« Pour une anthropologie à taille humaine ? » – réalité et approches anthropologiques

Alban Bensa (2010). Après Lévi-Strauss, pour une anthropologie à taille humaine. Paris: Textuel.

L’ouvrage « Après Lévi-Strauss : pour une anthropologie à taille humaine » de l’anthropologue Alban Bensa soulève un certain nombre de problématiques qui ne peuvent laisser le chercheur qui s’interroge sur comment concevoir la réalité indifférent. En effet, sa lecture nous aide à nous interroger davantage sur qu’est-ce que faire de la recherche ? Quelles sont les relations entre le chercheur, son « terrain » et les participants aux études ? Comment présenter ses résultats ? – donc qu’est-ce que la réalité en recherche ?

Alban Bensa est Directeur d’études à l’EHESS à Paris. Spécialiste de la Nouvelle-Calédonie, il est l’auteur, entre autres de « La fin de l’exotisme » (2006) et « Les politiques de l’enquête », qu’il a co-dirigé avec Didier Fassin (2008). L’ouvrage recensé ici consiste en un entretien entre l’anthropologue et Bertrand Richard. Les idées et les arguments débattus dans « Après Lévi-Strauss » ont été développés dans La fin de l’exotisme, un ouvrage qui avait fait largement débat dans les milieux anthropologiques français. En fait, même si l’anthropologie que propose Bensa est loin d’être inédite (le domaine connaît des « réformes » depuis de nombreuses décennies sous l’influence de chercheurs tels que Augé, Godelier, Geertz, Wikan, Abu-Lughold…  qui vont dans la direction qu’il envisage), elle est loin d’être acceptée ou appliquée par les anthropologues eux-mêmes ou les chercheurs issus d’autres disciplines qui s’inspirent de l’anthropologie et de ses méthodes. En 2008, je co-organisai une conférence sur les utilisations de l’anthropologie en didactique des langues et de l’interculturel durant laquelle il est apparu clairement au fil des présentations et discussions que la vision et les démarches anthropologiques retenues correspondaient à une anthropologie « canonique » de type structuraliste, largement dépassée.

Publié à un moment clé de l’histoire de l’anthropologie « française » (le « grand maître » Lévi-Strauss est mort en octobre 2009), l’ouvrage est structuré en trois parties : 1. Après Lévi-Strauss : revenir au réel, 2. totems et tabous : les fables d’une discipline, 3. l’anthropologie et le politique. Une critique claire du structuralisme de Lévi-Strauss apparaît dès les premières pages et traverse l’ouvrage (p. 21) : « le repli sur son Aventin et l’opération de réduction qui l’accompagne font perdre en route une dimension essentielle du social, à savoir son historicité, le fait que les individus font des choix, qu’ils ont des marges de manœuvres, qu’ils sont indécis, qu’ils changent, d’avis, bref qu’ils tissent leur histoire en naviguant entre contraintes et opportunités. Est aussi perdue en chemin toute l’affectivité ». Ainsi, Bensa souligne que pour l’anthropologie lévi-straussienne les acteurs n’existent pas, car ils sont souvent présentés comme suivant un programme, un ordre et « une certaine stabilité formelle » (p. 20). Pour mettre fin à ces pratiques (qui sont omniprésentes par exemple dans les domaines liés à l' »interculturel » sous la forme de culturalisme, où la culture explique tout et « objectivise » les rencontres), il faudrait d’après Bensa « s’affranchir de l’idée absurde d’une adhésion pleine et entière des acteurs à leur propre monde, sans que jamais leur perplexité, leur questionnement leur éloignement relatif par rapport à ce qu’ils vivent, ne soient examinés. L’anthropologie n’a pas à noyer la volonté d’autrui dans le régime de la croyance naïve qui confondrait forme et fond, métaphore et objet, signifiant et signifié » (p. 36-37). Si la réalité est mouvante et instable, que les méthodes que retiennent l’anthropologue ou les autres reflètent cette donne.

La « nouvelle anthropologie » proposée prend en compte l’historicité des acteurs, donc, entre autres, leurs contextes et les relations entre les individus en présence. Elle se base ainsi sur des « processus de transformation » et les choix politiques (plutôt que structuraux) qui les accompagnent. Historicité, affectivité et politique sont les trois mots-clés de la démarche proposée. Bensa donne plusieurs exemples d’application concrète dans l’entretien. L’exemple suivant interroge la manière de poser des questions et par conséquent le traitement des réponses par le chercheur : « Il ne revient pas du tout au même de questionner un père sur les règles de mariage qu’on dit suivre dans son village et de lui demander « comment avez-vous marié votre fille l’an dernier ? » Avec cette seconde option remonte à la surface une grande variété de considérations circonstancielles qui convoquent sur la scène sociale nombre d’acteurs et de facteurs (autorités politiques ou religieuses, beauté des conjoints potentiels, histoire des clans, etc.) que la seule « logique de parenté » (…) met inévitablement sur la touche. On y observe des individus concrets qui fabriquent du sociale et ne se pensent pas comme les « représentants » d’une culture ou les faire-valoir d’une règle qui les dépasserait ».  (p. 63 ; on trouvera d’autres exemples significatifs aux pages 61 & 68). En d’autres termes, le chercheur s’intéresse non plus aux règles ou aux structures mais aux figements, régressions et contournements de principes présentés et négociés entre lui-même et ses « informants » (p. 78).

