC). Ecologie du libre.

Résumé de l’intervention de M.-A. Paveau : Les technologies discursives. Altérisation, cognition, narcissisme

Je propose de présenter la notion de technologie discursive et de réfléchir aux processus d’altérisation dans le cadre de travail d’une épistémologie contributive où la linguistique du discours, ma discipline, est (re)travaillée de cognition sociale version distribuée, de philosophie et de psychanalyse. J’aborderai les points suivants :

La notion de technologie discursive dans le cadre de la linguistique symétrique

La perspective de la linguistique symétrique (Paveau 2009 ; symétrique est emprunté à l’« anthropologie symétrique » de Latour) pose que la faculté de langage n’est pas « egocéphalocentrée » (Brassac d’après Kaufmann, Brassac 2004, 2007), que les productions langagières sont imprégnées de leurs environnements humains et non humains, et que par conséquent la matière langagière est hétérogène, « altér(is)ée » d’autres matérialités (sociale, historique, objectale, technologique, animale, etc.). Cette approche externaliste scalaire vs binaire du langage (i.e. posant un continuum langage-monde et mind-body, et non plus une distinction) permet d’envisager la production du discours comme une « technologie » discursive et de proposer une typologie des outils et objets linguistiques discursifs (Paveau 2007, 2010a).
Exemples : corpus d’outils et d’objets linguistiques et discursifs

L’altérisation comme processus symétrique

De même, l’altérité ne se laisse pas penser de manière autonome, et doit me semble-t-il être vue comme inséparable de la configuration de soi. Il existe en effet un rapport scalaire entre moi et autrui, et tant les notions de subjectivité, d’identité, d’ipséité, que les notions d’altérité, de différence ou d’extériorité dépendent en même temps et de manière conjointe de ce continuum moi-autre. Pour penser cette question, deux paradigmes sont particulièrement féconds : la psychanalyse et la philosophie orientale (d’ailleurs significativement articulées par l’énaction). Je pense pour ma part aux notions de narcissisme primaire (Freud 1914, Green 1966), d’enveloppe et de contenant (Winnicott), tout à fait compatibles avec l’idée plus orientale d’un moi distribué et d’une conception non discrète de l’altérité.
Exemple : Facebook comme outil discursif ambigu d’équilibre narcissique vs destruction du lien à l’autre (Paveau 2010b)


Points d’épistémologie critique

Je propose enfin de modérer et même d’obscurcir un peu la thèse des « nouvelles altérités » en évoquant pour finir deux points critiques :
– les formes anciennes et traditionnelles de l’altérité non technologique (par exemple mythologiques ou biologiques) présentent des liens représentationnels et philosophiques avec les « nouvelles altérités » contemporaines ; il existe donc des constantes qui obligent à mitiger la thèse de la nouveauté ;
– les interprétations contemporaines pessimistes voire crépusculaires des nouvelles formes d’altérisation, comme celle de la « modernité liquide » de Bauman, que je ne partage pas, mais dont il me semble nécessaire d’examiner les fondements et les effets dans notre rapport aux altérités technologiques.

Éléments bibliographiques

Bauman Z., 2006 [2005], La vie liquide, trad. C. Rosson, Éditions du Rouergue/Chambon.
Brassac C.
– 2004, « Action située et distribuée et analyse du discours : quelques interrogations », Cahiers de linguistique française 26, 251-268.
– 2007, « Co-responsabilité cognitive et dissolution de frontières », in P. Hert, M. Paul-Cavallier(éds), Sciences et frontières. Délimitations du savoir, objets et passages, Fernelmont (BE) : Éditions Modulaires Européennes & InterCommunications, 159-176.
Freud S., 1969 [1914], « Pour introduire le narcissisme », dans La vie sexuelle, Paris, PUF.
Green A. 1983 [1966-67), « Le narcissisme primaire : structure ou état », dans Narcissisme de vie, narcissisme de mort, Paris, Editions de Minuit.
Paveau M.-A.
– 2007, « Discours et cognition. Les prédiscours entre cadres internes et environnement extérieur », Corela (Cognition, représentation, langage) : « Contextes, discours, cognitions », codirige avec G. Achard-Bayle, http://corela.edel.univ-poitiers.fr/document.php?id=1672
– 2009, « Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique », conférence invitée au deuxième colloque international Res per nomen, Reims, 30-31 mai, in Actes prépubliés, 21-31, en ligne sur HAL : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00477257/en/
– 2010a, « Une linguistique symétrique pour penser le discours », La pensée du discours, http://penseedudiscours.hypotheses.org/95
– 2010b, « Facebook, aphorisme et narcissisme », La pensée du discours, http://penseedudiscours.hypotheses.org/235

Inscriptions et informations ici

Crédits phoographiques
– « Light bot », Garrette 2005, galerie de l’auteur sur Flickr, contrat Creative Commons
– « Zoom lens », Pascal 2009, galerie de l’auteur sur Flickr, contrat Creative Commons


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...