Contrat doctoral Paris 13 rentrée 2011. Écriture du corps et adolescence

Dans le cadre de l’École doctorale pluridisciplinaire Érasme de l’Université de Paris 13 Nord, les équipes d’accueil UTRPP et CENEL proposent un contrat doctoral fléché. L’Université Paris 13 Nord est membre du PRES Sorbonne Paris Cité et du Campus Condorcet.

Écriture du corps et adolescence – Body Writing and Adolescence

Équipes concernées :
– EA 3413 UTRPP (Unité transversale de recherche psychogenèse et psychopathologie)
EA 452 CENEL (Centre d’étude des nouveaux espaces littéraires)

Encadrants concernés :
Éric Bidaud (MC HDR UTRPP), psychopathologie, psychanalyse
– Marie-Anne Paveau (PR CENEL), linguistique, analyse du discours
– Juliette Vion-Dury (PR CENEL, directrice de l’équipe), littérature comparée, psychanalyse

Présentation de la thématique
La thématique « Écriture du corps et adolescence » recouvre l’ensemble des processus par lesquels, à l’adolescence, le jeune sujet construit son corps sur les plans symbolique, sémiotique, psychique et discursif. Ces processus constituent une scripturalité qui se présente comme un mouvement d’invention propre au temps pubertaire et qui constitue l’enjeu d’une mise en signifiant du corps sexué à l’adolescence.
La notion d’écriture du corps possède ici une extension particulière, par delà les différentes formes d’inscription graphique, et désigne tout mouvement de traçage par lequel le corps est délimité par le sujet lui-même qui se désigne et se représente par rapport à l’Autre. L’adolescent invente par exemple le contour de son corps par les trouvailles de ses investissements vestimentaires et capillaires, mais il peut également pointer un lieu spécifique de son corps en y inscrivant un tatouage, une scarification, un piercing ou toute autre modification corporelle.
L’écriture du corps est un processus complexe qui engage deux registres apparemment contradictoires, celui du dévoilement ou même de l’exhibition par le marquage, et en même temps celui du voilement et du masquage : écrire/inscrire son corps consiste en effet à le montrer mais aussi à le dissimuler sous des marques qui doivent être déchiffrées. Les tatouages, par exemple, inscrivent sur le corps un site à recouvrir qui peut jouer du montré et du caché, provoquant un acte de voir, en même temps qu’un acte de lecture, donc de savoir.

Mots clés : adolescence, corps, inscriptions corporelles, scripturalité, signe, signifiant, tatouage, traçage

Calendrier :

– Date limite dépôt des dossiers : 30.05.11
– Validation des candidatures par le comité de thèse d’Érasme : 22.06.11
– Audition devant le Conseil de l’ED : 05.07.2011

Détail de la proposition et informations pratiques : ici et en pdf à télécharger
Fiche de candidature : ici et sur le site de l’ED Érasme


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...