À propos

ANIMALINGUA est espace de réflexion transdisciplinaire sur les relations langagières entre l’homme et l’animal et la place de ce dernier dans les discours.

Ce carnet de recherches veut ouvrir une réflexion linguistique et éthique sur la place de l’animal dans le discours et  la frontière entre humain et non humain. Il a pour objet de refléter et d’interroger des tendances fortes actuelles, telles les manifestations du spécisme, l’anthropomorphisme à l’œuvre dans les discours, la place du langage dans l’animalisme au travers de projets tel que « The Nonhuman Rights Project », l’utilisation de la figure de l’animal en tant qu’énonciateur et intermédiaire de la parole humaine dans les discours didactique ou publicitaire ou encore la contribution des relations homme-animal à la production des discours.

Cet espace a pour visée de présenter et d’analyser les relations langagières entre l’animal et l’homme au travers de leurs manifestations discursives. En ce sens, il s’agira aussi bien d’un observatoire reflétant la place de l’animal dans notre société que d’un lieu de réflexion sur la théorie du discours. Sa thématique et son caractère transdisciplinaire peuvent intéresser un public de chercheurs diversifié, aussi bien de linguistes que de chercheurs et d’étudiants concernés par le thème traité (primatologues, éthologues, etc.) ou travaillant dans les disciplines connexes (sémiologie, éthique, linguistique, etc.).

Le carnet est animé par trois enseignantes-chercheuses en sciences du langage, travaillant sur des données discursives empiriques et attentives aux dimensions contextuelles fortes des discours, en particulier dans leurs dimensions non humaines :

Laura Goudet, Université de Rouen

Marie-Anne Paveau, Université Paris 13

Catherine Ruchon, Université Paul-Valéry Montpellier 3