Extended cognition : critique des arguments des deux parties

Un excellent papier vient de paraître sur la nature des arguments contre l’extended cognition. L’extended cognition, dont REALISTA a parlé précédemment, est l’idée que les agents cognitifs sont autant dans le mental que dans le monde et que notre activité cognitive est distribuée dans les environnements extérieurs. La thèse de l’extended mind a été défendue dans un papier célèbre de Clark et Chalmers, qui fait figure de manifeste pour les externalistes.

Dans cet article intitulé Overextended cognition, et en accès libre sur la plateforme Philpapers, Shannon Spaulding, docteure en philosophie de l’esprit de l’université du Wisconsin, propose une critique de l’argumentation généralement opposée à l’extended cognition, qui repose sur l’argument des conditions nécessaires : pour pouvoir parler de cognition externe, il faut d’abord pouvoir parler de cognition tout court et il faut donc isoler des marques cognitives. Voici le résumé de son article :

Extended cognition is the view that some cognitive processes extend beyond the brain. One prominent strategy of arguing against extended cognition is to offer necessary conditions on cognition and argue that the proposed extended processes fail to satisfy these conditions (Adams and Aizawa, 2008; Rupert, 2010; Weiskopf, 2008).  I argue that this strategy is misguided and fails to refute extended cognition. I suggest a better way to evaluate the case for extended cognition that should be acceptable to all parties, captures the intuitiveness of previous objections, and avoids the problems with the strategy of offering necessary conditions on cognition. I conclude that extended cognition theorists have failed to establish the truth of extended cognition.

Inga

L’originalité de ce travail réside dans le fait qu’il analyse les procédés argumentatifs des opposants et des défenseurs de la thèse externaliste, ce qui donne à son article une dimension méta-argumentative très intéressante et rare dans ce domaine. Shannon Spaulding passe soigneusement en revue tous les arguments qui défendent et critiquent la cognition externe, en montrant leur faiblesse. Elle propose l’argument le plus convaincant selon elle, de nature fonctionnaliste. Reprenant le fameux exemple de la mémoire biologique d’Inga et de celle d’Otto, externe sous la forme d’un carnet de notes (« the Otto-Inga argument proposé par Clark et Chalmers), elle montre qu’il n’existe pas de parité entre ces deux types de mémoire pour des raisons fonctionnelles : la mémoire d’Inga est une fonction intégrée à un ensemble cognitif et donc reliée à d’autres fonctions cognitives du cerveau, ce qui n’est pas le cas du carnet d’Otto qui n’est pas intégrée dans un ensemble neuronal.

Otto

La conclusion de son article est plutôt musclée et donne raison à Pierre Bouretz qui a récemment mis en lumière le « ton guerrier » des philosophes. Mais son argumentation est toujours courtoise et surtout, théoriquement impeccable. Elle ne suffit pas à me détacher de la cognition externe, qui me semble toujours la théorie la plus juste et la plus forte pour décrire les activités cognitives de l’homme dans ses environnements. Mais je suis impressionnée par la précision et la robustesse des arguments de cette (jeune) chercheuse. On apprend dans sa biographie qu’elle pratique le « running » et qu’elle a en a même fait son métier avant de se consacrer à sa thèse. J’ai bien raison de vanter les mérites intellectuels de la course à pied…

Crédits
1. « Neurons in the brain », Hijod Euskona, 2008, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.
2. « Circuit board notebook », Sam Rayner, 2007, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...