Conversacube et Body Heat. Technologies conversationnelles et sexuelles

Si le travail théorique sur le rapport entre discours et objets est difficile, car il faut,  pour les rendre opératoires en linguistique, retravailler les hypothèses externalistes issues de la philosophie et de la psychologie cognitives, ainsi que de la cognition distribuée, la réflexion amène parfois des découvertes plaisantes.

Dans Libération il y a une ou deux semaines, dans le supplément Le Mag, je tombe sur un article qui parle des difficultés de la conversation lors des premiers rendez-vous amoureux : « Date. Au secours j’ai rien à lui dire » (12-13.02). C’est une présentation de Conversacube, « assistant de conversation indispensable pour éviter les blancs ». Peste ! « Placez le cube vert doté d’un micro entre vous et votre interlocuteur et laissez-vous guider pas à pas », explique l’article. Mais comment ça marche ce truc ? « Le cube qui détecte l’intensité du signal audio, affiche sur l’écran des consignes au moindre signe de faiblesse ». Ça vaut le coup d’aller voir sur le site du Conversacube.

On arrive alors dans un espace tellement pauvre et désert qu’on a envie de fuir aussitôt. Mais la curiosité pour les nouveaux outils de la technologie discursive l’emporte. Trois situations sont présentées en vidéo : une situation de rendez-vous amoureux (homme-femme, évidemment) dans un décor lugubre, avec une poubelle collective en arrière-plan (si, si !) et deux acteurs tellement peu convaincants que c’est la petite boîte verte qui semble finalement la plus vivante. Au bout de deux répliques, la femme met sur la table la petite chose verte qu’elle gardait sur ses genoux et la conversation devient alors un festival de clichés sur commande. Tout est bien qui finit bien puisque le couple finit par s’embrasser, et apparaît alors le slogan : « Avoid awkward first dates and improve your love life! » Je passe vite sur les deux autres situations : une famille à table avec une triste toile cirée bleue, dans une pièce vide qui fait résonner les voix, et des assiettes de spaghetti bolognaise qui auraient de quoi réduire au silence la petite boîte verte elle-même, ainsi qu’une scène de crèche où le développement langagier des bambins est censé être « contrôlé » par l’instrument. Je me suis dit qu’il s’agissait d’un canular mais la boîte est en vente sur wiredstore.net (150 $) et apparaît dans les expos The Social Graph et Provocative Objects qui ont eu lieu à l’automne dernier.

Sur la page de Libération, juste à côté, il y a un autre article portant sur les innovations technologiques, mais cette fois dans le domaine du sexe. « Se faire plaisir… avec applications » présente une application iPhone, Body Heat, « censée faire grimper la température corporelle » (interdite aux moins de 17 ans, âge auquel pourtant, on est le moins sérieux, mais passons). Conçue par Heather Kelley, game designer, artiste numérique et féministe, déjà auteure de Lapis, brûlant jeu vidéo dédié au plaisir féminin, l’application Body Heat est complétée par une série de « petits joujoux à brancher » qui sont décrits sur le site OhMiBod Feel the music. Les objets sont disponibles en wired et wireless, le second bien plus cher (59 $ pour Gspot wired mais 120 $ pour Freestyle :G wireless). En revanche, l’application, présentée sur le site d’Apple, est très bon marché (3,99 $). L’article se félicite que de « généreux hackers », philosophes de l’open source et parfois ingénieurs en robotique, travaillent à mettre ces merveilles technologiques à portée de tous (à REALISTA, on surveille attentivement l’affaire). Un peu mises en sourdine par les convenances (qui font que je n’ose pas poster ici de photos des jolis objets colorés, mais grâce à un tweet de Mister Affordance je peux vous aiguiller sur quelques détails), ces technologies du sexe, selon l’expression de Beatriz Preciado dont je reparlerai dans un prochain billet sur les modifications et augmentations corporelles, me semblent aussi intéressantes que les iPad et les robots. Elles font l’objet de la très sérieuse conférence annuelle Arse Elektronika, qui a lieu à l’automne, et dont l’appel à communication pour 2011 est disponible en ligne sur le thème suivant : ‘SCREW THE SYSTEM: Sex, technology, class, and culture’.

Curieusement, en lisant l’article, je n’ai pas pensé un seul instant qu’il puisse s’agir d’un canular. Et en plus, les iJoujoux coûtent moins cher que l’idiot petit cube vert…

Crédits
1. Conversacube, présenté sur le site
Conversacube.com
2. iPhone screenshot, « Deap and steady », présenté sur
iTunes Preview


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...