Mythes sur l’éducation finlandaise…

APPEL À CONTRIBUTION
Revue Recherches en Éducation
Revue internationale de recherches en Sciences de l’éducation dotée d’un
comité éditorial, d’un comité scientifique et d’un comité international de
lecture.  Elle est reconnue par l'AERES (Agence d'Évaluation de la Recherche
et de l'Enseignement Supérieur).
http://www.recherches-en-education.net/  (ISSN : 1954-3077)

Mythes sur l’éducation finlandaise
Sous la direction de Fred Dervin

Date limite pour les résumés: le 1er mars 2011

(call in English below)

Lire l'appel en ligne:
http://users.utu.fi/freder/APPEL%20A%20CONTRIBUTIONFINLANDE.pdf

La plupart des chercheurs en sciences de l’éducation du monde entier savent
maintenant que la Finlande, pays membre de l’Union européenne qui a une
population de près de 6 millions d’habitants, se place première dans la
plupart des enquêtes internationales. Admirée, louée voire enviée pour ses
prouesses éducatives, la Finlande attire chaque année de nombreux
chercheurs, éducateurs, responsables politiques et journalistes étrangers
qui visitent le pays pour comprendre les raisons de son succès et, si
possible, pour « importer » ses méthodes. Ce nouvel « Éden » mène d’ailleurs
à une nouvelle forme de mobilité académique, le « tourisme pédagogique »
(Lafortune, 2008), qui contribue, dans un sens, à générer le « branding » de
la Finlande. C’est en 2008 que le Ministre des affaires étrangères Alexander
Stubb a d’ailleurs lui-même officialisé ce « pouvoir de la marque
finlandaise » en mettant en place un comité de réflexion et de proposition.
Dans le cadre des travaux de ce groupe, l’éducation finlandaise est une
thématique centrale.
En décembre 2010, la Finlande perd sa place à la tête de l’enquête PISA
2009 (Programme for International Student Assessment) : elle est désormais
3ème pour l'écrit, 2ème pour les sciences et 6ème pour les mathématiques .
La Chine (Shanghai) et la Corée du Sud la détrônent.
Elle conserve néanmoins une place privilégiée parmi les 65 pays qui
participent à l’étude.
L’heure du bilan serait-elle arrivée ? En effet, comme tout jardin d’Éden,
plusieurs mythes sont et ont été sans aucun doute produits et colportés sur
l’éducation finlandaise partout dans le monde. Ce numéro de Recherches en
Éducation se propose de les examiner.
Il semble ainsi que certaines analyses de formateurs, universitaires, hommes
politiques, journalistes… ne soient pas toujours convaincantes car elles
comportent parfois des imprécisions ou des exagérations (ou même parfois
elles sont victimes de propagande - cf. notamment la critique proposée par
Robert, 2008 ). Ayant passé une semaine ou deux dans ce pays, certains
rentrent chez eux convaincus d’avoir pu décoder le « miracle » finlandais,
se basant seulement sur les lieux éducatifs souvent privilégiés ou
exemplaires qu’on leur aura montrés. L’école est souvent décrite au
singulier, gommant ainsi les différences géographiques, sociales,
économiques, etc. dans ce pays presque aussi grand que l’Allemagne en
superficie. Les comparaisons abusives et peu contextualisées avec d’autres
pays semblent également abonder.
Mais où est la place des changements importants liés, entre autres, aux
crises économiques mondiales et à une certaine forme de néolibéralisme que
connait la Finlande depuis des années, dans ces analyses ? En vrac :
sélection de plus en plus appuyée à partir du lycée (classement des
meilleurs lycées amplement médiatisé au moment des résultats du bac), effets
indirects des études modulaires, réduction des budgets éducatifs, premiers
pas vers le paiement de droits d’inscription pour les étudiants
non-européens dans le supérieur (et peur du transfert de cette pratique sur
les étudiants finlandais), réforme des universités (« autonomisation »),
violence (médiatisée à outrances dans le monde entier) avec les événements
tragiques de Jokela et Kauhajoki, politique multiculturaliste (avec début de
ghettoïsation)…

Questionnements

Le numéro pose l’hypothèse de la mythification de l’éducation finlandaise à
travers les questions suivantes : L’image que l’on donne, rapporte ou crée
du système éducatif finlandais est-elle bonifiée ?
Quels mythes ont été générés autour de l’éducation finlandaise ? Quelles
semblent être les inexactitudes, les inventions ou les manipulations ?
Qui participe à la création de ces mythes ? Pourquoi ? Pour qui ?
Certains acteurs en profitent-ils ? Ces mythes sont-ils remis en question ?
Par qui et comment ?
Telles sont les problématiques que l’on se posera en analysant les mythes
créés en dehors des frontières finlandaises, ceux produits en Finlande et,
si possible, les relations entre ces deux formes de mythes.
Les discours professionnels, politiques, médiatiques, quotidiens mais aussi
de recherche, intra- comme inter-culturels, pourront servir de base. Tout
contexte éducatif, du primaire à la formation des adultes (en face à face ou
en ligne), pourra être abordé ainsi que tout point de vue (enseignants,
chercheurs, parents, élèves-étudiants, etc.).

