La tentation référentielle. Björn Larsson

Selon G.H. von Wright, l’éminent philosophe qui succéda à Wittgenstein à l’Université de Cambridge, l’une des plus grandes percées de la pensée du XXe siècle fut la découverte de l’autonomie du sens par rapport au monde non-signifiant. On connaît les artisans du divorce : Frege, Saussure et Wittgenstein. On connaît aussi les suites de la séparation. Le monde extralinguistique fut laissé pour compte à la fois par la linguistique, qui s’éleva en science sur les décombres du réel, et par la philosophie, qui se détourna de l’existence pour se consacrer aux concepts ; ce fut le tournant linguistique. La grammaire et le dictionnaire, pourrait-on dire, se passaient désormais de l’encyclopédie.

Personne ne nierait les effets bénéfiques de cette séparation pour la linguistique qui gagnait en rigueur et en précision. Ce n’est qu’assez récemment où l’on a commencé à s’apercevoir qu’il y avait aussi un coût à payer. D’abord, ayant écarté la référence au monde de son champ d’étude, la linguistique s’est trouvée dans l’incapacité d’expliquer comment il était possible de référer au monde extralinguistique à l’aide du langage. Les locuteurs dits ordinaires, eux, avaient cette fâcheuse habitude de continuer à utiliser la langue comme un outil pour se transmettre des informations sur ce qui se passait en dehors de celle-ci.

Le deuxième effet néfaste de la séparation fut plus dramatique, toutes proportions gardées : si on ne pouvait plus dériver le sens de la constitution du monde, le statut du sens devenait du coup des plus précaires. C’est ainsi que la séparation entre le sens et le monde ouvrit grand les portes au subjectivisme et au relativisme. En philosophie, le scepticisme de Quine, de Rorty ou de Derrida sembla l’emporter sur les arguments de bon sens d’un Searle ou d’un Eco. En théorie littéraire, Fish et Du Man inspirèrent des dérives interprétatives qui enlevèrent aux grands écrivains leur singularité ; l’ère du soupçon était arrivée.

Et pourtant, elle tournait… et continue à tourner. De toute évidence, le langage est toujours utilisé pour référer à des entités, réelles ou fictionnelles, qui existent en dehors du langage. Comme le disait G. Kleiber dans Problèmes de référence (1981) – un ouvrage de référence auquel on devrait faire plus souvent référence – le langage est « tourné vers le dehors ». Selon G. Kleiber encore « le fait qu’une unité lexicale soit codée sémantiquement oblige tout locuteur à admettre a priori qu’il y a quelque chose qui répond à ce sens » (p. 21)[1].

Sans entrer dans la discussion technique que mène G. Kleiber avec les philosophes du langage, surtout anglo-saxons, il faut admettre avec lui, face à l’évidence de la communication verbale réussie – car il ne faut pas oublier que celle-ci réussit parfois – que le langage possède une fonction référentielle et que référer est aussi un acte du langage, indispensable de surcroît pour la survie de l’espèce.

En dehors du fait que nous accomplissons des milliers de références chaque jour, dont un grand nombre parfaitement réussies, l’existence d’une fonction référentielle se révèle aussi dans ce qu’on appelle d’habitude la transparence du signe. En effet, à moins d’être un linguiste professionnel, il viendrait rarement à l’idée d’un locuteur normal de penser d’abord à la définition sémantique de la signification d’un item lexical plutôt qu’à la « chose » à laquelle renvoie le mot en question. Dans les manuels de psycholinguistique, on peut lire que les très jeunes enfants ne distinguent pas le sens d’un mot et son référent et que ce n’est que vers cinq ans d’âge qu’ils réalisent que le sens ne se réduit pas à copier ce qu’il y a dans le monde. Mais ce qu’on oublie de rappeler, c’est que les difficultés subsistent à l’âge adulte. Réfléchir sur la seule signification d’un mot comme « amour », par exemple, est quasiment impossible sans en même temps se poser la question de savoir ce qu’est l’amour. Autrement dit, la coupure radicale opérée par le tournant linguistique entre le sens et le monde est rarement suivi d’effet dans la communication verbale réelle. D’ailleurs, la déception qu’on peut ressentir face à la philosophie conceptuelle et analytique post-frégéenne est justement de ne plus être une réflexion sur l’être et l’existence, mais uniquement sur la signification des termes.

Cependant, si on peut énumérer un grand nombre d’arguments réalistes de l’existence d’une fonction référentielle inscrite dans le langage, il est beaucoup plus difficile d’expliquer quelle en serait la raison profonde. Si G. Kleiber, notamment dans Problèmes de référence, a su bien montrer comment fonctionne la référence dans la pratique de la langue, il n’a pas pour autant expliqué ses fondements. S’il a sans doute raison de dire que tout lecteur « est obligé à admettre a priori » qu’il y a quelque chose en dehors de la signification des mots qui y correspond – même si je suis tenté d’atténuer l’idée d’obligation ; après tout, il y a des linguistes, voire des sémanticiens, qui parviennent à faire abstraction de la référence pour pratiquer leur science – il reste la question de savoir d’où vient la « présupposition existentielle » attachée à certains items lexicaux, et les noms en premier. S’agit-il d’un mécanisme psycholinguistique ou cognitif ? Celle-ci est-elle apprise ou innée, réapprise par chaque individu ou le résultat d’une longue évolution ? Peut-on le repérer dans le langage lui-même, ou faut-il le situer dans notre rapport général à la langue ?