L’aspect politique concerne également l’enquête telle qu’elle est menée et l’influence du chercheur sur ses « données » (ou « captées » selon R.D. Laing) et surtout sur les individus qu’il rencontre. Dans de nombreuses recherches anthropologiques mais aussi issues d’autres domaines, le chercheur parait « tout-puissant », « l’observé est généralement mutique – aussi silencieux qu’une structure » (p. 36). Pour donner un exemple, dans la plupart des études en didactique de l’interculturel, la partie dite analytique pose des regards uniquement sur les personnes interrogées (interviews, questionnaires, textes…) sans expliciter la prise de position forcément marquée du chercheur à la fois lors de la « collecte » des données et ou de l’interprétation des résultats. La collecte, selon Bensa, est souvent présentée comme la simple cueillette de « champignons dans une forêt » (p. 39). D’où parfois un fort sentiment d’altérisation des participants, alors que ceux-ci sont en fait des « co-auteurs » (p. 42).

C’est pourquoi Bensa suggère que le chercheur s’implique davantage dans son processus de recherche et qu’il fasse émerger les enjeux de la politique de l’enquête. Il écrit : « Il est urgent d’inverser la méthode, de partir des acteurs et de la façon d’élucider, avec eux et non pas à distance, l’émergence et la légitimation des pouvoirs, les conversions religieuses, la construction des systèmes de l’art de contourner les règles, de jouer des écarts entre obligations et initiatives » (p. 36). Cela aurait aussi une influence sur le lecteur des résultats (étudiants, autres chercheurs, le grand public…) car il ne serait plus « contraint de “consommer” des connaissances, mais de revivre, sur le mode du questionnement, l’expérience de l’enquête » (p. 42-43). En bref, revivre la réalité telle qu’elle est co-construite lors de l’acte de recherche. En effet, ce qui est présenté à la fois par l’anthropologue (ou l’ethnographe) ou les enquêtés ne devrait pas mener à une interrogation sur sa « vérité » ou son « invention », mais à questionner les usages qui en sont faits dans le cadre de la recherche. En bref, il ne s’agit pas de généraliser mais de voir, à nouveau, quelles politiques semblent les diriger et les instabilités qui en découlent (p. 64).

Bensa lance un message très important par exemple pour ceux qui travaillent avec les « migrants », qui fait écho notamment aux travaux de Martine Abdallah-Pretceille (2003) : « Quand il arrive que des individus se revendiquent de leur “culture”, c’est qu’ils s’adressent à d’autres individus dont ils imaginent qu’ils sont très différents d’eux, détenteurs eux-mêmes d’une autre “culture”. La culture n’est pas un cadre de référence en soi qui s’impose aux personnes d’un même groupe, c’est toujours d’abord le regard de l’autre sur l’autre ». (p. 70) (cf. également Dervin, 2010). Ainsi, le mot « valeurs » est souvent mis en avant par les chercheurs eux-mêmes pour expliquer les différences de points de vue, les différentes façons d’agir, etc. Bensa nous met en garde contre cet « alibi » souvent teinté de généralisation et d’ethnocentrisme : « les valeurs, ce n’est ni génétique ni conditionné culturellement, c’est une appréciation selon les situations » (p. 89). En bref, on revient ici à l’importance de l’historicité, des relations et des contextes de rencontre.

En tout, Après Lévi-Strauss représente un outil essentiel pour s’interroger sur ce qu’est la recherche et que faire de la « réalité ». Lu avec La fin de l’exotisme (2006), il pourrait servir de « manuel » de réflexions épistémologiques, méthodologiques, interprétatives, mais aussi relationnelles et éthiques pour tout chercheur (« jeune », novice, confirmé…) qui souhaite revoir sa façon de travailler sur (et avec !) l’ « Autre ». L’ouvrage peut également nous conforter dans l’idée qu’en tant que chercheurs « il nous faut accepter aussi d’être dans une communication partielle, car il est vain de penser tout comprendre » (p. 123). Constat que certains trouveront trop négatif voire « auto-destructif » (pourquoi faire de la recherche alors ?) mais qui nous donne de l’espoir car le rôle du chercheur en sciences humaines et sociales est avant tout de questionner, de poser des questions et de proposer des réponses (au pluriel) et des hypothèses, plutôt que des résultats figés, qui, lorsqu’il s’agit de rencontre, risquent d’altériser plus que nécessaire…

Bibliographie

Abdallah-Pretceille Martine (2003), Former et éduquer en contexte hétérogène : Pour un humanisme du divers, Paris, Economica.

Augé Marc, Colleyn Jean-Paul (2004), L’anthropologie, Paris, Presses Universitaires de France, Collection Que sais-je?.

Bensa Alban (2006), La fin de l’exotisme, Essais d’anthropologie critique, Toulouse, Anacharsis Éditions.

Dervin Fred (2010), Pistes pour renouveler l’interculturel en éducation, Recherches en éducation, Education et formation interculturelles : regards critiques, CREN, 32-41.

Fassin Didier, Bensa Alban (2008), Les politiques de l’enquête, Épreuves ethnographiques, Paris, La Découverte.


Fred Dervin

Fred Dervin travaille en Finlande, principalement à l’Université de Turku dans le sud-ouest du pays. Il est HDR en sociologie (spécialité: multiculturalisme) et en communication et éducation interculturelles. Ses intérêts de recherche sont nombreux. Il a travaillé, entre autres, sur la notion d’identité dans différents contextes de rencontres dites interculturelles (mobilités académiques, couples binationaux, didactique des langues). Il propose également une critique de ce qu’il appelle les « impostures de l’interculturel », notamment par l’analyse de textes scientifiques qui affirment se placer dans une lignée critique de l’interculturel mais qui au niveau des méthodes demeurent descriptives, donc de surface. Dervin publie souvent sur ces thématiques.

Vous aimerez aussi...