Propositions d’article

Les propositions d'article (environ 300 mots) devront parvenir au directeur
du numéro (freder@utu.fi) au plus tard le 1er mars 2010, sous format .doc ou
.rtf. Les auteurs indiqueront : nom, prénom et adresse électronique ;
affiliation institutionnelle ; titre de l’article ; liste de mots-clés (cinq
maximum). Les propositions peuvent se faire en français ou en anglais et
pourront être issues de disciplines aussi diverses que les sciences du
langage, la sociologie et l’anthropologie.

Calendrier de l’appel à contribution

* Février 2011 : lancement de l’appel à articles
* 1er mars 2011 : date limite d’envoi des propositions
* 1er octobre 2011: date limite d'envoi des articles (40 000 signes)
* Jusqu’au 15 janvier 2011 : allers et retours entre les auteurs et le
coordinateur du numéro et expertises des articles
* Juin 2012 : parution du numéro

********

Call for articles for the international peer-reviewed journal “Recherches
en Éducation” (Research in Education).
http://www.recherches-en-education.net/ (ISSN: 1954-3077)

Title: Myths About Finnish Education
Editor: Fred Dervin, University of Turku & University of Eastern Finland,
Finland

Deadline for abstracts: 1st March 2011

Most education researchers worldwide are now aware of the fact that
Finland, an EU member with about 6 million inhabitants, ranks first in
many international studies. Admired, lauded but also envied for her
remarkable performance, Finland attracts yearly many researchers,
educators, politicians and journalists from abroad who visit the country
in order to understand the reasons for such success and, if possible, to
“import” Finnish methods. In fact, education has now become part of the
“branding” of Finland, which Minister of Foreign Affairs Alexander Stubb
set up two years ago.
	In December 2010 it was announced that Finland lost the top spot in the
2009 PISA (Programme for International Student Assessment) studies. China
(Shanghai) and South Korea now top the charts. Yet Finland still holds a
strong position amongst the 65 countries that took part in the studies.
	Now might be a good time to assess this position. Like any Garden of Even
several myths have been spreading around Finnish education. This journal
issue aims to debunk and exam some of these myths.
	As such it seems that some studies on Finnish education proposed by
scholars, educators, politicians, journalists… are not always convincing.
Sometimes they can be prone to biases, imprecise analyses and
exaggerations. Having spent a week or two in Finland, some of them return
home convinced that they have decoded the Finnish “miracle”, based on the
few school visits that were organized for them. Besides Finnish
educational institutions are often described in a homogeneous way, which
tends to ignore geographical, social, economic, individual, etc. factors.
Erroneous comparisons with other countries are also undertaken.
	But what do we do with the important changes that Finland is witnessing
today, provoked by global economic crises and the rise of neo-liberalism?
Where do they appear in these visions? E.g. budget-cutting, increased
competition in schools and between schools, the consequences of modular
studies, reforms in higher education (“autonomy”), school violence
(Jokela & Kauhajoki), “solid” multicultural policies…

The mythification of Finnish education constitutes the emphasis of this
journal issue. The following questions are asked: what image(s) of the
Finnish education system is/are constructed and conveyed? Are they
embellished? Exaggerated? What myths seem to emerge from discourses on
Finnish education and observations of schools? What imaginary do they
correspond to? Who participates in the creation for such myths?  Why? For
whom? Do some actors profit from the creation of myths? Are these myths
questioned? By whom, how and why?
Professional, political, media, daily but also academic discourses –
inter- and intra-culturally – can be the focus of analysis. Any type of
educational context in Finland (from primary education to further
education) as well as any actor (parents, students-pupils, teachers,
administrators…) can be tackled.

Abstract submission

Please send a 300-word abstract to the editor (freder@utu.fi) by 1st March
2011, in a .doc or. rtf document. Include your name, e-mail address,
affiliation, the title of the article and a list of 5 keywords. Abstracts
can be submitted in English or French. Education researchers, linguists,
sociologists and anthropologists, amongst others, are invited to submit
proposals.

Deadlines

* Feb 2011: call for articles
* 1st March 2011: deadline for abstracts
* 1st October 2011: manuscript for review (40 000 characters)
* Until 15 January 2012: review and resubmission of articles

Fred Dervin

Fred Dervin travaille en Finlande, principalement à l’Université de Turku dans le sud-ouest du pays. Il est HDR en sociologie (spécialité: multiculturalisme) et en communication et éducation interculturelles. Ses intérêts de recherche sont nombreux. Il a travaillé, entre autres, sur la notion d’identité dans différents contextes de rencontres dites interculturelles (mobilités académiques, couples binationaux, didactique des langues). Il propose également une critique de ce qu’il appelle les « impostures de l’interculturel », notamment par l’analyse de textes scientifiques qui affirment se placer dans une lignée critique de l’interculturel mais qui au niveau des méthodes demeurent descriptives, donc de surface. Dervin publie souvent sur ces thématiques.

Vous aimerez aussi...