Claudine Tiercelin, Le ciment des choses. Extraits

Les passages ci-dessous sont extraits de Tiercelin C., 2011, Le ciment des choses. Petit traité de métaphysique scientifique réaliste, Paris, Éditions d’Ithaque. Ils permettent de développer les éléments d’analyse et d’information présentés dans le billet Les soieries de la métaphysicienne. Le ciment des choses (1) sur le carnet La pensée du discours.

(a) Le ciment des choses (Meyerson 1934 : 115)

Les phénomène s’y [la nature] suivent et semblent se commander : la cause entraîne l’effet. Mais comment cela se fait-il ? Quel est le lien qui relie l’effet à la cause, et y a-t-il même un lien, un ciment qui les rattache l’un à l’autre ou s’agit-il, comme Hume a cru pouvoir le démontrer, d’une pure illusion de l’esprit, née de ce que nous avons l’habitude de les voir se poursuivre dans le temps et que nous transposons cette constatation en nécessité, en transformant la séquence en conséquence ? (p. 13).

(b) L’ontologie

Mais l’ontologie répond elle-même à quatre grands types de questionnement [Mulligan K., 2000, Métaphysique et ontologie dans Engel P. (dir.), Précis de philosophie analytique, Paris, PUF, p. 5-33] :

1) elle peut s’entendre comme l’étude de nos engagements ontologiques, c’est-à-dire de ce à quoi nous sommes engagés ;
2) elle peut très largement se comprendre comme l’étude de ce qu’il y a, ou, plus précisément,
3) comme l’étude des caractéristiques les plus générales de ce qui est et de la manière la plus générale dont les choses qu’il y a se relient les unes aux autres ;
4) enfin elle peut se concentrer sur la tâche, plus méta-ontologique, consistant à dire ce que devrait accomplir l’ontologie, ou encore comment il faut comprendre la question à laquelle elle est censée répondre et avec quelle méthodologie (p. 16-17).

(c) Un idéalisme ambiant ?

L’idéalisme est donc au moins aussi naturel aujourd’hui que le réalisme naïf. Nous sommes loin de l’idée selon laquelle la réalité serait totalement indépendante de la manière dont nous pouvons la penser ou la dire. Peut-être est-ce aussi en partie parce que la science, par ses prolongements techniques, a envahi la réalité quotidienne de réalité « virtuelle ». On estime anormal la survenue d’inondations ou de séismes, et l’on diligente des cellules psychologiques pour lisser immédiatement ces aspérités du réel désormais ressenties comme intolérables parce que jugées contrôlables et donc évitables. Face à l’idéalisme ambiant, des réactions se font entendre, au sein même de la science, en faveur du réalisme : on invoque la capacité de la science à unifier les théories, à faire des prédictions nouvelles, à dire « non » y compris aux théories les  plus belles et les plus fécondes mais aussi la capacité des savants à tomber d’accord (ce qui milite en faveur d’une réalité extérieure commune à tous). On minimise l’argument de la sous-détermination des théories par l’expérience (qui conduit à considérer comme plausible que plusieurs théories soient mutuellement incompatibles et cependant adéquates au réel), et, contre Bachelard et Kuhn, on insiste sur le caractère trans-théorique des termes scientifiques.

Chacun sent bien que la réalité comporte des éléments irréductibles à la représentation, et, parmi eux, l’aspect qualitatif (l’odeur du réséda, la douleur d’un mal de dents) et le choc réactif de l’existence. Si impossible soit-il de démontrer par des arguments la réalité du monde extérieur, si fondés soient donc les doutes sceptiques, quand l’idéaliste se cogne à un réverbère, il aura tôt fait de mesurer l’extravagance de sa position (Hume) – (p. 30-31).

(d) Les signes du scientisme (Hack 1998, p. 3-4)

1) Utiliser les mots science, scientifique, scientifiquement comme des termes génériques de louange épistémique.
2) Adopter les manières, les pièges de la terminologie technique, etc., des sciences, sans tenir aucun compte de leur utilité réelle.
3) Se préoccuper de démarcation, i.e. de tracer une ligne stricte entre la science authentique, la vraie chose (the real thing), et les imposteurs « pseudo-scientifiques ».
4) Corrélativement, se préoccuper d’identifier la « méthode scientifique », censée expliquer les succès des sciences.
5) Chercher dans les sciences des réponses à des questions qui ne sont pas de leur ressort.
6) Nier ou dénigrer la légitimité ou la valeur d’autres sortes de recherches en dehors de la recherche scientifique, ou la valeur d’activités humaines autres que la recherche, telles que la poésie ou l’art (p. 113-114).

(e) La distinction fait/valeur

Les questions scientifiques sont toujours mêlées à des enjeux philosophiques et culturels – pour ne rien dire des préjugés métaphysiques qui jouent naturellement aussi un rôle. La frontière entre fait et valeur est donc mince : les termes censés avoir une fonction d’évaluation éthique ont aussi une fonction descriptive, explicative et prédictive. Quand on qualifie quelqu’un de « scrupuleux », tout en l’évaluant, on décrit son caractère. La compréhension d’un être humain est tout cet ensemble fait d’évaluation de son caractère et de ses dispositions, d’explication et de prédiction de ses actions (p. 121-122).

(f) Le tempérament pragmatiste

S’opposer au scientisme, ce sera donc accepter la diversité et la continuité dans les études humaines et sociales, entre les sciences empiriques, par exemple en sociologie et en histoire, et devenir  en partie plus « littéraires ». Une bonne manière de lutter contre la dérive scientiste serait alors de montrer que « fait, théorie, valeur et interprétation sont tous interdépendants » et d’embrasser le « tempérament » pragmatiste, qui est de promouvoir une « vision tout simplement plus réaliste que la vision de ceux qui essaient de nous convaincre que les dualismes familiers doivent être corrects » (Putnam, 1995, p. 19) – (p. 132).

(g) Le réalisme scholastique

Commençons par tenir pour acquis que le réalisme recherché a peu à voir avec quelque forme que ce soit de réalisme métaphysique, mais qu’il doit plutôt s’approcher d’une forme de réalisme scholastique. Pour un réaliste scholastique, rappelons-le, être réel n’est pas synonyme d’exister : l’existence n’est qu’un mode spécial de la réalité, même si le réaliste doit en tenir compte. En second lieu, un réaliste est quelqu’un qui ne connaît pas d’autre réalité que celle qui est représentée dans une représentation vraie. Le réel est dès lors, en toute rigueur, « ce qui signifie quelque chose de réel » (Haack 1992). Tout le problème étant alors de dire en quoi consiste la réalité du fundamentum de la signification, en d’autres termes de préciser ce qui constitue le vérifacteur de la prédication. En résumé, le nominalisme et le conceptualisme nient que les universaux soient réels ; le platonisme nominaliste affirme que les universaux existent. Le réaliste scholastique, lui, affirme qu’il y a bien des universaux réels mais il nie que ces universaux réels existent  [Haack 1992, p. 22-23]. Et il rappelle l’obligation : 1) de préciser les critères de réalité du fundamentum ; 2) de maintenir des ordres catégoriels distincts au sein de la réalité. Ces distinctions, cruciales pour un réalisme bien compris, comme j’espère l’avoir montré au chapitre précédent, doivent constituer un bon point de départ mais aussi un bon garde-fou pour le réalisme dispositionnel dont je voudrais montrer le bien-fondé (p. 274-275).


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 01/08/2011

    […] extrait de « Philosophie de la nature et philosophie de l’intellect » (a) de Meyerson (1934). Le ciment, c’est cette causalité qui fait s’enchaîner les […]

  2. 02/08/2011

    […] on trouvera ici et ici également une recension du livre de Claudine Tiercelin (par Marie-Anne Paveau) Ce contenu […]