Écritures du corps/Writing the body. Colloque international

Du 18 au 20 novembre 2010 aura lieu à l’université de Paris 13 le colloque international Écritures du corps/Writing the body, organisé par Marie-Anne Paveau, Anne Tomiche et Pierre Zoberman du Cenel de Paris 13 (Centre d’étude des nouveaux espaces littéraires), et William Spurlin pour le Centre for the Study of Sexual Dissidence and Social Change (University of Sussex, Brighton, G.-B.).
Le programme des communications, les résumés des interventions et les renseignements pratiques sont en ligne sur le site du Cenel

Texte de présentation
Le XXe siècle a développé un discours corporel sur le texte et interrogé les rapports du corps et du texte. Mais le contexte scientifique de ce début de XXIe siècle permet d’explorer spécifiquement la scripturalité du corps non plus comme un objet extérieur au texte, mais comme un de ses composants. Le corps s’écrit : comment s’écrit-il ? comment l’écrit-on ? Comment le corps prend-il sens dans et par l’écriture, qu’il soit le support de marquages (tatouages ou scarifications) ou l’objet et l’enjeu d’une construction, par la littérature par exemple ? Toute une série de processus produisent, de manière isolée ou solidaire, une véritable mise en forme langagière, textuelle et sémiotique des corps, processus que nous désignons par le terme de corpographèse, lequel renvoie aussi bien aux significations posturales et gestuelles qu’à la constitution littéraire, picturale, scénique ou musicale de corps signifiants. Corpographèse désigne ainsi l’inscription du sens sur le corps autant que l’inscription du corps comme sens.
Contre l’illusion de l’immédiateté et du naturel du corps, les sciences sociales ont depuis une quinzaine d’années montré qu’il n’était nullement un donné évident, mais au contraire une construction toujours inscrite dans un contexte culturel et une épistémè ; cette remise en cause a contribué au développement de manières neuves de concevoir les notions de texte et de textualité, qui intègrent au texte et au langage des éléments physiques et biologiques. L’enjeu est finalement de remettre en cause la coupure cartésienne, et, d’une façon plus générale, métaphysique, entre corps et esprit, très fortement implantée en France dans les mentalités, qu’il s’agisse des représentations ordinaires ou des élaborations scientifiques. Entre psyché et soma, pas de rupture ou de frontière étanche, mais plutôt un continuum qui « incorpore » l’esprit autant qu’il spiritualise le corps : il existe une scripturalité du corps autant qu’une biologie de l’écriture.
Le renouvellement des manières de penser les disciplines que l’on doit en particulier aux cultural studies et aux gender studies aussi bien qu’à la réflexion sur la théorie et les pratiques queer a largement contribué à modifier notre regard sur le corps. Les travaux issus des traditions extra-européennes, en particulier outre-Atlantique, ont depuis longtemps pris en compte les données extérieures à la conscience et travaillé des objets encore peu légitimes en France, en faisant en particulier une large place au corps et à la matérialité.
On se demandera comment faire sens de cet objet problématique qu’est le corps et surtout, comment le corps devient (un) signifiant. Les enjeux seront aussi bien politiques et sociaux que littéraires et artistiques, et le questionnement portera sur les sites de sémiotisation du corps, à travers des approches et des disciplines multiples. Sur le corps se croisent en effet des langages divers et tout un imaginaire de référence: la photographie ou la peinture aussi bien que la littérature ou l’anthropologie tiennent un discours sur le corps, quitte à projeter le texte sur les corps.

Axes de travail
Nous envisagerons les écritures du corps sous trois aspects principaux :
1. Littérature : écritures et représentations littéraires du corps, évolution historique du traitement littéraire du corps, perspectives comparatistes et interculturelles, matérialité corporelle de la littérature (questions de la voix, de la corporalité de la lecture), corporalité du texte (problématiques liées au fait d’envisager le texte comme corps). Comment l’écriture scientifique du corps détermine-t-elle l’écriture littéraire du corps (par exemple dans une perspective foucaldienne) ?
2. Langue, texte, discours : écritures corporelles (tatouages, stigmates, scarifications, etc.), dimension corporelle de la production verbale (mimo-gestuelle, posturale, environnementale), biologie du sens, dimensions psychiques et cognitives (questions de la perception, de la métaphore spatiale, de la mémoire sémantique et discursive, du corps comme texte psychique, du symptôme comme texte).
3. Sémiotiques non verbales ou multimodales : le corps comme élément de la production langagière, en particulier dans l’interaction, le corps comme signe/sens dans les arts plastiques, les arts du spectacle (théâtre, cinéma, télévision…), l’art comme discours social, culturel, voire politique sur le corps.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...