L’insoutenable légèreté de la matérialité des corps. Luca Greco

L’invité du mois d’avril est Luca Greco, chercheur en anthropologie linguistique, qui travaille depuis quelques années sur une terra incognita de l’anthropologie comme de la linguistique : les ateliers Drag King. Il explique ici quelle est la place, délicate et complexe, de la matérialité des corps dans les approches « gender ». Le carnet REALISTA, qui réfléchit sur la nature de la réalité et ses différentes mobilisations dans les disciplines SHS, est très heureux d’accueillir une réflexion qui réinterroge le constructivisme parfois radical des gender studies.

Je voudrais tout d’abord remercier Marie-Anne Paveau qui m’a donné la possibilité grâce à son blog d’échanger sur des questions qui nous passionnent et qui traversent notre « être au monde » et notre sociabilité. A la base de ce billet, il y a une requête formulée par Marie-Anne il y a quelques mois désormais et une question formulée par Natacha Chetcuti lors d’un colloque parisien qui avait l’air d’un reproche affectueux : « Mais enfin, tu en fais quoi de la matérialité des corps ? ». Voici quelques lignes en réponse à ces deux moments interactionnels qui auront au moins le mérite d’ouvrir l’espace aéré et libre d’une question en opposition à la claustrophobie des réponses.

Un point de départ

Lors d’un récent colloque en l’honneur de la féministe et biologiste Hélène Rouch « Les corps : ces objets encombrants. Contributions féministes à la critique des sciences », je me suis rendu compte à quel point les théories post-modernes sont appréhendées comme une véritable atteinte à la matérialité des corps et –du coup …. – aux rapports sociaux de sexes. Affirmer que les corps ne sont que des fictions narratives, des constructions, des discours représenterait en effet selon un féminisme d’inspiration matérialiste un danger politique non indifférent. Derrière le postulat d’un radical constructiviste des genres, des sexes et des corps, se cacherait un fantôme : celui de « l’in-différence des sexes » (Collin 2010) célébré et soutenu par la differance Derridienne. Dans cette vision du monde, il n’y aurait pas de « deux », il n’y aurait que du différencié, du « différer », de la mise à mort des sexes. Or, le problème soulevé par un certain nombre de participantEs et d’amiEs rencontrées lors de ce colloque est le suivant : la mise à mal de l’ontologie et de la matérialité des corps (et des sexes) entraînerait avec elle la mystification d’une réalité, celle des rapports de domination et des inégalités entre « hommes » et « femmes » que l’on peut observer dans tous les domaines, de la santé, au travail, en passant par la famille, les sphères politiques, culturelles, religieuses et de la sexualité.

Un retour en arrière

Si l’on se penche à nouveau sur quelques textes qui ont fait la fortune et le succès de la théorie queer dans l’espace européen comme les travaux de Donna Haraway et surtout Ces corps qui comptent de Judith Butler, on se rend compte que les choses ne sont pas si simples. Une vision performative des genres, des sexes et des corps donne la possibilité de penser aux corps en relation aux pratiques langagières des acteurs sociaux dès l’énoncé fétiche « c’est une fille / c’est un garçon » instituant de fait le sexe du bébé tel qu’il apparaît et tel qu’il est lu dans l’écran de l’échographie jusqu’à la façon dont toute une série de technologies de genre comme le viagra, la pilule, les hormones synthétiques, l’épilation, le rasage, les vêtements, les objets, les poils que l’on se colle pour se faire une barbe (cf. figure 1 et 2) constituent sans cesse des corps désirables, genrés et sexués tout au long de nos vies (Preciado 2008).

Figure 1. Atelier Drag King

Figure 2. Atelier Drag King

Dans ce cadre, les corps ne préexisteraient pas aux pratiques discursives des acteurs et leur existence ne pourrait pas être séparées des pratiques disciplinaires qui les instituent, les dressent, les font vivre au service d’une idéologie, d’un pouvoir.

Quelques questions

Ce point, qui est aussi un positionnement théorique et politique, ne doit pas nous conduire comme l’a bien dit Donna Haraway [1991 (2009: 273)] vers une « textualisation omnivore de la théorie post-moderne » selon laquelle les corps ne seraient que des textes, des discours et qu’ils n’auraient point de matérialité. En effet, et je pense que c’est peut-être à partir de là qu’on devrait plutôt discuter, la question de la construction discursive des corps permet plutôt de réinterroger une question fondamentale qui a été aussi à l’origine des mouvements féministes des années soixante et soixante-dix à savoir : « qui fait mon corps ? ». Se poser cette question permettrait d’interroger tout l’appareil épistémologique du constructivisme [Butler 1993 (2009)] par la notion d’agentivité ainsi que par la dimension historique de la matérialité et de l’intelligibilité corporelles. De ce fait, si les corps ont bien une matérialité, elle est historiquement, socialement et idéologiquement construite par un ensemble des pratiques régulatrices qui rendent le corps « dociles », au service d’une idéologie du pouvoir (Foucault 1975) et d’un modèle anatomique, historiquement situé (Laqueur 1992). La malléabilité des corps et des genres qui est souvent évoquée dans une vulgate du drag Butlerien ne nous amène pas forcement dans un monde où il serait aisé de changer de genre comme on change de vestes. A ce propos, il serait utile de rappeler que les théoricienNEs queer n’ont jamais esquivé le poids du pouvoir, des enjeux économiques et les tensions agentives à l’œuvre dans tout processus de construction et de déconstruction des corps et de genres. Les matérialités des corps n’ont jamais été aussi lourdes de discours, d’affects, de races, de classes et d’économie…

Références bibliographiques

Judith Butler (1993) Ces corps qui comptent, Paris, éditions Amsterdam (tr. Fr par Charlotte Nordmann 2009)
Françoise Collin (2010) In A. Bidet-Mordrel (dir.) Les rapports sociaux de sexe, Paris, PUF Actualités Marx, p. 152-167
Jacques Derrida (1967) L’écriture et la différence, Paris, Minuit
Michel Foucault (1975) Surveiller et punir, Paris, Tel Gallimard
Donna Haraway (1991) Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, Actes Sud, Paris (tr. Fr. par Oristelle Bonis, 2009)
Thomas Laqueur (1992) La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard
Beatriz Preciado (2008) Testo Junkie. Sexe, drogue et biopolitique, Paris, Grasset
Hélène Rouch (2011) Les corps, ces objets encombrants. Contribution à la critique féministe des sciences, Paris, Editions iXe

Crédits : illustrations fournies par l’auteur


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse