Réalisme moral et politique : la « common decency » de George Orwell

J’ai parlé récemment du livre de Bruce Bégout à propos de la notion de décence ordinaire chez George Orwell sur La pensée du discours (Bégout B., 2008, De la décence ordinaire, Paris, Allia). Je reviens sur ce petit ouvrage décidément très riche pour citer deux passages qui relèvent d’une certaine forme de réalisme moral mobilisable en politique, pour l’élaboration d’un pouvoir non corrompu. Orwell construit l’ensemble de son analyse sur la décence comme une sorte de propriété naturelle des gens ordinaires (ou « simples » ou « modestes »), sur le plan à la fois social et économique :

La découverte fondamentale d’Orwell est que la décence ordinaire est le revers de l’apparente indécence publique. La générosité et la loyauté sous-estimée des gens simples se voient habituellement bafouées et stigmatisées par le pouvoir.

Cette honnêteté ordinaire s’exprime sous la forme d’un penchant naturel au bien, et sert de critère du juste et de l’injuste, du décent et de l’indécent. Elle suppose donc, avant toute éducation éthique et pratique, une forme de moralité naturelle qui s’exprime spontanément sans faire appel à des principes moraux, religieux ou politiques. L’homme ordinaire n’a pas besoin de se tourner vers certaines autorités pour agir moralement. Il possède en lui-même une faculté sensible d’évaluation morale qui précède toute norme conventionnelle. À rebours de toute déduction transcendantale à partir d’un principe, la common decency est la faculté instinctive de percevoir le bien et le mal. Elle est même plus qu’une simple perception, car elle est réellement affectée par le bien et le mal. En ce sens, on peut directement la rapprocher de ce que les philosophes anglais et écossais de la première partie du XVIIIe (Shaftesbury, Hutcheson et Hume) notamment le « sens moral », à savoir un sentiment de vertu (et non le résultat d’un raisonnement), qui est naturel et commun à tous les hommes (p. 16-17).

Plus loin, Bruce Bégout explique comment Orwell attribue une valeur réellement politique à cette notion de décence ordinaire, qu’il ne cantonne pas à une simple propriété morale :

Il faut d’abord savoir acquiescer au monde avant d’entreprendre de le changer. Est nécessaire à toute politique révolutionnaire un certain amor mundi. Tout en dénonçant la passivité des hommes ordinaires, Orwell place donc tout de même sa confiance politique en eux. Autrement dit, le pouvoir peut ne pas être toujours corrompu et une traduction politique de la décence ordinaire est possible. Le combat politique d’Orwell n’aurait aucun sens si cette décence demeurait une simple qualité morale. Elle est une pratique et, en tant que telle, une source d’actions. Pour Orwell, il n’y a donc pas à craindre une dictature du prolétariat : toute dictature est toujours l’œuvre d’une intelligentsia, fût-elle en apparence au service du prolétariat. Pour le meilleur ou pour le pire (une certaine soumission fataliste à l’état des choses), l’homme ordinaire se moque du pouvoir. Il ne le décrypte pas. En un certain sens, résigné, il ne cherche pas à le comprendre, encore moins à le conquérir.

Aussi, le pouvoir politique, ayant clairement jaugé cyniquement le fondement moral du peuple, cherche-t-il, soit à le détourner à son profit, en utilisant son potentiel d’indignation, pour les reporter sur des succédanés du mal véritable, soit à le réduire à néant, au nom de la Realpolitik, comme une forme naïve et obsolète de bonté. L’aspect le plus terrible de la dictature décrit dans 1984 consiste dans son acharnement méticuleux à vouloir anéantir, coûte que coûte, ce sens moral inné. Pour le pouvoir tyrannique, « l’hérésie des hérésies », c’est toujours le sens commun » (1984, Paris, Gallimard, p. 118) – (p 41-43).


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...