Certes, dans l’état actuel de nos connaissances, on ne peut guère que proposer des hypothèses plus ou moins spéculatives, plus ou moins plausibles de l’apparition de la fonction référentielle. Cependant, comme j’ai essayé de le montrer dans mon essai Besoin de liberté[2], un élément essentiel de l’explication générale de ce qu’est une langue doit être le passage, à un moment de l’évolution de l’homo sapiens sapiens, de la représentation motivée à celle arbitraire, c’est-à-dire que n’importe quelle entité – un objet physique, un son, etc. – puisse re-présenter, au sens littéral du terme, n’importe quelle autre entité. En effet, il s’agit là d’un saut qualitatif, qui a radicalement changé la communication entre les êtres humains, et dont on n’a pas encore tout à fait mesuré les conséquences (faut-il rappeler, par exemple, que l’être humain semble être le seul animal qui sait manier la représentation arbitraire ; c’est l’écueil sur lequel s’échouent les grand singes). Là où, auparavant, la référence s’effectuait pour ainsi dire naturellement par la similitude, par les liens causaux ou sensibles mémorisés, ou encore par la ressemblance entre le symbole et son référent, la référence devenait précaire puisqu’un individu seul ne pouvait plus inférer du symbole ou du signe quelle était la « chose » dans la réalité qui y correspondait. La garantie d’existence que représentait la fumée signe du feu, le parfum de telle fleur ou le cri de tel animal se trouvait mise en doute. Seul restait, justement, la présupposition existentielle liée à la représentation motivée.

Je parie donc que le langage tel que nous le connaissons se développa à partir de la référence motivée et que c’est là la raison pour laquelle la référence est tellement ancrée dans notre conscience et inconscience. Même s’il faut toujours se garder de tirer des conclusions sur la phylogenèse à partir de l’ontogenèse, ce n’est sans doute pas un hasard si le premier indice d’une communication entre parents et bébés réside dans l’établissement d’une attention commune, dite justement joint reference en anglais, vers un objet extérieur. D’ailleurs, le déréférentialisation est toujours à l’œuvre dans le processus de grammaticalisation

Comment, pour finir, peut-on envisager le moment où l’être humain découvrit la représentation arbitraire ? En réalité, cela aurait pu se passer d’une façon passablement simple ; on peut s’imaginer – comme romancier je me donne ce droit – que dans telle tribu on avait trouvé un objet naturel, un morceau de bois, qui avait une ressemblance évidente avec un objet d’utilisation courante. Avec le temps, le morceau de bois est venu à désigner l’autre objet, à le re-présenter. Jusqu’à un autre jour où un jeune lascar – il a dû en exister aussi à cette époque – a subtilisé le morceau de bois et l’a fait disparaître. Et c’est là où un homme – ou plutôt une femme – puisque la génétique semble avoir montré que homo sapiens sapiens dérive d’une femme fondatrice il y a une centaine de milliers d’années – a eu l’idée géniale – il a également dû y avoir des Einstein autrefois – de remplacer l’objet disparu par n’importe quel autre objet sous la main et le désigner comme le remplaçant de l’objet perdu. Et l’arbitraire est né !

Et c’est à ce moment qu’a commencé l’histoire grandiose et tragique de l’être humain, constamment tiraillé entre son besoin de garder le sens des réalités et la tentation de se libérer du joug du réel en imaginant des référents qui n’existent pas, mais qui pourraient éventuellement exister, dont les sujets de la foi religieuse. L’arbitrarité, donc, n’ouvrit pas seulement la porte à la constitution du langage, mais au monde du possible, de l’hypothétique, de l’imagination, des mythes et de la littérature. De la liberté aussi. Et de la science, car pour la première fois l’être humain pouvait se demander si les apparences correspondaient à ce qui était réellement le cas. Tout compte fait, la science existe pour nous aider à garder le lien entre la signification et les référents, devenu précaire. La littérature de fiction, en revanche, existe pour nous rappeler que l’arbitraire du signe nous a en partie délivrés du poids du réel, nous permettant de rêver et de tendre vers d’autres vies, d’autres manières de communiquer, d’autres modes de pensée.


[1] Problèmes de référence. Descriptions définies et noms propres, Recherches Linguistiques n° VI, Études publiées par le Centre d’Analyse Syntaxique de l’Université de Metz, Paris, Klincksieck.

[2] 2007, Paris, Éditions du Seuil.

Crédits
1. « Transparence II », Etolane, 2006, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.
2. « Bois », Bruno P., 2010, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/05/2011

    […] (très juste expression du sémanticien Björn Larsson qui est l’invité de mai sur le carnet REALISTA) qui parcourt tout l’ouvrage. La linguistique profane (ou populaire), beaucoup travaillée […]