Quand les objets ne comptent plus. « Parce que je n’ai plus rien, tout m’appartient »

Décidément cet ouvrage, Une femme à Berlin, dont j’ai beaucoup parlé sur La pensée du discours, est une source inépuisable de réflexion. On a beaucoup commenté la place des objets dans les activités humaines sur REALISTA, dans la perspective externaliste de la cognition sociale, qui intègre véritablement les réalités non humaines aux activités des hommes en société. La série de printemps de la Pensée du discours était consacrée à « Ce que disent les objets« . Marta Hillers donne un exemple contraire. Elle explique que pendant la guerre, ces objets qui constituent notre « air vital », n’ont soudain plus d’importance. Leur nécessité disparaît d’un seul coup. Seul un sentiment de nudité permet de survivre :

 

Me revoici dans mon trois-pièces sous les toits. Ce n’est pas vraiment mon chez-moi. Je n’en ai plus. La pièce meublée que les bombes m’ont arrachée n’était pas non plus mon chez-moi. Ce qui n’empêche que tout au long des six mois que j’y ai vécu, je l’ai emplie de mon air vital. De mes livres, de mes cadres et des centaines de petits objets que l’on accumule autour de soi. Mon étoile de mer qui date du dernier été passé dans la paix sur l’île de Norderney. Le kilim que Gerda m’avait rapporté de Perse, le réveille-matin tout cabossé. Des photos, de vieilles lettres, la cithare, mes pièces de monnaie provenant de douze pays différents, le tricot entamé… tous ces souvenirs, peaux, coquilles et autres sédiments : tout le chaleureux bric-à-brac de trente années de vie.

Maintenant que tout est parti et qu’il ne me reste plus qu’une valise de vieilles frusques, je me sens nue et légère. Parce que je n’ai plus rien, tout m’appartient. Comme cette mansarde, qui m’est étrangère. À vrai dire pas totalement étrangère. Le propriétaire des lieux est un ancien collègue à moi. Il m’y invitait souvent avant d’être appelé sous les drapeaux. Nous faisions du troc ensemble quand l’occasion s’en présentait : ses conserves de viande danoises contre mon cognac français, mon savon français contre des bas de Prague. J’ai eu juste le temps de lui faire part de mon sinistre et d’obtenir la permission d’emménager ici. Les dernières nouvelles que j’ai eues de lui venaient de Vienne ; il y travaillait pour la censure de la Wehrmacht. Où peut-il être aujourd’hui ? De toute façon les mansardes sont peu demandées. Et puis le toit fuit, un grand nombre de tuiles sont cassées ou ont été emportées par le vent (p. 19-20).

Référence
Anonyme, 2006, Une femme à Berlin, Journal (20 avril-22 juin 1945), coll. « Témoins », Gallimard puis Folio. Présentation de Hans Magnus Enzensberger, traduction de Françoise Wuilmart.

Crédits : « Ruine », 2010, Les photos de Daniel, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...