Réel, contexte et cognition

Le texte qui suit est le résumé d’une proposition de contribution à la publication des actes du colloque Histoire de la Linguistique Cognitive (Colloque Annuel de la Société d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences du Langage, SHESL & UMR HTL), organisé à Université de Paris VII, les 30-31 janvier 2009. Il est issu d’une communication présentée par Guy Achard-Bayle et Marie-Anne Paveau.


Notre proposition veut interroger, dans une perspective historique et épistémologique, la manière dont la linguistique cognitive du demi-siècle passé a pris en compte (ou non) le contexte dans les opérations mentales de réception / interprétation et de production langagière auxquelles elle s’est, dès son fondement, attachée.
Notre axe de réflexion sera l’opposition internalisme vs externalisme (ou sous d’autres formes : subjectivisme vs objectivisme ; représentationnalisme vs référentialisme) ; la question que nous voulons poser étant celle de la prise en compte du poids et donc de l’existence de ce qui relève, dans la cognition linguistique, de la ou d’une réalité matérielle, jusqu’à ce que, ou quitte à ce que, celles-ci, réalité et cognition, se mélangent, y compris par blending (si l’on suit Fauconnier et Turner), dans les réalités conceptuelles.
Tout en gardant cette perspective historique et épistémologique, nous nous centrerons sur deux questions : l’une englobante, le contexte, l’autre illustrative, dite du mind-body problem.

1. Contexte et cognition depuis Chomsky
Nous présentons d’abord une histoire du contexte en linguistique cognitive, en diverses étapes, y compris rétrospectives :
– Dans ses premiers développements américains, autrement dit dans le cadre chomskyen et dans le mainstream représentationnel internaliste qui en découle, le contexte, quel que soit le nom qu’on lui donne, est absent. La notion de système prédomine et l’activité langagière est associée à un traitement d’informations d’une part, au postulat d’une « grammaire universelle » d’autre part (cf. Fuchs 1997 : 6, 2004 : 9, 2008 : § 1.2).
– À partir des années 1970, toujours aux États-Unis, quelque chose de l’ordre du contextuel et du culturel est travaillé à partir de la notion de frame (Fillmore) ; on en trouve ensuite, chez les néo-générativistes, de multiples déclinaisons : on pense aux approches culturellement ancrées de CogLingers comme Fauconnier, Turner ou Sweetser, aux grammaires cognitives dites constructivistes autour de Lakoff-Johnson, Talmy, Langacker, et en particulier à la conception « biologique » de l’embodied mind proposée par Lakoff-Johnson.
– Rétrospectivement, on se rend compte que les sémantiques cognitives renouent avec un culturalisme à la Whorf-Sapir et, plus loin encore dans le temps et l’espace, croisent les propositions fondamentales de Humboldt sur le rapport entre langage et culture (voir aujourd’hui la littérarisation de l’esprit de Turner 1996 ou encore les cultural models de Geeraerts 2004).
– Plus récemment, l’hypothèse de l’extériorité de l’esprit a permis de penser la cognition langagière de manière externaliste : dans la perspective de l’extended mind (Clark & Chalmers, 1998), les frames sont issus des données sociales et culturelles présentes dans un environnement « intelligent » (Hutchins, 1995), ce dernier étant tout aussi interne qu’externe (mental models chez Van Dijk, 2006).
– Actuellement, l’extrême diversification des sciences cognitives et la perspective de collaboration interdisciplinaire permettent aux approches linguistiques de bénéficier des apports d’une cognition sociale et culturelle, en envisageant la cognition humaine comme une activité aux prises avec le réel matériel : la production langagière, comme toute activité humaine, est tributaire d’un « environnement cognitif » adéquat (Origgi, 2004), lequel constitue éventuellement un programme d’actions (Varela 1996) et un réservoir d’agents psychiques (active externalism de Clark & Chalmers, art. cité). Il existe en effet des « structures cognitives externes » (Auroux, 1998) qui demandent de penser la cognition linguistique en relation avec les réalités extérieures.

2. Le mind-body problem
Le problème de la relation « corps-esprit », outre-Atlantique le mind-body problem, émerge particulièrement dans les années 90, avant de dominer les débats actuels en sciences cognitives : en philosophie de l’esprit comme en philosophie du langage, en psychologie comme en linguistique.
À ce point, la question de l’arrière-plan, donc de l’héritage culturel se pose : le mind-body problem ne trouve en effet de raison d’être et d’être compris que mis en relation avec ses origines : Descartes impose alors sa figure de père fondateur quels que soient par ailleurs les débats plus ou moins contemporains qui aient pu l’opposer aux spinozistes, aux gassendistes, aux empiristes, aux sensualistes… Le cartésianisme est non seulement devenu un modèle dominant, mais la dichotomie, la dissociation radicale corps-esprit qu’il instaure est devenue une doxa, relevant du « sens commun », que revendiquait sa méthode. Une grande partie de la tradition philosophique européenne, idéaliste, métaphysicienne, mentaliste, sépare ainsi l’esprit et le corps avec pour conséquence de dévaloriser le second.
C’est ainsi aussi, mais à l’encontre de l’« internalisme », que se manifeste une position « externaliste » issue de la philosophie anglo-américaine pragmatiste dans le premier tiers du XXème siècle (Peirce, Dewey, Wittgenstein), et toujours d’actualité (Sellars, Davidson, Putnam, Rorty ; jusqu’à Clark & Chalmers et leur extended mind 1998).
Mais elle a un certain mal à être entendue en France (et en Europe) : l’externalité de l’esprit semble contre-intuitive dans la culture du vieux continent ; inversement, les références des Anglo-Américains sont rarement européennes, comme si les deux courants de pensée ne pouvaient se rencontrer.
En écho à ce que nous aurons dit en clôture de la première partie, nous verrons pour finir que plus récemment, toutefois, se font jour des tentatives de conciliation ou de compromis entre corps et esprit. Damasio (1994), dont l’œuvre est largement répandue au-delà des ses homologues, a jeté les bases d’une incorporation de l’esprit, ou plus exactement d’une cognition davantage corporalisée ou charnelle (émotive, sensitive). De leur côté, mais de façon moins neurologique que philosophique ou philosophico-linguistique, Lakoff & Johnson (1999) ont contribué à asseoir la théorie de l’embodied mind, expression où l’on voit bien se rejoindre dans la forme et le sens, linguistic reflection, les termes classiquement opposés. Actuellement c’est l’énactivisme qui constitue le paradigme le plus fécond pour rendre compte de « l’inscription corporelle de l’esprit » (Varela et al. 1991).
Pour notre part (Paveau 2006, Achard-Bayle & Paveau 2007, Achard-Bayle 2008), c’est en direction des arrière-plans culturels dont émergent et d’où résonnent les prédiscours, des ancrages matériels, des réalités reconstruites mentalement ou conceptuellement, ou encore dans le cadre d’une référence spatiotemporelle étendue à la « cinquième dimension » (Elias 1984), en l’occurrence dans la longue durée et la mémoire collective et partagée, que nous voyons une extension contextuelle ou une externalisation physique de l’esprit.

Références & orientations bibliographiques
Achard-Bayle, G., 2008, Les réalités conceptuelles. Identité et/en fiction, Metz, Recherches textuelles 8.
Achard-Bayle, G. & Paveau, M.-A. (éds), 2007, Contextes, discours, cognitions, numéro spécial de la revue électronique Corela (Cognition, Représentation, langage), http://edel.univ-poitiers.fr/corela/sommaire.php?id=1559
Auroux, S., 1998, La raison, le langage et les normes, Paris, PUF.
Clark, A. & Chalmers, D., 1998, The extended mind, Analysis 58, 7-19.
Damasio A. R., 2001 [1994], L’erreur de Descartes. La raison des émotions, trad. M. Blanc, Paris, Odile Jacob.
Descartes R., textes originaux en ligne.
– 1637 Discours de la méthode (texte original français)
– 1647 [1641] Méditations métaphysiques (Traduction originale française du Duc de Luynes)
– 1647 Les Principes de la Philosophie, Livre 1 (Traduction originale française de l’abbé Picot)
Elias, Norbert, 1984, trad. fr. Du temps, Paris, Fayard 1996 ;
Fuchs, C., 1997, Diversité des représentations linguistiques : quels enjeux pour la linguistique cognitive ?, in C. Fuchs & S. Robert (éds), Diversité des langues et représentations cognitives, Gap-Paris, Ophrys, 5-24.
– 2004, Pour introduire à la linguistique cognitive, in C. Fuchs (ed), La linguistique cognitive, Gap-Paris, Ophrys, 1-24.
– 2008, Linguistique française et cognition, conférence plénière au CMLF’08, Paris.
Geeraerts, D., 2004, Cultural models of linguistic standardization, in A. Soares da Silva et al. (eds), Linguagem, cultura e cognição vol. 1, Coimbra, Almedina, 47-84.
Hutchins, E., 1995, Cognition in the Wild, Cambridge (MA), MIT Press.
Lakoff G. Et M. Johnson, 1999, Philosophy in the Flesh : The Embodied Mind and Its Challenge to Western Thought, New York, Basic Books.
Origgi, G., 2004, « Croyance, déférence et témoignage », in Pacherie E., Proust J. (dir.), La philosophie cognitive, Paris, Ophrys, 167-183.
Paveau, M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.
Turner, M., 1996, The Literary Mind, Oxford, University Press.
Van Dijk, T., 2006, Discourse, context and cognition, Discourse Studies 8-1, 159-177.
Varela, F., 1996 (trad. fr.), Invitation aux sciences cognitives, Éditions du Seuil.
Varela F. et al.1991, The Embodied Mind: Cognitive Science and Human Experience, Cambridge MA, MIT Press.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...